Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Captain Contrat veut simplifier la vie des petites entreprises grâce à la legaltech

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up française Captain Contrat vient de lever 4 millions d'euros. Après avoir développé une plate-forme de services juridiques en ligne à destination des TPE-PME, Captain Contrat veut accompagner au quotidien les entreprises dans leurs démarches. Une façon de diffuser l'accès au droit grâce à la legaltech.

Captain Contrat veut simplifier la vie des petites entreprises grâce à la legaltech
Maxime et Philippe Wagner, cofondateurs de Captain Contrat. © Captain Contrat

La start-up française Captain Contrat a annoncé avoir levé 4 millions d’euros le 6 décembre. La jeune pousse basée à Paris a développé une plate-forme de services juridiques en ligne à destination des TPE-PME. Captain Contrat revendique 6000 clients pour 20 000 prestations commandées, depuis sa création fin 2013.

 

L’argent levé provient du fonds d’investissement CapHorn Invest, du fonds Ambition Amorçage Angels géré par Bpifrance et de plusieurs business angels dont Cyril Vermeulen (cofondateur d’Auféminin.com) et Olivier Heckmann (cofondateur de Multimania et Kewego).

 

La start-up propose des contenus et des services pour aider les TPE-PME dans des démarches administratives et juridiques variées : création de société, contrats commerciaux, contrats de travail, dépôts de marque… “Notre objectif c’est d'être présent au quotidien à toutes les étapes du développement des entreprises”, explique à L’Usine Digitale Philippe Wagner, cofondateur de Captain Contrat avec son frère Maxime Wagner.

 

Rendre l’accès au droit simple et peu onéreux

Si une partie des services est automatisée, notamment ceux de secrétariat juridique, Captain Contrat repose essentiellement sur la mise en relation des entreprises avec un réseau d’une centaine d’avocats qui sont sélectionnés pour leur expérience et leur réactivité.

 

Pour les petites entreprises, l’avantage de démarches simplifiées couplé à un prix forfaitaire peut rendre les rouages administratifs et juridiques moins impressionnants. “Ce qui est souvent reproché aux avocats c’est que ça coûte très cher. C’est difficile de savoir dès le départ quel va être le prix parce qu’il y a souvent des dépassements. Il s’agit de résoudre ces problèmes d’accès au droit en rendant les démarches simples et peu onéreuses”, souligne Philippe Wagner.

 

 

Un futur accompagnement quotidien

Grâce à cette augmentation de capitale, Captain Contrat compte doubler les effectifs de son équipe qui compte aujourd’hui 40 personnes. La start-up souhaite aussi amorcer un développement européen et accélérer son développement commercial auprès des grands comptes, chez les banques et les assurances. “Aujourd'hui, elles réfléchissent beaucoup à la satisfaction du client et comment faire plus que de la banque ou de l’assurance”, assure Philippe Wagner.

 

Captain Contrat va également développer un département en ligne pour accompagner au quotidien les sociétés avec un système d’abonnement : “En plus de pouvoir rédiger des contrats tous les 2 ou 3 mois quand elles ont des besoins, elles vont avoir la possibilité de poser des questions par écrit, d’avoir des avocats sur une hotline, d’avoir un bilan juridique trimestriel, des rappels d’échéance sur leurs contrats et des notifications sur les nouvelles lois qui sortent et qui les concernent”, détaille l'entrepreneur.

 

Boom des investissements dans la legal tech

En quelques années, les investissements dans la legal tech ont explosé. Le montant des levées de fonds est passé de 4,2 millions d’euros en 2014 à 52 millions en 2017, soit une croissance de 1175 % selon une étude réalisée par SNCF Développement.

 

Il y a un réel besoin pour ce type de services selon les dirigeants de Captain Contrat qui citent un autre chiffre révélateur de l’étude : à Paris, seules 9 % des PME ont un service juridique interne. Les 91 % restants sont autant d'entreprises susceptibles de rechercher des solutions alternatives dans les legal tech.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale