Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ce qu'il faut savoir quand on veut recruter un jeune diplômé avec un cursus IT

Le cabinet Universum qui ausculte les motivations et les aspirations des jeunes diplômés publie un focus sur les jeunes spécialistes de l'IT. Intéressés par les défis intellectuels, ces derniers veulent un travail stimulant intellectuellement. Si la création d'entreprise les attire, le management d'équipes n'est en revanche pas une motivation majeure dans leur carrière.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ce qu'il faut savoir quand on veut recruter un jeune diplômé avec un cursus IT
Ce qu'il faut savoir quand on veut recruter un jeune diplômé avec un cursus IT © Flickr

Transformation numérique oblige, ce sont sûrement les étudiants les plus recherchés sur le marché du travail. Les diplômés d’un cursus en IT sont les jeunes professionnels indispensables que tout le monde s’arrache ou presque. Le cabinet Universum vient de publier une étude complémentaire sur les attentes et les envies de ces jeunes diplômés français*.
 

4 français dans le top 10

Le premier enseignement de cette étude est qu’ils connaissent leur valeur et savent que le marché est de leur côté. Là où les ingénieurs attendent en moyenne de percevoir 35 406 euros, les jeunes avec un cursus IT attendent 36 806 euros en moyenne.

 

L’entreprise préférée des jeunes diplômés IT est sans surprise Alphabet que tout le monde continue d’appeler Google. Elle précède Microsoft, Ubisoft et Apple. A la cinquième place, on trouve le français Thalès, Orange occupe la neuvième et Airbus Group la dixième. Figurent aussi dans le top 10 IBM (6e), Amazon (7e) et Electronic Arts (8e). Selon que l’on est optimiste ou pas, on remarquera que les entreprises françaises occupent 4 places du top 10 ou que ce sont 6 géants numériques d’outre-Atlantique qui figurent dans le classement. On remarquera aussi que les ESN qui emploient de gros volumes de profils IT ne figurent pas dans le Top 10. La première qui apparaît dans le classement est Capgemini à la 14e place. On trouve Atos à la 21e place, ex-aequo avec Blablacar et derrière le CNRS !

 

Côté secteur d’activité, les deux qui attirent le plus sont la conception de logiciels et les services informatiques cités par 54 % et les équipements et technologies informatiques (30 %) juste devant les télécommunications et réseaux (25 %). A l’autre extrémité, on trouve communication et médias, ainsi que arts divertissements et centre de loisirs, ex-aequo avec 6 % de réponse. Le conseil en management ne fait rêver que 12 % des jeunes avec un profil IT.

 

Small is beautiful

Comme on pouvait s’y attendre et cela explique sûrement une partie de la pénurie de profils IT disponibles sur le marché, les jeunes issus de ces filières sont relativement plus nombreux à vouloir travailler dans une start-up ou même à vouloir créer leur entreprise. Ainsi, 6 % d’entre-eux sont tentés par la création (contre 3 % pour l’ensemble des écoles d’ingénieur) et 14 % disent vouloir travailler dans une start-up (soit deux fois plus que pour les ingénieurs). Si les grandes entreprises et certaines ESN peinent de plus en plus à attirer les jeunes diplômés du secteur IT, c’est parce qu’un quart d’entre-eux déclare vouloir intégrer une entreprise de moins de 100 salariés (la proportion est de 18 % pour les étudiants ingénieurs).

 

L’étude de leur motivation et de leurs objectifs de carrière révèle qu’ils citent d’abord l’équilibre entre la vie professionnelle et privée (56 %). Le premier emploi n’est pas qu’un emploi pour eux, puisque 37 % disent vouloir se consacrer à une cause et 36 % attendent qu’on les place dans un défi intellectuel ou compétitif.

 

Réinventer un modèle de carrière

Les grandes entreprises qui avaient construit un modèle de carrière reposant sur la prise de fonction managériale de plus en plus étendue à mesure que le temps passe devraient peut-être s’interroger sur son adaptation. L’envie d’être leader ou de diriger une équipe n’est citée que par 31 % des jeunes avec un profil IT. "De plus, l'opportunité de diriger une équipe fait partie des 10 critères les plus importants dans le choix d’un employeur potentiel pour un ingénieur, mais n’apparaît pas dans le top 10 des IT", précise le communiqué d’Universum. 

 

*Universum revendique avoir interrogé 2298 étudiants en filière dite IT.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale