Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[CES 2018] Le patron de Mobileye tacle Nvidia sur le véhicule autonome

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'isréalien Mobileye, désormais une filiale d'Intel, réaffirme ses ambitions pour le véhicule autonome au CES 2018. Son CEO, Amnon Shashua, a détaillé le succès de ces puces EyeQ, des dizaines de programmes en cours avec des constructeurs automobiles, ainsi que deux initiatives très ambitieuses concernant la cartographie HD des routes, qu'il veut crowdsourcer à moindre coût, et la modélisation mathématique de la responsabilité lors des accidents, qui permettra selon lui de résoudre le casse-tête de la responsabilité légale des systèmes autonomes pour les constructeurs. En toile de fond, le dirigeant s'est aussi montré très critique vis-à-vis de Nvidia, spécialiste des processeurs graphiques qui convoite désormais le secteur automobile. Il considère la communication de l'entreprise comme étant trompeuse et voit ses partenariats dans l'automobile comme des projets de recherche non-industrialisables.

Le patron de Mobileye tacle Nvidia sur le véhicule autonome
Le CEO de Mobileye Amnon Shashua sort de la première voiture autonome Intel à la keynote d'ouverture du CES 2018. © Intel

L'actualité du véhicule autonome est dominée depuis plusieurs années par un acteur technologique bien particulier : Nvidia. Ses processeurs graphiques (GPU) sont au coeur du boom actuel de l'intelligence artificielle et l'entreprise mise tout particulièrement sur le marché automobile. Ses annonces de partenariats avec les constructeurs et équipementiers se succèdent de conférence en conférence, et le CES 2018 n'a pas fait exception.

 

"Nvidia n'est pas un concurrent"

On pourrait facilement croire devant ce constat que les autres acteurs du secteur ont du retard, comme par exemple, Mobileye, société israélienne qui a révolutionné le marché des dispositifs d'aide à la conduite (ADAS) il y a 15 ans et qu'Intel a racheté en 2017. Il n'en est pourtant rien, d'après Amnon Shashua, cofondateur et CEO (et aussi CTO) de Mobileye. "Nvidia est une superbe entreprise et ils font de belles choses, mais leur communication prête à confusion. Ils n'ont pas la même définition d'un partenariat que nous. Ils en annoncent parfois un alors qu'une entreprise a simplement acheté leur matériel. Pour nous il s'agit d'une véritable co-construction d'un système complet," a confié le dirigeant à L'Usine Digitale lors d'une rencontre informelle.

 

"Pour être honnête, je ne nous considère pas en concurrence avec eux, reprend Amnon Shashua. Nous ne les voyons pas sur le marché. Nos concurrents sont des concepteurs de systèmes, des équipementiers de rang plus élevé. Même si Nvidia parle de solutions end-to-end, ils vendent en réalité des puces avec quelques kits de développement, mais il reste tout à faire par dessus." On notera cependant que ZF Technologies ou Bosch construisent aujourd'hui des systèmes clé en main basés sur la technologie Nvidia... Le coup de grâce d'Amnon Shashua a aussi été l'un des thèmes de sa conférence : "leurs produits sont utilisés pour faire de la recherche, mais ils ne le sont pas en production. Cela fait toute la différence."

 

Une croissance au beau fixe, avec 15 programmes prévus pour 2018

Evidemment, on peut douter de l'objectivité du dirigeant compte tenu de la place de son entreprise sur le marché. Mobileye est par exemple historiquement leader du marché des ADAS, mais les fonctionnalités de conduite autonome de niveau 4 et 5 sont d'une toute autre nature, et bien plus complexes à résoudre. Mais Amnon Shashua a étayé ses propos de chiffres plus que parlant. Par exemple, six programmes ont été lancés par des constructeurs autour des technologies Mobileye en 2017, par GM, Audi, Ford, HKMC, le groupe PSA et Nissan. Le nombre de puces EyeQ distribuées a augmenté de 45% par rapport à 2016, passant de 6 à 8,7 millions d'unités. 24 millions d'entre elles ont trouvé preneur depuis 2014.

 

 

En 2018, c'est 15 programmes qui seront lancés, dont 14 avec des constructeurs automobiles (dont 4 sont chinois). Quatre de ces programmes utiliseront la puce EyeQ4, qui sera par ailleurs au coeur de 12 autres programmes en 2019. Deux de ces programmes utiliseront des caméras trifocales, et tous porteront sur des fonctionnalités d'autonomie de haut niveau.

 

 

Des solutions de conduite autonome de niveau 3 seront mises en production à partir de 2019 avec Audi, BMW, Fiat-Chrysler, Honda, NIO, Nissan et SAIC. Des partenariats stratégiques pour la production industrielle de systèmes de niveau 4 à partir de 2020 ont été mis en place avec BMW, Fiat-Chrysler SAIC, et NIO.

 

 

Les solutions de Nvidia jugées "non industrialisables"

Amnon Shashua n'a cessé de le marteler : l'important est qu'une technologie puisse être industrialisée avec des coûts rationnels. Ces coûts pour lui sont non seulement financiers mais aussi énergétiques, informatiques et légaux. Ils englobent l'intégralité du système : puces, capteurs et tout le reste.

 

Il a par exemple comparé les performances des puces dernier cri de Mobileye avec celles de Nvidia. L'EyeQ4H, qui entrera en production en mars 2018, affiche 2.5 TOPS (milliers de milliards d'opérations par seconde) de performance pour une puissance de 6 Watts. La puce Nvidia Parker n'atteint que 1,5 TOPS pour 15 Watts. Xavier, la toute dernière puce Nvidia, affiche 30 TOPS pour 30 W de puissance. L'EyeQ5H, dont les premiers échantillons seront livrés en août (soit quelques mois à peine après Xavier), atteint 24 TOPS pour seulement 10 W. En matière de calcul informatique, passer du simple au triple en termes de consommation fait une énorme différence. L'audience lors de la conférence, principalement composée d'ingénieurs spécialisés, a ri devant cette comparaison. Elle illustre ce que le dirigeant a décrit à un autre moment comme "des projets de recherche coûteux qui ne sont pas industrialisables."

 

 

Mobileye lance un programme d'open compute

Outre les tâcles envers la concurrence, le CEO a détaillé la feuille de route de Mobileye pour les années à venir. Suite à son rachat par Intel, l'entreprise a décidé d'ouvrir sa plate-forme aux développeurs tiers (elle était auparavant complètement fermée). Les clients pourront choisir une solution clé en main, une solution avec kits de développement et bibliothèques logicielles, ou juste les puces sans aucun code. La prochaine génération de puces Mobileye fonctionnera également de pair avec un processeur Atom d'Intel qui aura été optimisé pour la connectivité automobile.

 

Crowdsourcer la création de cartes HD pour la conduite autonome

Toujours sur le thème de la "scalabilité rationnalisée", Amnon Shashua a détaillé un nouveau programme destiné à crowdsourcer la cartographie HD des routes pour la conduite autonome. Lors de la keynote d'ouverture du CES délivrée par Intel, Brian Krzanich avait annoncé que deux millions de voitures fabriquées par BMW, Nissan et Volkswagen utiliseront la technologie Mobileye Road Experience Management (REM) pour rapidement construire des cartes HD en 2018. S'y ajoutent deux entreprises chinoises : NavInfo et SAIC Motor (le plus grand constructeur automobile chinois). SAIC a par ailleurs passé un partenariat stratégique avec Mobileye pour le développement de véhicules autonomes de niveau 3, 4 et 5.

 

 

"Toutes les autoroutes japonaises sont en train d'être cartographiées à l'heure actuelle, et nous avons d'autres partenariats sur le sujet qui arrivent en 2019", a déclaré Amnon Shashua. Les cartes HD sont essentielles pour la conduite de niveau 4, et Mobileye met en avant le faible impact de sa solution, qui n'a besoin que d'une caméra frontale et ne génère que 10 Ko de données par kilomètre. Ces cartes permettent de nouvelles fonctionnalités, comme la compréhension des marquages au sol, la détection des bords de la route, même lorsque ceux-ci sont discontinus (car obstrués par des véhicules en stationnement, par exemple), la simulation précise de marquages de voies même lorsque ceux-ci sont absents (afin que la voiture reste bien de son côté de la route), et la détection des voies navigables ou pas. Le tout effectué par une seule caméra monoscopique. Des partenariats pour cartographier plusieurs grandes villes sont également d'ores et déjà signés, notamment pour Londres, Dusseldorf et New York City.

 

 

Mobileye veut créer un modèle mathématique de la responsabilité légale lors d'un accident

Dernier aspect mis en avant par le CEO : la sécurité. Pas celle des composants mais des passagers. "La sécurité absolue est impossible. Il y a des situations dans lesquelles vous ne pouvez éviter un accident. Mais il nous faut éviter d'en être à l'origine. Et cela implique d'abord de formaliser la définition de la prise de risque et de la responsabilité du conducteur. Aujourd'hui, pour savoir si vous avez effectué une manoeuvre dangereuse, il faut aller au tribunal et argumenter. Nous voulons rationnaliser tout ça par un modèle mathématique."

 

 

L'objectif de Mobileye est de séparer la planification du reste des aspects régulatoires. "La conduite de confort, qui est basée sur des techniques d'apprentissage par renforcement, doit être séparée des décisions liées à la sécurité, qui reposent sur un modèle prédéfini." Une fois le modèle validé par les autorités gouvernementales concernées, les constructeurs n'auront qu'à faire certifier leurs véhicules. Une proposition très ambitieuse, mais sur laquelle Mobileye semble être en bonne voie. "Nous avons publié un document scientifique en ce sens il y a deux mois. Nous avons également fait tester les 37 scénarios pré-accident du NHTSA à notre modèle, et il ne s'est jamais trompé. Nous continuous les recherches en ce sens, et de très nombreux constructeurs s'y intéressent." Y compris le groupe Renault.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Sergef

11/01/2018 08h31 - Sergef

Je comprends mal l'importance des 20 watts de consommation de différence : sur un ultra portable ou un smartphone je comprendrais mais à bord d'un véhicule disposant d'énormément d'électricité en abondance, la subtilité m'échappe et me paraît fallacieuse.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale