Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Canicule : Les datacenters échappent au coup de chaud

La canicule met les datacenters à rude épreuve. Mais jusqu’ici pas de coupures de service ni de dysfonctionnements majeurs. Une résistance qui démontre la robustesse des centres de données face aux évènements les plus difficiles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Canicule : Les datacenters échappent au coup de chaud
Canicule : Les datacenters échappent au coup de chaud © D.R. - OVH

"Les périodes de canicule, comme celle que nous vivons actuellement, sont les pires moments pour les datacenters", confie Nicolas Aubé, président-fondateur de Celeste. Mais à en croire le patron de cet hébergeur informatique de 50 personnes et 12 millions de chiffre d’affaires, son datacenter Marilyn, situé à Marne-la-Vallée, ne déplorait jusqu’ici aucun incident lié à la vague de chaleur.

 

La climatisation à fond

 

Ce centre de données utilise le procédé de Free-cooling, c’est-à-dire l’air extérieur pour refroidir les serveurs. Les normes exigent le maintien de la température intérieure entre 20 et 22 °C. "Le Free-cooling suffit tant que l’air extérieur reste frais, ce qui est le cas dans 80% du temps, explique Nicolas Aubé. Quand la température extérieure atteint 32 °C, nous arrêtons le free-cooling et basculons automatiquement sur la climatisation, ce qui représente 15% du temps sur l’année. Et dans les périodes intermédiaires, soit 5% du temps, nous combinons le free-cooling et une climatisation partielle. Pour nous, les périodes de fortes chaleurs sont synonymes, non pas de problèmes, mais d’augmentation de la consommation d’énergie et donc de surcoût. C’est d’autant plus vrai que, pour de raisons de sécurité, tout est redondant : les systèmes de climatisation, les équipements électriques, les arrivées de courant, etc."

 

Même situation chez Aruba, fournisseur italien de cloud computing qui exploite le Free-cooling dans ses sept datacenters en Europe, dont deux à Paris. "Etant un groupe italien, nous sommes coutumiers des températures élevées, confie Eric Sansonny, directeur général de la filiale française. Nos datacenters sont régulièrement soumis à rudes épreuves. Nous utilisons actuellement la climatisation. Mais pour limiter les coûts, nous refroidissons uniquement les serveurs à l’intérieur des baies hermétiques, et non la totalité de l’espace disponible."

 

Des contraintes draconiennes de sécurité pour les datacenters

 

CloudScreener, le comparateur français des services cloud, confirme la bonne résistance des datacenters à la vague actuelle de chaleur. "Nous ne constatons ni coupure de services ni dysfonctionnement majeur sur les services cloud que nous suivons", assure Anthony Sollinger, le co-fondateur. Le comparateur suit l’activité d’une quinzaine d’opérateurs de cloud computing : les géants américains comme Amazon Web Services, Microsoft, IBM, Google ou Rackspace, mais aussi les français Cloudwatt, Numergy, Ikoula, Gandis, OVH, ASP Serveur et Outscale.

 

La bonne tenue des datacenters s’explique par les contraintes draconiennes de conception et d’exploitation auxquelles ils sont soumis. Pour éviter les interruptions de services, tous les équipements sont redondants. En cas de panne de l’un, l’autre prend le relais. Chez l’hébergeur informatique Equinix, même les deux alimentations électriques de son datacenter à Pantin proviennent de deux fournisseurs différents. En cas de défaillance de l’un, l’autre intervient en secours. En théorie, tout est mis en œuvre pour parer à toute éventualité et éviter un arrêt d’activité.

 

La chaleur révèle les défauts de maintenance

Cependant, la chaleur peut révéler des défauts de conception de certains équipements ou des manquements de maintenance. "C’est ainsi que nous avons subis des incidents dans deux de nos 33 points de présence réseau chez des petits hébergeurs en régions", reconnait Nicolas Aubé, sans citer les hébergeurs en question. Comme quoi la sécurité à 100% n’existe pas.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Cédric
06/07/2015 21h34 - Cédric

Il existe aussi et surtout le refroidissement par liquide, "Liquid cooling" utilisant des "liquid-cooled electronic systems" beaucoup plus fiable que le refroidissement par air...

Répondre au commentaire | Signaler un abus