Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ce que l'ex-PDG d'HP, candidate à la présidence des USA, ne dit pas sur son site

Carly Fiorina, ancienne patronne du géant américain de l'électronique Hewlett-Packard (HP) se lance dans la course à la présidence aux USA. Cette républicaine a annoncé le lancement de sa campagne le 4 mai. Pour être investie par le parti républicain, elle raconte sur son site de campagne son parcours professionnel, de simple secrétaire à PDG de l'un des plus grands groupes du pays. Mais elle oublie de préciser qu'elle a été mise à la porte en 2005, car pour le reste de la direction d'HP, sa stratégie n'était pas la bonne. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ce que l'ex-PDG d'HP, candidate à la présidence des USA, ne dit pas sur son site
Ce que l'ex-PDG d'HP, candidate à la présidence des USA, ne dit pas sur son site © Gage Skidmore - Wikimedia Commons

Les républicains américains ont une nouvelle figure de proue. Carly Fiorina, ancienne patrone du groupe d'informatique HP se lance face à la démocrate Hillary Clinton dans la course à la Maison blanche. Habituée des médias, elle a annoncé sa décision le 4 mai sur la chaîne ABC, au cours de l'émission Good Morning America, mais également sur Twitter.

Ce ne sont pas les premiers pas en politique de cette Américaine, porte-drapeau du parti républicain, qui a dirigé le géant de l'électronique de 1999 à 2005. Elle avait déjà tenté d'obtenir un siège au Sénat en 2010, mais sa candidature s'était soldée par un échec. Pour que celle-ci ne connaisse pas le même sort, Carly Fiorina a décidé de mettre en valeur sur son site de campagne son expérience professionnelle et ses années à la tête de HP.

Elle y parle de sa progression fulgurante dans la hiérarchie, de simple secrétaire chez Kelly Services, spécialiste des solutions RH, à première dirigeante féminine de l'une des 50 sociétés du classement Fortune Business 50, qui sélectionne les plus grosses entreprises du monde. Elle rappelle qu'elle a pris la direction du groupe en 1999, juste avant l'éclatement de la bulle Internet. Malgré ce contexte difficile, "les recettes de HP ont doublé pendant les 6 années où elle a dirigé la compagnie. Le nombre de brevets déposés a été multiplié par trois, passant à 11 par jour", souligne le portail de la candidate.

poussée vers la sortie

Mais Carly Fiorina omet de préciser qu'elle a été brutalement poussée vers la sortie en février 2005, pour divergences stratégiques avec la direction et les actionnaires d'HP. L'une des mesures clefs de son passage à la tête du groupe, le regroupement des branches PC et imprimantes au sein d'une seule et même entité, a été détricotée quelques mois à peine après sa démission : en juin 2005, le constructeur annulait la fusion de ces deux divisions.

L'ex-PDG d'HP a conduit un vaste plan de réorganisation impliquant des licenciements massifs chez le spécialiste de l'électronique et de l'informatique. Le groupe a dû délocaliser certains postes hors des Etats-Unis. Elle a également mis en œuvre une fusion avec Compaq, très critiquée au sein de l'entreprise. Ce bilan en demi-teinte risque de mettre des bâtons dans les roues de la candidate.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale