Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Capital risque : la France distancée malgré des levées records au 1er semestre

Les start-up françaises ont levé presque autant de fonds en six mois que sur l’ensemble de l’année 2020, selon le baromètre du capital risque d’EY.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Capital risque : la France distancée malgré des levées records au 1er semestre
Levées de fonds records en France au premier semestre 2021. © Robert Anasch / Unsplash

Record battu pour les start-up françaises, qui ont levé 5,14 milliards d’euros au premier semestre 2021. Selon le baromètre EY du capital risque publié ce mercredi 1er septembre, l’ensemble des levées de fonds sur les six premiers mois de l’année atteint quasiment la somme totale levée pendant l’année 2020 (5,39 milliards).

Cela représente un bond de 90% sur un an, tiré davantage par le montant moyen des levées de fonds que par le nombre d'opérations réalisées, qui n'augmente "que" de 16%. L'abondance de liquidités disponibles chez les fonds d'investissement et la concurrence à laquelle ils se livrent a tendance à faire grimper les valorisations, mais le nombre de projets de qualité à financer ne suit pas forcément la croissance des liquidités.    

La France à la traîne de l’Allemagne
Cependant l’étude apporte un bémol aux réjouissances de la French Tech, car le capital risque se porte encore mieux chez nos voisins. Au Royaume-Uni, les levées de fonds atteignent 16,44 milliards d’euros au premier semestre (+243% sur un an), et l’Allemagne dépasse cette fois-ci la France avec 7,83 milliards d’euros de fonds levés (+298%).

"L’heure est probablement venue de passer à une étape de consolidation européenne car sans ce mouvement, nous ne serons pas en mesure de peser sur la scène mondiale", note le cabinet de conseil.

Les services web dominent largement en volume et en valeur
Dans le détail, 416 opérations ont été comptabilisées. Le plus gros financement revient à la société d’analyse de données Contentsquare (408 millions d’euros), suivie du portefeuille de cryptomonnaies Ledger (312 millions) et du réseau immobilier sans agence IAD (300 millions).

Par secteur, les sociétés de service internet concentrent plus de 47% des fonds levés (2,4 milliards d’euros en 191 opérations). Les fintechs sont en bonne place. Elles ont levé 1,08 milliard d’euros, contre 204 millions au premier semestre 2020. Les start-up des secteurs des sciences de la vie et les cleantechs, par ailleurs bien représentées dans les introductions en Bourse, ont également séduit les investisseurs avec respectivement 564 millions d’euros et 215 millions d’euros de levées de fonds recensées.