Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cdiscount lance un deuxième incubateur pour les start-up orientées data ou marketing

Cdiscount ouvre un deuxième incubateur destiné aux jeunes pousses travaillant sur des sujets marketing et data. Le Lab by Cdiscount - c'est son nom - a pour ambition de mettre sur le marché de nouvelles solutions d'ici fin 2019.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cdiscount lance un deuxième incubateur pour les start-up orientées data ou marketing
Cdiscount, c'est des colis mais aussi des données, beaucoup de données © Cdiscount

Et de deux. Après The Warehouse, un incubateur sur les thématiques de la logistique et de la supply chain, Cdiscount, la filiale e-commerce de Casino, crée Le Lab by Cdiscount, cette fois sur les thématiques du marketing et la data. La décision d’ouvrir ce deuxième espace s’explique largement par le succès du premier : lancé à l’automne 2017, la marque s’enorgueillit de 4 startups entrées en production et de 5 nouvelles l’ayant intégré en 2018.

 

Valoriser les 250 To de datas

"Nous nous sommes inspirés de la démarche de The Warehouse pour la décliner à nos besoins", explique Ferdinand Tomarchio, directeur commerce et marketing de Cdisount. Pour Le Lab, il s’agira de collaborer avec les talents de l’écosystème numérique, en leur apportant le principal actif de Ciscount : les données. L’entreprise leader du e-commerce non alimentaire annonce 250 To de données, 20 millions de visiteurs par mois et 30 millions de produits expédiés par an !


Dans un premier temps, trois thématiques ont été retenues : l'expérience d'achat et les nouveaux modes de consommation ; le commerce participatif et communautaire ; et la consommation locale et responsable de l'environnement. "Tout cela se fera évidemment dans le respect du RGPD et des recommandations de la Cnil", rappelle Ferdinand Tomarchio. Par ailleurs, il explique que les start-up qui rejoindront l’incubateur passeront "les mêmes filtres de sélection que les prestataires".


Outre l’accès aux données, elles bénéficieront par ailleurs de l'accès compétences maison : les experts métiers et les experts datas, soit du temps homme. Par ailleurs, ils pourront être hébergés s’ils le souhaitent au plus près des équipes, dans les locaux bordelais et parisiens.

 

La différence par rapport au premier incubateur est dans le temps d’élaboration de solution. "On sera plus rapide dans le marketing, les solutions sont moins lourdes à mettre en oeuvre que dans la logistique. Nous devrions élaborer de nouveaux services d’ici à la fin de cette année", pronostique Ferdinand Tomarchio.

 

Agilité et responsabilité 

L’incubateur ne saurait être confondu avec le travail que réalise Cdiscount avec des jeunes pousses pour réaliser des Poc (proof of concept). "Sur ce nouveau projet, nous accompagnerons de A à Z des entreprises early stage", poursuit le directeur marketing et commerce.

 

Côté investissement, s’il est envisageable, il n’est pas obligatoire : "On ne s’interdit rien", précise-t-il. De même, la solution élaborée dans le cadre de Le Lab n’a pas à être strictement réservée à Cdiscount. "Nous n’avons pas voulu faire un concours avec des clauses d’exclusivité. Nous ne nous interdisons pas d’aider une start-up qui mettra au point une solution sur le marché pour toutes les entreprises du secteur. Cela fait partie de la conception que nous avons de notre rôle d’entreprise leader", explique Ferdinand Tomarchio. Et de montrer son agilité. Les start-up désireuses de rejoindre Le Lab ont jusqu’au 4 mars 2019 pour le faire. Ça va pulser.

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media