Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Carrefour ouvre un drive piéton automatisé à Paris avec Delipop

Carrefour s'allie à la start-up Delipop pour ouvrir un nouveau type de drive piéton. Situé avenue de Versailles, dans le 16eme arrondissement de Paris, ce drive est automatisé : il suffit de passer la commande en ligne sur le site Carrefour et de sélectionner Delipop. Un code doit être tapé pour ouvrir la porte d'entrée et un QR code scanné pour récupérer sa commande. L'automate de Delipop s'occupe de sélectionner le bon bac pour le client qui peut repartir en moins de 2 minutes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Carrefour ouvre un drive piéton automatisé à Paris avec Delipop
Carrefour ouvre un drive piéton automatisé à Paris avec Delipop © Léna Corot

Un drive piéton entièrement automatisé permettant de récupérer ses courses, commandées la veille ou le jour même, en moins de 2 minutes. Telle est la promesse de Delipop : start-up française fondée par Lukasz Nowinskiet, le fondateur de Retail Robotics, et Hervé Street, le patron de Star Service. Carrefour, séduit par la proposition, ouvre un premier drive piéton Delipop au 194 avenue de Versailles dans le 16eme arrondissement de Paris. Il sera possible de venir y retirer sa commande dès le 6 octobre 2021.

Une commande le jour même
Le drive piéton est entièrement automatisé. Il faut au préalable passer sa commande sur le site Carrefour et demander la livraison dans Delipop. La commande peut être passée jusqu'à minuit pour le lendemain matin et jusqu'à midi pour une livraison dans l'après-midi. Une fois le créneau choisi, la personne dispose de 15 à 20 minutes pour terminer sa commande sur le site Carrefour. Un minimum de 20 euros doit être commandé parmi les 15 000 références. Le panier moyen est de 50 à 60 euros sur des courses récupérées en drive piéton. Ce premier drive piéton est ouvert de 10h à 18h, mais à terme l'objectif est d'avoir une plage horaire étendue de 6h à minuit.

Une soixantaine de commandes par jour peuvent être récupérées sur ce lieu de 45 m². Deux bornes ou interfaces clients sont présentes à l'intérieur avec quatre tiroirs pour récupérer les produits et un congélateur avec de nombreux bacs. Pour rentrer dans l'espace, un code d'accès – qui change tous les jours – est demandé. Puis, il suffit de scanner le QR code reçu lors de la commande sur la borne, l'interface client indiquant quel tiroir va s'ouvrir. Ensuite, il faut récupérer sa commande, valider le retrait et attendre que le tiroir se referme avant de pouvoir récupérer les éventuels produits congelés dans un des bacs numéroté qui s'ouvre automatiquement à l'ouverture de la porte du congélateur.
 


Si une personne est pour l'instant présente afin de s'assurer que tout se passe bien et pour guider les clients en cas de besoin, plus personne ne devrait tenir ce rôle dans un mois. L'idée est de comprendre l'utilisation faite par les clients pour optimiser le service. Par exemple, lors du test mené par Carrefour avant l'ouverture de ce premier lieu, ils se sont rendus compte qu'il valait mieux parler de tiroir et non de bac ; qu'il était important de différencier les deux interfaces clients et les tiroirs rattachés à chaque interface par un code couleur ; qu'il vaut mieux mettre les commandes dans des sacs et enlever les cartons pour accélérer le temps de récupération des courses.

Un réseau de drives piétons automatisés et mutualisés
Si ce premier drive piéton automatisé Delipop est exclusivement réservé aux clients Carrefour, l'objectif de la start-up est de mutualiser l'ouverture de ces points de retrait entre plusieurs retailers. Delipop s'occupera alors de la gestion du drive : de la recherche d'un lieu idéal à la livraison du dernier kilomètre au départ de ses hubs situés à Gennevilliers et Orly, en passant par l'ouverture du local.

Concrètement, le risque pèsera sur Delipop puisque les distributeurs paieront la start-up à la commande. A charge pour elle de trouver des lieux qui séduisent suffisamment de clients, en sachant qu'il est possible d'après elle de réaliser jusqu'à quatre fois plus de commandes grâce à sa technologie d'automatisation par rapport à un drive classique. L'une des raisons est l'optimisation de l'espace de stockage situé derrière l'automate, qui permet d'avoir plus de bacs contenant les différentes commandes. Pour les retailers, au-delà du risque qui est moindre, cela leur permettra d'avoir un maillage du territoire plus fin pour proposer ce type de service.

Un objectif de cinq autres drives piétons d'ici la fin d'année
Lorsque des lieux mutualisés ouvriront leurs portes, la réservation se fera via les sites de chaque commerçants, qui seront reliés en temps réel à Delipop pour la réservation des créneaux. La start-up souhaite ouvrir cinq autres points de retraits qui soient mutualisés d'ici la fin de l'année – un autre à Paris et quatre en petite couronne – 25 d'ici juin 2022 et une soixantaine d'ici fin 2022.

La start-up souhaite tester différentes localisations comme des lieux de passage, des villes ou zones dortoirs, des bureaux, des gares, etc. La priorité est pour l'instant mise sur Paris et la petite couronne, mais Delipop aimerait tester l'ouverture d'un drive piéton automatisé au moins dans une autre grande ville française.

Pour l'instant Delipop met 15 jours à fabriquer l'automate qui équipe ces lieux. L'objectif est de réduire le temps de fabrication à une semaine, mais la start-up assure que cela n'est pas un frein au déploiement de sa technologie. Delipop étant un point de retrait, il est aussi possible d'imaginer à l'avenir le retrait d'autres produits, que ce soit du non alimentaires, des plats chauds, du pain frais, etc.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.