Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bunkr lève son premier million d’euro

La start-up rouennaise veut continuer d’améliorer sa solution de création de présentations en ligne et développer sa base d’utilisateurs. Un fonds d’investissement et deux business angels ont choisi de miser 1 million d’euros pour l’aider à devenir plus incontournable que Powerpoint.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bunkr lève son premier million d’euro
Bunkr lève son premier million d’euro © Bunkr

"Aller vite", c’est la devise des trois fondateurs de Bunkr. Et ils s’y tiennent ! Créée en septembre 2012, pour un premier lancement de leur produit en avril 2013, la start-up vient déjà de lever son premier million d’euros. Elle compte déjà 50 000 utilisateurs, dont 1000 payants (pour un abonnement de 5 euros par mois ou 50 euros par an), à sa solution permettant de créer et partager des présentations en ligne.

Trois investisseurs ont été séduits par leur application permettant de créer et partager des présentations en ligne, le fonds d’investissement Idinvest et deux business angels de renom : Daniel Marehly, le cofondateur de Deezer, et Xavier Niel, le patron d’Illiad. "C’est important d’avoir des gens comme eux à nos côtés, souligne Edouard Petit, le cofondateur de Bunkr avec Alexis Jamet et Jean-Christophe Fossati. Ils ont l’expérience de la création d’entreprise à succès qui ont changé les usages."

Bunkr en chiffres
Chiffre d’affaires : moins de 20 000 euros
Effectif : 10 personnes
Montant de la levée de fonds : 1 million d’euros
Investisseur : Idinvest, Daniel Marhely (cofondateur de Deezer), Xavier Niel (fondateur d’Illiad-Free)
Secteur : numérique
Ces investisseurs, les trois cofondateurs n’ont pas eu à les chercher. Quelques articles parus dans la presse technique américaine et française ont suscité l’intérêt de fonds autant français qu’internationaux. Au final, les dirigeants de Bunkr, installée à Seine Innopolis, une pépinière d’entreprises du numérique à Rouen (Seine-Maritime), ont préféré travailler avec des Français. "Cela nous permet d’aller plus vite, résume Edouard Petit. Il y a de très bons ingénieurs en France et les coûts ne sont pas si élevés. Nous n’avons pas intérêt à partir aujourd’hui."

Détrôner Powerpoint

Pour le moment, Bunkr se concentre sur son produit. Et les trois fondateurs ne manquent pas d’ambition : ils veulent détrôner rien moins que le logiciel Powerpoint pour la création de présentations. Leur atout :   ils proposent une application plus simple et plus rapide à mettre en œuvre, utilisable sur ordinateur, tablette et smartpone. Bunkr permet ainsi de stocker tous ses documents en ligne, mais aussi de se connecter aux services de contenu de données (Dropbox, twitter, etc.), pour pouvoir insérer plus simplement les documents dans sa présentation.

Aujourd’hui, le challenge que doit relever la start-up consiste à développer sa base d’utilisateurs afin de rendre son application incontournable. "Nous sommes sur un marché mondial, où près de 1,5 milliard de personnes créent des présentations tous les jours, explique Edouard Petit. Pour devenir un acteur significatif, nous devons grossir et grossir vite !"

De 50 000 aujourd’hui, Bunkr prévoit d’atteindre le million d’utilisateurs dans les 12 à 15 mois, à raison d’une croissance de 5 % d’utilisateurs en plus par semaine – son rythme actuel. Une croissance qui ne se fait pas qu’en France, seuls 10 % des utilisateurs étant français. Bunkr touche déjà quelque 170 pays.

En parallèle, l’équipe de Bunker continue d’améliorer son application, pour continuer d’attirer des utilisateurs. La jeune société de 10 personnes devrait encore recruter une ou deux personnes pour renforcer la partie technique. Le modèle économique, quant à lui, reste encore flou. "Il nous fallait un fonds qui soit en phase avec nous, qui nous laisse rechercher le meilleur produit pour pouvoir modifier les usages, soutient Edouard Petit. Ensuite, une fois que le produit aura trouvé sa place, le modèle économique viendra."

Arnaud Dumas

L’argument convaincant
L’entreprise propose une nouvelle application, plus simple, pour créer des présentations. Si les utilisateurs mordent à l’hameçon, le potentiel de monétisation de sa solution sera considérable.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media