Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Build 2016 : Windows intègre Linux, adore les stylets et bloque les pubs par défaut

Microsoft n'a pas lésiné sur les annonces à Build 2016. Refonte complète de la gestion des stylets, biométrie, blocage des pubs, intégration de la ligne de commande Linux, applications universelles, mise à jour de Windows gratuite... Tour d'horizon.

mis à jour le 01 avril 2016 à 13H43
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Build 2016 : Windows intègre Linux, adore les stylets et bloque les pubs par défaut
Build 2016 : Windows intègre Linux, adore les stylets et bloque les pubs par défaut

On n'a pas parlé qu’intelligence artificielle et réalité augmentée à la conférence développeurs de Microsoft. L’éditeur avait aussi une pléthore d’annonces sur Windows, notamment concernant ses efforts pour remettre le stylet au cœur de l’expérience tactile et son ouverture plus large que jamais aux plates-formes concurrentes. 

 

Une première mise à jour gratuite pour Windows 10

On la connaissait sous le nom "Redstone", elle s’appelle désormais Windows 10 Anniversary Update. Cette grosse mise à jour prévue pour cet été inclura de très nombreuses nouvelles fonctionnalités, y compris toutes celles annoncées à Build 2016. Et pour récompenser les 270 millions d’utilisateurs de Windows 10 (contre 200 millions en début d’année), elle sera gratuite. Un élan de générosité dans la continuité de la décision d’offrir la mise à jour de Windows 7 et 8 vers 10. L’objectif : équiper un milliard d’appareils d’ici la conférence Build 2017. Il reste encore à faire.

 

Le stylet redevient la star avec Windows Ink

Avec ses tablettes Surface, Microsoft a réussi à remettre le stylet à la mode à l’ère du tactile. Pourtant, l’expérience utilisateur n’était toujours pas au niveau d’un véritable stylo sur une feuille de papier. La réponse arrive sous la forme de Windows Ink, un hub dédié accessible en un clic qui regroupe les usages les plus fréquents de l’accessoire. Il s’accompagne aussi de nouvelles fonctions, dont un mode "Post-It" pour créer des notes autocollantes virtuelles et la possibilité d’annoter des cartes directement sur Bing Maps. Mieux, il est possible de créer des points repères ou même des itinéraires sur la carte et de les partager. Avec un effet assez bluffant, le mode 3D de Bing Maps arrive même à représenter intelligemment le tracé d’un parcours de randonné sur un flan de montagne en relief.

 

 

Mais l’écriture manuscrite est aussi gérée autrement. L'assistant personnel Cortana peut automatiquement comprendre le sens d'un texte, en surligner les mots-clés (jour de la semaine, adresse postale, email, numéro de téléphone, URL…) et agir en conséquence (par exemple en créant un rappel dans l’agenda au jour inscrit). De la même manière, l’interaction du stylet avec les documents Word serait plus naturelle. Un coup de gomme peut effacer une ligne, un trait va la barrer, un passage en pressant un bouton va en colorer le fond comme avec un surligneur…

 

Et le système est ouvert aux développeurs tiers. Il est d’ailleurs co-développé avec Wacom et gère aussi bien ses protocoles que ceux de Microsoft. Li-Chen Miller, l’ingénieure à l’origine du projet, y voir un grand potentiel dans le milieu éducatif. Par exemple pour voir une équation être résolue après l’avoir écrite.

 

Edge monte en puissance

Le navigateur internet Edge commence à prendre ses marques avec l’arrivée du support des extensions (comme sur Chrome et Firefox) et la gestion de Windows Hello. L’authentification biométrique de Windows pourra être utilisée pour s’identifier sur le web, et la démonstration en a été faite avec le site de l’USAA, un service de banque-assurance réservé aux militaires américains.

 

Edge inclura nativement le blocage des publicités après la mise à jour anniversaire. Un coup dur pour les publicitaires, Edge est le navigateur par défaut de Windows, qui équipe une majorité d’entreprises et de foyers.

 

Des applications vraiment universelles

La plate-forme Windows universelle fait elle aussi son petit bonhomme de chemin. Même si l’un des quatre ponts prévus à la base (celui vers Android) a disparu, les autres continuent de progresser. Le portage d’applications iOS sous Objective-C est plus simple que jamais, et Swift sera intégré dès la sortie de sa première version stable, le 3.0.

 

Les applications Windows traditionnelles vont aussi enfin pouvoir être transformées en applications Windows modernes grâce à un convertisseur. Elles pourront ainsi tirer parti des API Windows 10 et même intégré le Windows Store. Plus de 16 millions de ces applications traditionnelles existent, d’après Microsoft.

 

 

Qui dit universel dit multiplateformes, et Phil Spencer, qui dirige la division Xbox, est intervenu sur scène pour rassurer quant à la place des jeux dans l’équation. Les apps universelles avaient été vertement critiquées par Tim Sweeney, le fondateur d’Epic Games, il y a quelques semaines comme étant trop contraignantes et représentant un danger pour le jeu PC.

 

Spencer a réaffirmé que toutes les fonctionnalités manquantes (4K, G-Sync, plein écran, double GPU, multijoueur, mods…) seraient intégrées à terme, que les magasins tiers resteront compatibles, mais que cette transition rendra aussi les jeux plus simples à installer et désinstaller tout en augmentant la sécurité de l’utilisateur vis à vis des malwares. Et le convertisseur marche aussi pour les jeux, comme il en a fait la démonstration avec Age of Empires II et The Witcher 3.

 

Microsoft <3 Linux

En complément de sa stratégie Universal Windows Platform, Microsoft a récemment fait l’acquisition de Xamarin, une application capable de convertir du code C# (utilisé pour le développent sous Windows) pour créer des applications iOS ou Android. L’éditeur a annoncé à Build que Xamarin serait désormais intégré gratuitement dans son environnement de développement Visual Studio.

 

Dernière annonce et non des moindres, celle de l’inclusion native de Bash (le système de commande utilisé par Linux) dans Windows. Un projet développé en partenariat avec Canonical, l’éditeur de la distribution Linux Ubuntu, et qui prend tout son sens quand on sait qu’Ubuntu est la version de Linux la plus utilisée sur son cloud Azure. Microsoft enterre la hache de guerre, et espère que les développeurs Linux, qui lui sont traditionnellement très hostiles, en fasse de même.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale