Cambridge Analytica : Facebook paie 725 millions de dollars pour clôturer un recours collectif

Le géant américain Meta, maison-mère de Facebook, va débourser 725 millions de dollars pour clôturer un recours collectif initié à la suite du scandale Cambridge Analytica, où le réseau social avait été épinglé pour avoir permis à des entreprises tierces, dont le cabinet de conseil, d’accéder aux informations personnelles de dizaines de millions de ses utilisateurs.
Partager
Cambridge Analytica : Facebook paie 725 millions de dollars pour clôturer un recours collectif

C’est une somme historique que Meta, propriétaire de Facebook, a accepté de payer. Pour mettre fin à un recours collectif, l’entreprise américaine va débourser 725 millions de dollars (683 millions d’euros).

L’action en justice remonte à 2018, après que le Guardian et le New York Times ont révélé au grand jour que le réseau social avait permis à des tierces parties d’avoir accès aux données de leurs utilisateurs, enfreignant ainsi les règles de protection de la vie privée et leur propre engagement en la matière.

Ces très précieuses informations ont été notamment permis à la société britannique de conseil Cambrige Analytica de piocher dans les informations de pas moins de 87 millions d’utilisateurs du réseau social pour profiler et cibler, sans leur consentement, les utilisateurs américains dans le cadre de la campagne présidentielle de l’ex-président américain, Donald Trump, en 2016.

Un "accord historique"

L’accord, rendu public jeudi 22 décembre, doit encore recevoir le feu vert d’un juge fédéral. "Cet accord historique apportera un soulagement significatif au collectif [que nous représentons, NDLR] dans cette affaire complexe et inédite de protection de la vie privée. Si nous sommes parvenus à ce stade, c’est uniquement parce que nos équipes d’avocats et de professionnels ont consacré des années de travail acharné à cette affaire", se sont félicités les avocats des plaignants, Derek Loeser et Lesley Weaver, dans une déclaration commune.

Les 725 millions de dollars devraient être répartis entre tous les utilisateurs lésés, qui devraient ainsi, au vu de leur nombre, n’obtenir qu’une toute petite compensation. Meta, de son côté, ne reconnaît aucune infraction. “Nous avons cherché à obtenir un arrangement car c’est dans le plus grand intérêt de notre communauté et de nos actionnaires. Au cours des trois dernières années, nous avons réorganisé notre approche de la protection de la vie privée et mis en place un programme complet de protection de la vie privée”, l’entreprise a-t-elle néanmoins indiqué à CNBC.

Le "scandale Cambridge Analytica" avait déjà poussé la Federal Trade Commission, le régulateur antitrust américain, chargé également de la protection des consommateurs, à sanctionner l'entreprise à hauteur de 5 milliards de dollars pour avoir mal protégé les données de ses utilisateurs.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS