Bull vs Cassidian : deux approches pour sécuriser les smartphones

L’excellence technologique versus le pragmatisme. Bull vient d’annoncer une solution basée sur un terminal dédié fortement sécurisé tandis que Cassidian mise sur un logiciel de chiffrement téléchargeable et compatible avec plusieurs smartphones du marché.

Partager
Bull vs Cassidian : deux approches pour sécuriser les smartphones

Bull relance la guerre sur le marché des smartphones sécurisés. A l’occasion des Assises de la sécurité qui se déroulent à Monaco, il a dévoilé son téléphone Hoox m2 capable de chiffrer mails, sms et appels téléphoniques. Une manière de répondre à l’offre de Cassidian baptisée Moseo Smart, commercialisée depuis le début de l’année. L’objectif est le même, mais les approches sont radicalement différentes.

D’abord technologiquement. Bull propose carrément un smartphone tandis que Cassidian propose de télécharger un logiciel de sécurité compatible avec les systèmes d’exploitation Android, et celui des iPhone et des Blackberry. L’avantage en termes de sécurité va donc à Bull qui évoque à juste titre un "smartphone sécurisé en profondeur". Bull a, en effet, la maitrise de l’ensemble des éléments : le matériel, le système d’exploitation (même s’il est conçu sur un noyau Android), et les différentes couches logicielles. Il fallait oser tant la plateforme mobile de Google est critiquée pour ses vulnérabilités aux attaques informatiques.

Rendre Android moins vulnérable chez bull

"On a supprimé tous les éléments superflus d’Android qui le rendait vulnérable", tient à rassurer Frank Greverie, vice-président exécutif des solutions de sécurité chez Bull. Typiquement, la maitrise du hardware permet une authentification forte du propriétaire de l’appareil par des procédés de biométrie. Le Hoox m2 embarque par ailleurs une puce dédiée au chiffrement et un véritable coffre-fort électronique pour protéger l’intégrité des données de l’utilisateur. La filiale d’EADS, ne proposant qu’un logiciel à télécharger sur le téléphone, n’a donc pas prise sur des éléments clés de l’appareil comme son système d’exploitation.

Bull l’emporte également sur la palette des services. L’industriel avance qu’il sécurise l’ensemble des communications établies par l’appareil : SMS, appels téléphoniques, emails et toutes les autres données sont chiffrées avec l’algorithme de chiffrement AES 256 bits. Quand l’offre de Cassidian, elle ne chiffre que les appels.

Large palette de terminaux chez cassidian

Sur le plan du pragmatisme, avantage net à Cassidian qui permet d’utiliser une palette plus large de terminaux. Les utilisateurs peuvent conserver leur téléphone favori que ce soit un Blackberry, un iPhone ou un Android. Le logiciel de chiffrement Moseo se charge également sur des tablettes. Ils ne doivent pas non plus jongler avec deux téléphones. "Une solution de sécurité, c’est d’abord une solution effective. Notre solution est beaucoup plus souple. Avoir un second téléphone pour des dirigeants déjà équipés, c’est le risque de ne pas l’avoir sur soi en cas de besoin", explique Jean Michel Orozco, directeur général de Cassidian Cybersécurité. De quoi assurer a priori une diffusion plus large des appareils. "Nous avons vendu environ un millier d’appareils. On estime le marché adressable à moyen terme à environ 100 000 exemplaires", indique le dirigeant de Cassidian.

Enfin, les deux industriels ont choisi deux modes commercialisation différents. Bull facture son téléphone 2 000 euros alors que Cassidian propose un abonnement mensuel d’environ 69 euros/mois variable en fonction de la durée d’engagement et du nombre d’appareils dans la flotte de l’entreprise.

Hassan Meddah

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS