Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ce qu'apporte vraiment Voyages-Sncf.com aux start-up avec ACT 574

A l'occasion du salon Viva Technology 2017, Voyages-sncf.com (bientôt OUI.sncf) présente sa stratégie de co-accélération de start-up à travers sa structure ACT 574. Benoît Bouffart, directeur produit et innovation de cette filiale de la SNCF, a détaillé en avant-première cette démarche à L'Usine Digitale.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ce qu'apporte vraiment Voyages-Sncf.com aux start-up... et inversement !
Ce qu'apporte vraiment Voyages-Sncf.com aux start-up avec ACT 574 © Voyages-sncf.com

Un an et demi après son lancement, l'accélérateur ACT 574 de Voyages-sncf.com (bientôt OUI.sncf), dont le nom fait référence au record de vitesse du TGV, vient d'accueillir sa troisième promotion (batch, dans le jargon). La filiale de la SNCF n'a toutefois pas attendu la création de cette structure pour travailler avec les start-up. "Depuis 2008, nous travaillions beaucoup avec des start-up mais sur un seul modèle, celui du partenariat commercial et technique. Nous avons réalisé que ce schéma ne s'appliquait pas à tous les cas et nous souhaitions travailler avec d'autres start-up, y compris avec celles qui ne nous apportent rien à court terme", explique Benoît Bouffart, directeur produit et innovation de Voyages-Sncf.com (bientôt renommé Oui-sncf.com).

 

Le choix de la co-accélération

Les 3 nouvelles start-up accélérées par ACT 574 

  • Allo Media a développé une technologie d'intelligence artificielle qui permet d'analyser les conversations téléphoniques entre un client et une marque. Ajoutées à la base de données de l'entreprise, ces précieuses informations enrichissent le CRM et donne plus de visibilité aux équipes marketing.
  • Eelway propose à ses clients que des concierges récupèrent et déposent les bagages aux lieux indiqués pour les libérer de cette contrainte. 
  • Prevision.io est une plateforme automatisée qui permet de mettre en place des modèles de prévisions ou d’optimisation. Elle propose aux entreprises une solution d’analyse de données et de machine learning.

 

En octobre 2016, le premier site marchand de France lance donc ACT 574, un accélérateur qui vise à favoriser le développement de l'écosystème du tourisme et du e-tourisme. Le dispositif entend se distinguer des 1200 autres programmes dédiés à l'accompagnement de start-up déjà déployés en Ile-de-France. Voyages-SNCF a ainsi fait le choix de la co-accélération. "Toutes les start-up que nous accélérons, sont déjà accélérées ailleurs",  précise Benoît Bouffart. Les jeunes pousses passent ainsi 80% de leur temps dans d'autres accélérateurs, comme le Welcome City Lab de la ville de Paris ou les structures de Microsoft et d'Allianz, et 20% de leur temps au sein du ACT 574. "Au total, sur cinq mois de programme, nous consacrons 800 heures de travail à chaque start-up", indique le directeur produit et innovation.

 

Son savoir-faire en UX 

Ensuite, ACT 574 propose aux jeunes pousses cinq services très précis liés à ses expertises. D'abord, l'accélérateur met à disposition des start-up ses compétences en matière d'expérience utilisateur (UX) et d'interface utilisateur (UI). "Nous faisons des ateliers, pour définir les points sur lesquels nous pouvons les aider. Dans le cas de l'UX et l'UI, nous faisons des recommandations, du maquettage, du prototypage et allons jusqu'à la livraison", raconte Benoît Bouffart.

 

Des développeurs

Deuxième service : la mise à disposition de ressources pour le développement. "Nous avions, par exemple, une start-up qui avait besoin d'une refonte complète de son application iOS et qui n'avait pas les bonnes ressources en interne", illustre Benoît Bouffart.

 

De la data

La troisième offre s'articule quant à elle autour de la donnée. "La start-up Metigate, qui est spécialisée dans les prédictions climatiques, propose aux clients 'météo sensibles' les meilleures fenêtres de tir pour réaliser des travaux. Cette start-up avait besoin d'importants volumes de données, non pas pour des objectifs commerciaux, mais pour des usages techniques afin d'affiner ses algorithmes", expose le directeur produit et innovation. Pour les besoins de Metigate, ACT 574 a donc extrait une partie des 100 teraoctets de données que Voyages-sncf.com traite chaque mois. "Depuis Metigate, nous avons systématisé cette mise à disposition des données", explique Benoît Bouffart.

 

Des contacts

Le quatrième pilier est un accès à l'écosystème du groupe SNCF. Objectif : faciliter aux start-up l'accès aux bons interlocuteurs au bon moment pour accélérer leur développement. ACT 574 travaille d'ailleurs avec des start-up qui se situent entre la série A et la série B. "Les start-up trop jeunes risquent de ne pas supporter une montée en charge trop importante. Par exemple, si on intègre une de leurs fonctionnalités sur notre site, il faut qu'elle soit suffisamment robuste pour nos 14 millions de visiteurs uniques mensuels".

 

De la visibilité

La dernière brique qu'apporte ACT 574 aux start-up accélérées est de la visibilité… en échange de capital, via un système de Media for equity. Ce mode alternatif de soutien aux start-up consiste à augmenter leur notoriété auprès du grand public à travers des dispositifs de communication en échange d'une prise de capital. Ainsi, contrairement aux levées de fonds classiques, les jeunes pousses ne perçoivent pas d'investissement financier mais l'assurance d'une certaine visibilité. Une sorte de troc qui s'adresse aux start-up B2C. ACT 574 a ainsi réalisé sa première opération de Media For Equity avec la start-up marseillaise RendezvousCheznous. "Ce genre d'opération a vocation à se répéter avec d'autres start-up. Nous sommes dans le test and learn. Si cela fonctionne, nous allons l'industrialiser pour la prochaine promotion", confie Benoît Bouffart.

 

Ce qu'apportent les start-up à Voyages-scnf.com

  • Une fidélisation des talents : "En travaillant avec les start-up, nos data scientits sortent de leur quotidien. C'est un moyen pour nous de nous régénérer. C'est un vrai enjeu RH, cela contribue à l'engagement de nos équipes", assure Benoît Bouffart.
  • Le maintien d'une excellence technique : "Travailler avec les start-up nous challenge en termes de compétences. Il y a une sorte de transfusion sanguine. Nous leur apportons notre savoir-faire en termes d'industrialisation et en retour elles nous obligent à rester à la pointe de la technologie", explique le directeur produit et innovation.
  • De la simplicité : "Nous pratiquons le reverse pitch : nos équipes présentent une fonctionnalité qu'elles souhaitent développer aux start-up et leur demandent leurs avis. Souvent lorsque nous sommes nombreux à travailler sur un sujet, on a tendance à complexifier le produit. Les start-up  nous ramènent à plus de simplicité, car elles ont moins de moyens et cherchent à aller à l'essentiel".
  • Un accès leur écosystème : "Les start-up avec qui nous travaillons nous font aussi bénéficier de leur propre écosystème et peuvent nous mettre en contact avec d'autres start-up lorsque nous sommes confrontés à une problématique".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale