Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

ByHours, des chambres d’hôtel à l’heure, 24h sur 24

Le concept de réservation de chambres à l’heure se développe. Créée en mars 2012 à Barcelone, ByHours figure parmi ces nouvelles plateformes en ligne. Avec une spécificité : la possibilité de réserver de jour comme de nuit. Cinq ans après son lancement, la start-up affirme son positionnement avec une nouvelle image et accélère son déploiement à l’international.

mis à jour le 03 novembre 2017 à 17H52
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

ByHours, des chambres d’hôtel à l’heure, 24h sur 24
ByHours, des chambres d’hôtel à l’heure, 24h sur 24 © Capture écran

Avec l’essor d’Airbnb et autres plates-formes collaboratives, le secteur de l’hôtellerie est de plus en plus challengé. Face aux nouveaux comportements des voyageurs en quête d’offres à la demande, de flexibilité et de tarif accessibles, un nouveau concept se développe : celui des chambres d’hôtel à l’heure. C’est le créneau qu’a choisi ByHours. Créée en mars 2012 à Barcelone par un ancien hôtelier, Guillermo Gaspart, et deux autres entrepreneurs, Christian Rodriguez et Christian Picard, ByHours propose une plateforme de réservation de chambres avec des forfaits entre 3, 6 ou 12h, à tout moment de la journée, de jour comme de nuit.


Des micro-séjours à la demande, de jour comme de nuit

Le concept de ByHours est né d’un constat. En Europe, le taux d’occupation moyen des hôtels est de l’ordre 65% la nuit et de seulement 25% le jour. Pour combler les taux de vacance et générer des opportunités de revenus supplémentaires aux hôteliers, l’idée est de louer la même chambre plusieurs fois sur 24h.

Contrairement à DayUse, HotelsByDay ou Between9and5.com, par exemple, qui proposent des réservations uniquement en journée, c’est bien sur cette flexibilité de 24h que ByHours souhaite se démarquer : "D’autres acteurs se positionnent uniquement sur la journée. Nous avons dès le départ souhaité proposer des offres 24 heures sur 24", précise Guillermo Gaspart, président et co-fondateur de ByHours. Le modèle de ByHours permettrait ainsi d’augmenter le RevPar (Revenue per Available Room) jusqu’à 20%. "En Espagne, le revenu additionnel est de l’ordre de 200 000 € à l’année", détaille le co-fondateur. Et selon la start-up, "de nombreux hôtels, déjà présents sur la plate-forme, enregistrent une augmentation annuelle de leurs réservations de 30%".


Côté business model, ByHours a deux sources de revenus : la commission des hôtels qui s’élèvent en moyenne à 17% du prix de la chambre auxquels s’ajoutent les frais de réservation à la charge de l’usager, de l’ordre de 4€.  Pas de coût fixe ni d’abonnement en revanche pour l’établissement. Et pour éviter les "no show" et les impayés, ByHours indique avoir prévu un système de garantie via la carte bancaire avec l’hôtel.
 

Des voyageurs business avant tout

Si Guillermo Gaspart (photo ci-contre) est bien conscient que ce type de plateforme peut être connoté "5 à 7", il communique sur une offre de services de "micro-séjour", avant tout destinée à une clientèle "business".  Il revendique d’ailleurs aujourd’hui une clientèle composée à 50 % de voyageurs d’affaires, qui ont besoin d’une chambre entre deux avions, deux réunions... Le président affirme d’ailleurs à ce sujet que la localisation des hôtels partenaires est stratégique : "Nous enregistrons de très bons résultats sur les hôtels situés près des aéroports ou des gares".

Concernant le reste de la clientèle, 30% des utilisateurs ont recours à la plateforme pour des courts séjours dits "lifestyle" (personnes qui louent une chambre pour la visite d’un proche à l’hôpital, un match de football, un concert…)  et 20% pour des "local experiences". Cette dernière frange concerne "des gens de la même ville qui veulent se faire plaisir, profiter du spa, de la piscine... Il s’agit de couples qui veulent célébrer un anniversaire de mariage, par exemple …", précise Guillermo Gaspart.

Pour affirmer son positionnement sur le micro-séjour, la start-up vient d’ailleurs de revoir son logo. "Nous sommes aujourd’hui plus mature. Nous avons choisi d’abandonner le '.com', ainsi que l’image du kangourou qui ne révélait pas notre positionnement. Le sigle de la localisation couplé au thème de la montre est plus compréhensible", explique Guillermo Gaspart.


Vers des réservations simplifiées et plus rapides

 

La nouvelle appli mobile de ByHours a été lancé le 25 octobre 2017

 

Pour se différencier, ByHours a misé sur une technologie en propre. "La plateforme est connectée et totalement automatisée avec le système de réservation de l’hôtel. Toutes les modifications de réservations de l’hôtel sont répercutées en direct sur notre plateforme.", explique Guillermo Gaspart.

En mars 2017, la start-up s’est aussi associée à eRevMax, fournisseur de solutions de gestion hôtelière, afin d’intégrer sa plateforme de réservation directement à la solution RateTiger. Un partenariat qui a permis à ByHours d’attirer davantage de chaînes d’hôtels (Accor, Starwood, Barcelo, Melia… ) et d’étoffer son portefeuille d’hôtels.

L’appli mobile ByHours a quant à elle été mise à jour fin octobre 2017, avec de nouvelles fonctionnalités, comme  la sauvegarde de ses hôtels préférés et la possibilité de répéter une réservation en quelques secondes, la recherche d’hôtels disponibles dans les 30 minutes ou  à partir de « son emplacement actuel", la navigation swipe par fiches d’hôtels… "Aujourd’hui 50% de nos réservations se font depuis l’application", indique Guillermo Gaspart.  Une source à ne pas négliger, donc…

 

Objectif : l’international

Un peu plus de cinq après son lancement, ByHours compte 31 employés. La plateforme est aujourd’hui disponible dans 600 grandes villes et près de 50 pays, pour un total d’environ 2500 hôtels. Et si la start-up reste discrète sur son chiffre d’affaires, elle annonce 200 000 clients réguliers. 

Depuis sa création, ByHours a levé un total de 4,1 millions de dollars. Avec un objectif majeur : accélérer le développement à l’international. Après avoir posé ses pions en Espagne, ByHours a déployé son offre en Europe, en Allemagne, en Italie et au Royaume Uni courant 2016.  La France, qui a ouvert en décembre 2016, représente 10 % du volume d’affaires avec quelque 400 hôtels partenaires. "C’est notre troisième marché", commente Guillermo Gaspart. Prochaine étape : accélérer le déploiement en Amérique latine et au Moyen-Orient, et ouvrir les Etats-Unis.  

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale