Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

ByeByeCrottoir cartographie les déjections canines et alerte les services de nettoyage

Insolite Le numérique s'immisce vraiment partout ! Conçus par un ingénieur toulousain, le site web ByeByeCrottoir couplé à une application mobile gratuite et collaborative géolocalise les déjections canines via des photos prises par des habitants sur leurs smartphones. La ville de Narbonne (Aude) - moyennant un abonnement annuel très modéré - est la première commune à exploiter les fonctionnalités de l’application pour faire intervenir son service de propreté urbaine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

ByeByeCrottoir cartographie les déjections canines et alerte les services de nettoyage
ByeByeCrottoir cartographie les déjections canines et alerte les services de nettoyage © Bye bye crottoir

Ce n’est ni un gag, ni un fake. "Jeune papa, j’en avais marre de zigzaguer avec la poussette pour éviter les crottes, ou de voir les parcs pour enfants crottés, confie le Toulousain Rémi Tournier, ingénieur SupAero et spécialiste des systèmes embarqués. J’ai décidé de développer un service citoyen, collaboratif car tout seul on n’est rien, pour montrer l’étendue des dégâts et améliorer la situation."

 

L’idée a germé en mai et sont nés en juin le site et l’application mobile (pour iOS et Android) ByeByeCrottoir, téléchargeable gratuitement. Le principe : confronté à un trottoir ou une voirie crottés, le quidam ouvre l’application, prend en photo la déjection avec son smartphone et l’application envoie sa position GPS et la positionne en temps réel sur une carte consultable sur le site Internet. L’apparence des crottes est même différente selon leur "fraîcheur" (intense, d’un jour...).

 

TESTé À NARBONNE

Persuadé qu’ "on peut changer les choses avec la technologie", Rémi Tournier a voulu aller plus loin que la signalisation-cartographie en contactant des communes pour les convaincre d’utiliser la fonction "alerte" afin de faire le lien avec les services de nettoyage. Intéressée, la ville de Narbonne (environ 53 000 habitants, dans l’Aude) s’en est saisie depuis juillet, comme l’explique Nathalie Granier-Calvet, adjointe au maire déléguée à l’urbanisme, aux services techniques, à l'environnement, l'hygiène et la voie publique.

 

"L’information - (des coordonnées GPS associées à une petite photo et carte, Ndlr) est reçue par mail par le service de la propreté urbaine, qui retransmet la demande à l’un des quatre chefs d’équipe, qui lance l’opération de traitement". Plus de 200 demandes ont été enregistrées - et traitées - à Narbonne depuis juillet. "Avant, ce problème était signalé au service ‘Allo Narbonne’, qui transmettait la demande à la propreté urbaine. Cela va plus vite avec l’application, directement reliée à ce service", note Nathalie Granier-Calvet. Pour accélérer les interventions, la commune va d’ailleurs demander au prestataire de nettoyage des quartiers extérieurs (les services communaux s’occupent du centre-ville) de doter ses agents de smartphones.

 

Si le service est totalement gratuit pour l’usager, quel est le coût pour la ville ? "C’est très raisonnable, 250 euros annuels", estime l’adjointe. Rémi Tournier explique sa tarification : "L’abonnement est calculé à la surface, sur l’hypothèse que plus la ville est grande, plus il y a de signalements et plus les serveurs sont utilisés. Cela contribue à payer les serveurs et la mise à jour du site".

 

NOUVELLES FONCTIONNALITéS

La ville de Narbonne assure avoir "de bons retours, le test est concluant. D’ailleurs, pas mal d’agents de la ville ont eux-mêmes téléchargé l’application. Mais nous avons constaté une baisse des saisines, aussi nous allons mener une information de la population sur le sujet via le site de la ville et des affiches..." Autre amélioration souhaitée par la ville : pouvoir informer directement l’usager qui a fait le signalement du bon traitement de sa demande. Rémi Tournier travaille sur ce sujet, tout en voulant respecter l’anonymat "cela passera par nos serveurs". De son côté, il imagine une diversification qui pourrait s’intégrer à l’application existante : la signalisation géolocalisée des encombrants.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media