Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cash investigation : suite au bad buzz, le président de Huawei France assure s'être mal exprimé

Face au tollé suscité après la diffusion de l'émission Cash Investigation qui montrait les dérives du système de production des fabricants de smartphones, Huawei France a finalement publié un communiqué sur sa page Facebook officielle le 6 novembre à 15h. La filiale française du groupe chinois y assure "exige(r) de l’intégralité de ses fournisseurs directs et indirects le respect de son code éthique et une stricte conformité légale tout au long de sa chaîne d'approvisionnement" et "veiller à ce que les fournisseurs soient en pleine conformité avec ces directives" via "des audits détaillés". Mais loin de calmer le jeu, ce post a rapidement été inondé de commentaires virulents appelant au boycott de la marque et soutenant la journaliste de France 2 Elise Lucet. Face à ce bad buzz, le patron de Huawei France, François Quentin a dû revenir sur ses propos via Twitter et exprimer son respect pour l'équipe de Cash Investigation.  Un énième exemple de la difficulté de la gestion des bad buzz pour les marques, qui mettent souvent trop longtemps à réagir à un événement capable de dépasser les frontières d'un pays en moins d'une heure.  
mis à jour le 10 novembre 2014 à 13H04
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

 

Deux exemples de commentaires reçus par la marque :

 

Ce premier communiqué n'ayant pas suffi à apaiser le bad buzz, le président de Huawei France, François Quentin, a dû corriger ses propos publiés par L'Usine Digitale, lors de Assises de l'Industrie organisées par L'Usine Nouvelle.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

1chinoisdefrance
10/11/2014 14h59 - 1chinoisdefrance

Non et non ! Il y en a marre de ces journalistes en manque de sensation qui cherchent à démonter la Chine à toute occasion!!! Mais qui ne connaissent en rien sur la vraie Chine. Entant que chinois, je crois savoir que le travail des enfants est strictement interdit par la loi en Chine. Les responsables concernés, une fois découverts seront punis très lourdement. Il y a tous les jours des scandales en Chine, et quelque fois aussi en France, qui ne sont pas le reflet de la société en entière, bien au contraire, la population s'insurge systématiquement contre ces malfaiteurs. Vous faites du tort à une société privée chinoise sans vous gêner, mais imaginez un seul instant que les sociétés françaises installées en Chine subissent du même sort par un grand media chinois… Vous blésez profondément les chinois de France qui subissent constamment la mauvaise image que vous véhiculez de la Chine. ... Soyez humbles, arrêtez de vous comporter toujours en donneur de leçon au monde entier!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media