Tout le dossier Tout le dossier

[CES 2017] 3D Sound Labs démocratise le son spatialisé

[UN JOUR, UNE START-UP] La start-up rennaise 3D Sound Labs est une habituée du CES. Elle y présentera pour la troisième année consécutive ses dernières innovations en matière de spatialisation sonore.

Partager
[CES 2017] 3D Sound Labs démocratise le son spatialisé
Les cofondateurs de 3D Sound Labs.

La réalité virtuelle met souvent l'accent sur les progrès visuels en matière d'immersion, mais il existe un autre aspect tout aussi important et beaucoup moins mis en avant : le son. C'est le domaine sur lequel se concentre 3D Sound Labs, une start-up rennaise fondée en 2014. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la jeune pousse n'a pas chômé.

Elle a été révélée au CES 2015 par le 3D Sound One, un casque audio capable de fournir un son spatialisé (que la source provienne d'un ordinateur ou d'un smartphone). Elle a frappé à nouveau en juin 2016 avec un module capable d'apporter un son "3D" à n'importe quel casque audio. "Nous avons tous des marques préférées, des formes préférées. C'est pour ça qu'on a fait ce module, confie Dimitri Singer, CEO de 3D Sound Labs. Il révèle aussi que le casque 3D Sound One n'aura pas de successeur. Créer des casques audio n’est pas notre vocation, nous n’allons pas aller lutter sur ce terrain."

En quête de partenariats

Comment fonctionne la technologie ?

 

Si 3D Sound Labs peut transformer n'importe quel casque audio pour qu'il perçoive le son en 3D, c'est que sa technologie reproduit une astuce qu'utilise le cerveau. En effet, l'humain perçoit les sons de façon tridimensionnelle malgré le fait qu'il n'a que deux oreilles. Le cerveau provoque pour ce faire des micro-mouvements de la tête, imperceptibles et desquels nous ne sommes pas conscients, pour recueillir plus de données. Les produits de 3D Sound Labs utilisent un capteur très précis qui mesure ces mouvements, et les intègre à ses algorithmes pour créer des illusions sonores. La technologie fonctionne idéalement avec des contenus créés spécifiquement pour ce type d'écoute, mais elle peut aussi simuler la spatialisation pour des sons classiques.

Le casque et le module sont surtout pour la jeune pousse une manière de développer son chiffre d'affaires et de se faire connaître, l'objectif final étant de mettre en place des partenariats technologiques avec de grands groupes, à la fois sur l'aspect software et hardware. "Nous licencions notre technologie à des partenaires industriels depuis janvier dernier, explique le dirigeant. Cela inclut des fabricants de casques et des développeurs d'applications, notamment de jeux vidéo."

Aujourd'hui, 3D Sound Labs emploie une quinzaine de personnes entre Rennes et Paris. L'entreprise a quatre brevets déposés et possède un partenariat de recherche avec Centrale-Supélec à Rennes. "Nous sommes un pur produit French Tech, s'enorgueillit Dimitri Singer. Nous faisons tout en France, y compris notre casque et notre module, qui sont fabriqués à 100% dans l'Hexagone à l'exception de la partie acoustique pour le casque."

L'entreprise sera présente au CES pour la troisième année consécutive avec de nouvelles annonces concernant son offre logicielle, qu'elle veut intégrer dans un maximum d'outils de montage professionnel. La start-up cherche également à s'imposer dans le milieu de la réalité virtuelle, qui a véritablement explosé depuis sa formation. "On s'est fait rattraper par ce marché, alors qu'il y a 3 ans c'était encore de la science-fiction, admet Dimitri Singer, avant de révéler qu'Oculus a racheté l'un de ses concurrents en mai dernier. Nous visons plus large que ce seul marché pour le moment car il n'en est qu'à ses débuts, mais c'est un secteur pour lequel le son est très important et nous nous y intéressons logiquement."

PARCOURIR LE DOSSIER

Réalité virtuelle

[CES 2017] Scalable Graphics lance une technologie sans fil pour les casques de réalité virtuelle

Start-up

[CES 2017] Greenerwave recycle les ondes pour booster les débits

Start-up

[CES 2017] Miraxess veut transformer les smartphones en ordinateurs

Objets connectés

[CES 2017] QuB, un cube connecté pour faciliter la vie en entreprise

Smart home

[CES 2017] Myxyty met la domotique dans une enceinte

Objets connectés

[CES 2017] Nov'in invente la canne connectée pour personnes âgées

Start-up

[CES 2017] Aykow : la purification de l’air intérieur et la mesure du radon dans le sol

Impression 3D

[CES 2017] 3dvarius commercialise ses premiers violons électriques imprimés en 3D

Immobilier

[CES 2017] Jooxter lève 1 million d’euros pour aider les entreprises à optimiser leurs bureaux

CES

[CES 2017] Avec Gaspard, Hector veut prévenir les escarres

CES 2017

[CES 2017] InspEar, start-up d’Arta Group, propose un écouteur audio augmenté, intelligent et connecté

CES

[CES 2017] Meyko accompagne les enfants asthmatiques au quotidien

Environnement

[CES 2017] Rium détecte la radioactivité avec un objet connecté

Start-up

[CES 2017] 7 Medical synchronise les données de santé

IoT

[CES 2017] Avec Biotraq, le big data peut garantir la qualité des produits périssables

IoT

[CES 2017] La start-up corse Icare veut vous passer la bague au doigt

Management

[CES 2017] La Loupe de Klaxoon n'a pas encore livré tous ses secrets

Smart home

[CES 2017] Invoxia repositionne son haut-parleur Triby en hub pour la smart home

CES 2017

[CES 2017] Plume Labs dévoile Flow, le capteur qui doit vous aider à mieux respirer

IoT

Cosmo, le feu-stop connecté pour motards, lance sa campagne Kickstarter

IoT

[CES 2017] PKvitality invente une montre connectée pour prendre sa glycémie sans se piquer

CES 2017

[CES 2017] i-lunch, une nouvelle cantine digitale et connectée aux données de santé

Start-up

[CES 2017] Covirtua soigne les troubles cognitifs grâce à la réalité virtuelle

Formation

[CES 2017] NaturSoftware crée une interface numérique centrée sur l'humain

Wearable tech

[CES 2017] Specktr, un gant connecté pour contrôler la musique du bout des doigts

Santé

[CES 2017] Sublimed présente son patch connecté anti-douleur

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS