Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Calibri tire sa révérence, Microsoft prépare sa succession… et veut votre avis !

Cinq polices d'écriture commandées par Microsoft ont été présentées pour remplacer Calibri en tant que police d'écriture par défaut des applications Microsoft 365. Tenorite, Bierstadt, Skeena, Seaford et Grandview sont en compétition pour prendre la place occupée par Calibri depuis déjà 14 ans.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Calibri tire sa révérence, Microsoft prépare sa succession… et veut votre avis !
Calibri tire sa révérence, Microsoft prépare sa succession… et veut votre avis ! © Microsoft

Après 14 ans de bons et loyaux services, la police d’écriture Calibri, qui avait succédé à Times New Roman, va être remplacée. Que les fans se rassurent, elle ne disparaîtra pas, mais ne sera plus la police par défaut des applications Microsoft. L'entreprise de Redmond a présenté les cinq polices d’écriture qu'elle a commandées pour prendre la suite dans un billet de blog publié le 28 avril.

"Elle nous a bien servi, mais nous pensons qu'il est temps d'évoluer", écrit l'équipe design de Microsoft. Toutes ces polices seront mises à disposition des utilisateurs, et l'une d'entre elles servira de police par défaut dans les applications Microsoft 365 (Word, Excel, PowerPoint, etc.). Mais qui des cinq sera choisie ? L'entreprise n'en a encore rien dit, et invite le public à donner son avis sur Twitter.

Cinq concurrentes

  • TENORITE : Tenorite a l'aspect général d'un sans serif traditionnel, mais avec un style plus chaleureux. Conçue par Erin McLaughlin et Wei Huang, elle a été créée pour être agréable à lire sur des écrans de petites tailles avec un ajustement plus resserré qui permet de faire tenir plus de mots sur une ligne, un atout pour les présentations PowerPoint selon ses concepteurs.


     
  • BIERSTADT: Dessinée par Steve Matteson, Bierstadt est définie par des lettres sans serif de style bloc sans fioriture ou contraste, s’inspirant de la police Helvetica, créée par la fonderie suisse Haas en 1957. Les terminaisons sont précisément cisaillées à 90 degrés, ce qui, selon Steve Matteson, donne un aspect plus moderne que les terminaisons plus douces et anguleuses de l'Arial.


     
  • SKEENA: John Hudson et Paul Hanslow ont voulu créer une police sans serif "humaniste". Skeena est composée de formes de caractères traditionnels à empattement. Ses concepteurs ont voulu apporter une touche de modernité aux caractères du XXe siècle qui présente un contraste de trait plus élevé que d’ordinaire. Skeena a été conçue pour la lecture des longs documents, ainsi que pour les passages plus courts que l'on trouve souvent dans les présentations, les brochures, les tableaux et les rapports.


     
  • SEAFORD : Le Seaford est un caractère sans empattement imaginé par Tobias Frere-Jones, Nina Stössinger et Fred Shallcrass qui ont fait le pari de la différenciation des formes plutôt que celui de la répétition et de la symétrie pour créer des formes de mots plus reconnaissables. Elle s’inspire des caractères à empattement de style ancien et évoque leur familiarité confortable.


     
  • GRANDVIEW: Aaron Bell a pensé Grandview comme une police de caractère sans empattement dérivée de la signalisation routière et ferroviaire allemande classique. Celle-ci avait été élaborée dans le but d’être lisible à distance et dans de mauvaises conditions. Aaron Bell a repensé les caractères de la signalisation pour qu’ils puissent être lisibles dans le corps du texte en augmentant la largeur des caractères de 20% par rapport à la conception originale.



    AMéLIORER L’EXPéRIENCE UTILISATEUR
    On pourrait remettre en cause l'importance d'une police de caractère, mais les designers de Microsoft (comme ceux d'ailleurs) ne voient évidemment pas les choses de cette façon. "Lorsqu'une police se fond dans l'arrière-plan d'une expérience utilisateur, les gens peuvent se jeter directement dans le processus créatif et rester ancrés dans leurs pensées plutôt que de penser à la forme que ces pensées prennent", musent-ils dans le billet de blog.

    "La conception d'une lettre individuelle peut être artistique, mais faire en sorte que toutes ces lettres individuelles fonctionnent ensemble pour former des mots, des phrases et des paragraphes est une science à part entière", poursuit le billet. A la rencontre de l'art et de la science, laquelle de ces polices est donc votre préférée ? Nous avons nous-même une petite préférence pour Tenorite.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.