Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2018] Nvidia séduit Volkswagen, Uber et Baidu pour la conduite autonome

mis à jour le 08 janvier 2018 à 08H00
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Nvidia a donné le ton du CES 2018 avec une keynote en grande partie dédiée au véhicule autonome. Elle a été l’occasion pour Baidu, Volkswagen et Uber d’officialiser leur partenariat avec l’entreprise, renforçant encore un peu son emprise sur le marché de l’intelligence artificielle. Nvidia a par ailleurs dévoilé de nouvelles capacités de réalité augmentée et d’assistants de bord intelligents pour sa plateforme Drive.

Nvidia séduit Volkswagen, Uber et Baidu pour la conduite autonome
Les deux véhicules autonomes sur lesquels travaille Uber. Ils s'appuient sur la technologie de Nvidia. © Gregory J Murphy

Nvidia a donné le coup d’envoi du Consumer Electronics Show (CES) très tôt cette année, avec une keynote le dimanche 7 janvier. Fidèle à ses thèmes de prédilection, l’entreprise s’est concentré sur l’intelligence artificielle et son usage au sein du véhicule autonome.

 

La "super-puce" Xavier arrive enfin sur le marché

Jensen Huang, le CEO de Nvidia, a annoncé que le System-on-a-Chip (SoC) Xavier, qui avait été dévoilé il y a plus d’un an, verra ses premiers échantillons livrés au cours du premier trimestre 2018. Il a rappelé l’importance de cette puce pour Nvidia, qui possède 9 milliards de transistors et est le fruit d’un investissement de 2 milliards de dollars en R&D ainsi que du travail de 2000 ingénieurs.

 

Pour rappel, Xavier est constitué d’un CPU customisé doté de 8 cœurs, d’un GPU Volta à 512 cœurs, d’un accélérateur pour le deep learning, d’accélérateurs pour la vision par ordinateur et d’un processeur dédié à la vidéo 8K HDR. Côté performances, Xavier peut effectuer 30 000 milliards d’opérations par seconde dans une enveloppe de 30 watts, soit un rapport performance/consommation énergétique 15 fois supérieur à l’architecture précédente de l’entreprise.

 

Conduite autonome, mais aussi assistants intelligents et réalité augmentée pour l’automobile

Si Nvidia est présent sur pratiquement tous les marchés liés au deep learning, il mise tout particulièrement sur celui de l’automobile. Un Nvidia Drive Xavier verra donc tout naturellement le jour. Jensen Huang a rappelé que l’entreprise travaille avec plus de 320 partenaires pour le développement du véhicule autonome, dont 25 se concentrent sur des "robo-taxis" entièrement autonomes (sans aucun pilotage humain). Une nouvelle version du module hardware Nvidia Drive, baptisée Nvidia Drive Pegasus, est justement dédiée à ces véhicules dotés d'une autonomie totale (dite de catégorie 5). Il embarquera 2 puces Xavier et deux GPU basés sur la nouvelle architecture de Nvidia. Pegasus pourra calculer 320 000 milliards d’opérations par seconde. Il sera disponible mi-2018.

 

Le dirigeant en a aussi profité pour annoncer deux nouvelles facettes pour la plateforme "Nvidia Drive" : Drive IX et Drive AR. Drive IX est dédié aux assistants intelligents et facilitera leur intégration dans le véhicule à la fois pour le conducteur et les passagers grâce à des capteurs situés à l’intérieur et à l’extérieur de la voiture. Drive AR de son côté a trait à la réalité augmentée et veut faciliter le développement de nouvelles interfaces utilisateur dans l’habitacle, notamment des affichages tête-haute sur le pare-brise (un élément sur lequel de nombreux constructeurs travaillent en parallèle au véhicule autonome afin de garantir un meilleur passage de relais entre le conducteur et la machine).

 


Le prototype I.D. Buzz de Volkswagen

 

Volkswagen choisit Nvidia pour créer un "copilote intelligent"

Nvidia avait frappé fort l’année en annonçant des partenariats avec des constructeurs et équipementiers de renom, et il n’a pas déçu cette année non plus. Le CEO de Volkswagen, Herbert Diess, est monté sur scène pour annoncer (entre deux anecdotes) que son entreprise utilisera la plateforme Nvidia pour fournir des fonctionnalités de "copilotage intelligent" au sein de ses futures voitures. Elles seront testées au sein de l’I.D. Buzz, le prototype de van électrique de VW, et équiperont tous les véhicules de la famille I.D., qui incarne la stratégie de mobilité 100% électrique du constructeur. Les premiers modèles disposant de facultés de conduite autonome sont attendus en 2020.

 

Des GPUs pour remplacer les chauffeurs Uber ?

Second partenaire officiellement dévoilé : Uber, qui a choisi Nvidia pour sa flotte de voitures et camions autonomes. Uber travaille sur la conduite autonome depuis 2015, et sa première flotte de SUVs Volvo XC90, qui a pris la route à l’automne 2016, utilisait déjà des technologies Nvidia. Elles ont depuis parcouru plus de 3 millions de kilomètres. Un partenariat dont Uber est satisfait et qui va donc se poursuivre, avec comme objectif final tel que cité par Jensen Huang "Ubers without drivers", soit "des Ubers sans chauffeurs" en bon français. On notera quand même que les efforts d'Uber sont pour le moment compliqués par son différend légal avec Waymo (la filiale "véhicule autonome" d’Alphabet, maison-mère de Google).

 

Une voiture autonome de la flotte de Baidu

 

Les géants chinois plébiscitent aussi Nvidia

Troisième partenaire de taille : le géant chinois Baidu, qui développe une plateforme de véhicule autonome pour la Chine avec l'équipementier ZF Technologies (qui avait déjà porté son choix sur Nvidia l'année dernière. Enfin, la start-up américaine Aurora Innovation, créée l'année dernière, a elle aussi choisit Nvidia pour ses efforts en matière de conduite autonome. Le nom ne vous dit peut-être rien, mais elle est fondée par des anciens dirigeants des programmes de conduite autonome de Google, Tesla et Uber.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale