Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cegid va passer sous contrôle des fonds Silver Lake Partners et AltaOne

L’éditeur lyonnais de logiciels de gestion Cegid va changer d’actionnaires de référence en passant sous le contrôle des fonds d’investissement Silver Lake Partners et Altaone. Il pourrait sortir de la Bourse si les deux fonds parviennent à s’emparer de plus de 95% du capital.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cegid va passer sous contrôle des fonds Silver Lake Partners et AltaOne
Cegid va passer sous contrôle des fonds Silver Lake Partners et AltaOne © Xavier Caré / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

C’est l’heure du changement d’actionnaires chez Cegid. Groupama, Groupama Gan Vie et ICMI (la société de Jean-Michel Aulas, président) projettent de céder leur participation de 37,6% du capital de l’éditeur lyonnais de logiciels de gestion à un consortium formé par le fonds d’investissement américain Silver Lake Partners et la société d’investissement anglaise AltaOne.

 

Prime de 17% sur ma valeur de l'action en bourse

Le prix de cession est fixé à 62,25 euro par action, ce qui représente une prime de 17% par rapport au cours de clôture de Bourse le 17 avril 2016. Une offre publique sera lancée pour acquérir les parts du capital flottant. Des actionnaires significatifs, représentant ensemble 5,9% du capital, se sont engagés à apporter leurs actions à l’opération,  portant la part du capital dont l’acquisition est certaine à 43,5%.

 

Si l’offre publique parvient à prendre 95% ou plus du capital, l’action sera retirée de la Bourse, et les actionnaires vendeurs recevront un complément de 1,25 euro par action, ce qui valorise la société à 580 millions d’euros.

 

Valorisation de 580 millions d'euros

Cegid, qui compte 2250 salariés dans le monde, dont 1835 en France, a terminé 2015 avec un chiffre d’affaires de 282,1 millions d’euros, en hausse de 5,8% en monnaie courante. Mais compte tenu des acquisitions, l’éditeur a franchi le cap symbolique des 300 millions d’euros de chiffres d’affaires. Il revendique la place de premier acteur français du logiciels vendus en tant que services (SaaS pour Software as service).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media