Tout le dossier Tout le dossier

CES 2016 : Craft AI donne de l'intelligence artificielle aux objets connectés

Jusqu'au CES 2016, L'Usine Digitale vous présente chaque jour une start-up française exposante.

Aujourd'hui, nous découvrons Craft AI et sa technologie d'intelligence artificielle conçue pour l'Internet des objets.

Partager
CES 2016 : Craft AI donne de l'intelligence artificielle aux objets connectés

Craft AI est une plate-forme de conception d'intelligence artificielle à destination de développeurs d'applications ou de concepteurs d'objets connectés. L'objectif est d'améliorer la création d'applications et de services en leur permettant de s'adapter aux utilisateurs. "Nous voulons aller plus loin que le traditionnel tableau de bord, explique Clodéric Mars, chef de produit pour Craft AI. Notre technologie permet d'améliorer l'expérience utilisateur en développant des services plus intelligents."

Craft AI est une filiale de MASA, une PME spécialisée dans la simulation militaire fondée en 1996. L'idée est née en interne il y a un an, et le projet a été officiellement lancé en mars 2015. Elle compte actuellement 11 employés. MASA voulait par sa création pouvoir appliquer ses compétences en intelligence artificielle au reste de l'industrie, tout en se recentrant elle-même sur son cœur de métier, la simulation. "Nous avions senti au travers de projets de recherche qu'il y avait de nouveaux marchés à aller chercher", précise Caroline Chopinaud, responsable partenariats. Le financement de Craft AI est assuré par MASA jusqu'en 2017.

Objectif IoT

Craft AI entend se différencier des offres des géants américains (Microsoft, IBM, Google) par la simplicité de la prise en main de sa solution, qui ne nécessite pas d'avoir de spécialistes (type data scientist) en interne. "Nous voulons permettre à tout un chacun de faire la même chose que les grands groupes," affirme Clodéric Mars.

Son offre se compose d'un moteur d'IA, d'un éditeur visuel pour facilement mettre des règles en place, et d'APIs pour intégrer ces mécaniques dans des applications web, mobile ou liées à l'internet des objets. Craft AI s'intéresse à tout un tas de secteurs qui vont des process industriels à la relation client, la robotique ou même aux assistants personnels (comme Siri ou Cortana). Il s'intéresse cependant tout particulièrement au marché en plein essor de l'internet des objets.

Ce choix s'est fait naturellement. "Nous avons été voir les développeurs mobiles, web, IoT pour trouver où nous pouvions faire une différence. Il y a un problème de valeur ajoutée des services autour de l'objet connecté, détaille Clodéric Mars. Aujourd'hui on fait de bons objets connectés mais l'étape suivante c'est de fournir du service de qualité au-dessus de ces objets. C'est là que nous avons notre carte à jouer."

Des ambitions internationales

Dans la pratique, une API exécute l'intelligence artificielle sur le cloud de Craft AI, qui est hébergé par Amazon Web Services. "Ce qu'on exécute dans le cloud ce sont des comportements," précise Clodéric Mars. L'éditeur graphique (une application web) permet aux développeurs d'utiliser de l'IA sans difficultés. "Ça nous différencie du big data traditionnel. C'est une boîte blanche, beaucoup plus accessible aux développeurs non spécialisés."

Côté business model, tant que le développement est en cours, l'utilisateur ne paie rien et dispose d'un support de base. Une fois en production, le modèle est en "pay as you go", le prix augmentant en fonction du nombre d'utilisateurs finals. "On propose également des offres premium avec des garanties de disponibilité, des formations, des workshops, du support plus personnalisé."

Craft AI a lancé son service en octobre, et se concentre désormais sur l'ajout de fonctionnalités, l'expérience développeur et le développement à l'international. "Pour le moment nous sommes restés en région parisienne, sur laquelle se trouvent la plupart de nos utilisateurs, commente Clodéric Mars. Sur 2016-2017 nous comptons internationaliser notre base clientèle, notamment via des évènements comme le CES, ou nous allons en tant que partenaires de La Poste, ou des hackathons."

PARCOURIR LE DOSSIER

Start-up

CES 2016 : Innov + fait plus pour la sécurité routière

Economie numérique

CES 2016 : France Craft Automobiles propose un véhicule en kit réparable à l’infini

Cosmétique

CES 2016 : Romy invente le Nespresso de la cosmétique

CES

CES 2016 : Par quelle odeur serez-vous réveillé le matin ?

Smart home

CES 2016 : Concierge et Fenotek jouent les majordomes à domicile

CES

CES 2016 : le sex toy connecté d'E.Sensory promet des sensations fortes aux lectrices de textes érotiques

Start-up

CES 2016 : Equisense, l'appli qui murmure à l'oreille du cavalier

Objets connectés

CES 2016 : Fingertips et son coussin connecté Viktor, pour les personnes en perte d'autonomie

CES

CES 2016 : Think & Go ajoute le paiement à ses écrans communicants

CES

CES 2016 : 42Tea et la cérémonie du thé devient une expérience connectée

CES

CES 2016 : Plussh, le streaming vidéo en direct à la française

Formation

CES 2016 : Klaxoon met en boîte la formation

CES

CES 2016 : LSee, l'analyse de sang pour optimiser la perte de poids

CES

CES 2016 : In&Motion déclenche son airbag pour skieurs

CES

CES 2016 : Ween lève 2 millions d'euros pour tenter de gagner la bataille des thermostats intelligents

Start-up

CES 2016 : Hydrao promet que sa douche écolo connectée fait économiser de l'eau

CES

CES 2016 : De Rigueur ou la fashion tech, pour vous les hommes

CES

CES 2016 : Immersit met le cinéma dynamique dans votre salon

CES

CES 2016 : Enlaps automatise les time-lapses

Les data du jour

Au moins 210 entreprises françaises au CES 2016, record battu !

IoT

CES 2016 : Terraillon présentera Omni, un objet connecté de luminothérapie

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS