Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

CeBIT : SAP déclare sa flamme à l’Internet des objets

Au CeBIT, l’éditeur allemand de logiciels de gestion d’entreprise présente plusieurs démonstrations d’applications M2M. Il veut tirer parti des capacités de traitement de données en temps réel de son logiciel Hana et de ses services cloud pour se développer sur ce marché prometteur.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

CeBIT : SAP déclare sa flamme à l’Internet des objets
CeBIT : SAP déclare sa flamme à l’Internet des objets © WebWizzard - Flickr - C.C.

SAP dans les objets connectés, qui l’aurait pensé ? Depuis peu, l’éditeur allemand de logiciels de gestion d’entreprise affirme ses ambitions sur ce marché prometteur, convoité jusqu’ici surtout par les industriels des télécoms. Au CeBIT, la grande messe de technologies de l’information qui se déroule à Hanovre, en Allemagne, du 5 au 9 mars 2012, il présente plusieurs démonstrations d’applications M2M (Machine to machine) s’appuyant sur ses logiciels et services.

Cloud et traitement temps réel

L’une d’entre elles concerne la surveillance du niveau de l’Oder, la rivière faisant office de frontière naturelle entre la Pologne et l’Allemagne. Des capteurs relèvent le niveau de l’eau et envoient les mesures à un système dans le cloud où les informations sont traitées en temps réel. Le traitement prend en compte aussi les données déjà stockées pour détecter en avance tout risque d’inondation. Le service va jusqu’à prévenir les services de secours en leur indiquant les endroits qui vont être inondés et la population à secourir.

Autre démonstration : la voiture connectée de BMW. Le dispositif ConnectedDrive transforme le véhicule en un Smartphone sur quatre roues. Toutes les applications d’information, de divertissement et de télématique deviennent accessibles en ligne depuis le terminal embarqué dans la planche de bord. Le conducteur accède aussi à des services spécifiques d’assistance, de diagnostic et de sécurité en ligne. Les capteurs embarqués dans le véhicule transmettent leurs informations à un système dans le cloud qui les stocke et les traite en temps réel. Ainsi, il peut détecter une panne avant qu’elle ne survienne et proposer au conducteur de voir le garagiste le plus proche.

Calcul en mémoire vive

Au cœur de ces applications : le système de gestion de base de données SAP, Hana. Sa particularité ? Il fonctionne sur mémoire vive, et non sur disque dur comme c’est le cas pour les systèmes de base de données classiques. Ainsi, il devient possible de traiter les données remontées par les capteurs en temps réel comme l’exige souvent les applications M2M. " Notre système accroît la vitesse de traitement par un facteur allant jusqu’à 100, estime Jim Hagemann Snabe, co-PDG de SAP, lors de sa conférence de presse au CeBIT, Ce qui demandait des heures s’effectue maintenant en secondes, ouvrant la porte à des applications d’analyse de données et de décision en temps réel."

Lancé sur le marché en 2010, le logiciel SAP Hana aurait conquis plus de 200 clients dans le monde, dont Adidas et T-Mobile, l’opérateur de téléphone mobile de Deutsche Telekom. Sur le quatrième trimestre 2012, il a rapporté à SAP 400 millions d’euros de revenus sur un chiffre d’affaires de 5 milliards d’euros.

Mobilité

Au Mobile World Congress, la semaine dernière, à Barcelone, SAP a annoncé un partenariat stratégique avec Ericsson pour développer ensemble un service M2M dans le cloud, basé sur sa solution Hana. Ce service s’appuiera sur l’infrastructure cloud des opérateurs mobiles qui seront chargés de sa commercialisation.

Jim Hagemann a rappelé le virage stratégique de SAP depuis 3 ans vers la mobilité, le cloud et le traitement de données en temps réel avec son logiciel Hana. Sur l’année 2012, le cloud a rapporté 5 milliards de dollars à l’éditeur, sur un chiffre d’affaires total de 16,2 milliards d’euros. Il affiche une progression de 21% en 2012, contre une augmentation de 14% pour le total des revenus. La société, qui emploie aujourd’hui 65 000 personnes dans le monde, mise sur ces trois moteurs de croissance (mobilité, cloud et Hana) pour atteindre son objectif de 20 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2020.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media