Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[CES 2018] Google Assistant tente de rattraper son retard sur Amazon Alexa

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Alors que le CES 2017 avait été marqué par la suprématie d’Alexa, Google semble en mesure de renverser la vapeur un an plus tard.

Google Assistant tente de rattraper son retard sur Amazon Alexa
[CES 2018] Google Assistant tente de rattraper son retard sur Amazon Alexa © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Plutôt discret sur le CES de Las Vegas ces dernières années, Google a totalement changé de stratégie pour cette édition 2018. Le géant américain est devenu exposant sur le salon, et a quadrillé la ville de publicités vantant son assistant personnel. Impossible d’échapper au cri de ralliement "Hey Google" que l’on emprunte le célèbre Strip de la ville où que l’on se déplace via son fameux monorail.

 

Google, la menace fantome

Le message est clair : Google ne veut plus laisser l’espace libre à son concurrent Amazon. Celui-ci n’était pas non plus officiellement présent au CES 2017 mais avait pourtant brillé par procuration. Le phénomène s’inverse un an plus tard. Google affiche une liste impressionnante de marques adoptant son "Assistant" dans tous les domaines : hauts parleurs (JBL, LG, Bank & Olufsen, Sony), casques audio, télévisions (Xiaomi, TCL, LG), smartphones , box internet (Bouygues Télécom en France), objets connectés, et même voitures (via une intégration à Android Auto, utilisé par une quarantaine de constructeurs). Google développe aussi les possibilités d’"Actions" déclenchables par le système : il en revendique déjà plus d’un million, là où Amazon annonce 25 000 skills (mais les deux termes ne correspondent pas exactement au même type d’interactions). Google affirme que son Assistant est désormais embarqué dans 400 millions d'appareils... mais cela ne signifie pas qu'il est utilisé quotidiennement par 400 millions de personnes.

 

Néanmoins, la stratégie consistant à copier sans vergogne les initiatives d'Amazon dans le domaine semble payer pour Google. Dernière illustration de ce suivisme : après avoir proposé une version miniaturisée de son enceinte intelligente l'an dernier, il a annoncé au CES qu’il allait permettre la prise en charge d’écrans tactiles, en plus de la voix. Amazon avait annoncé un modèle avec écran en... mai 2017.

 

Amazon contre-attaque

La firme de Seattle ne compte pas laisser son féroce rival piller ses idées et grignoter son retard sans réagir.  Au CES 2018, même si la marque n’a pas été aussi active que Google en termes de communication, elle a procédé à quelques annonces importantes. Amazon va proposer une version d’Alexa pour Windows 10 et pour des wearables (notamment des lunettes intelligentes) dans les prochains mois. Toyota et Lexus vont intégrer son système de synthèse vocale à leurs modèles. Amazon poursuit aussi un travail plus souterrain en direction de la communauté de développeurs et leur propose de nouveaux outils pour intégrer Alexa à leur objet ou application plus facilement.

 

Bref la bataille est loin d’être finie, et ce duel à deux pourrait même se muer en guerre à trois ou quatre si Apple et Microsoft décident enfin d’accélérer dans ce domaine. De quoi alimenter le feuilleton des assistants intelligents au moins jusqu’au CES 2019 !

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Ragnar Moller

14/01/2018 18h56 - Ragnar Moller

Au domaine d'assistant vocale c'est étonnant comment l'Europe, encore une fois se laisse griller. On peut commencer par constater que parmi ces assistants, il y a très peu de support pour les langues autre que l'Anglais. Ensuite l'autre constat est que ces assistants sont très loin d'être intelligents. Si on ne pose pas la question avec la seule syntaxe prévu, le résultat est un simple recherche web. La aussi avec un médiocre résultat. Souvent ça finit par ailleurs dans des sites porno. Qu'est-ce que peut faire l'Europe ? Nous avons d' énormes besoins dans le service de toute type: assistance a la déclaration, assistances par la sécu, etc, etc, des domaine ou l'état est tellement peu performant et lent qu'il y a des progrès énormes a faire. Si l'on exigeait a nos assistants parlant que même les personnes de troisième age puisse dialoguer avec eux ET ATTEINDRE UN RESULTAT. On a des besoins énormes, si on les attaquerait on serait les gagnants face aux bidouilleurs américains, qui ne cherche que des résultats tap à l'œil : nombre de plugins, nombre d'applications, au lieu de chercher des vrais résultats.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale