Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2018] Par le jeu, Kiplin veut faire bouger les salariés

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

[UN JOUR UNE START-UP] Jusqu'au CES 2018, L'Usine Digitale vous présente chaque jour une start-up française exposante. Aujourd'hui, nous découvrons Kiplin et sa plateforme ludique et connectée pour améliorer la santé des salariés.

Par le jeu, Kiplin veut faire bouger les salariés
[CES 2018] Par le jeu, Kiplin veut faire bouger les salariés © Kiplin

Le bien-être au travail est l’une des questions qui taraude le plus le monde de l’entreprise. Avec sa plateforme connectée et ludique, Kiplin incite les salariés à effectuer de petits changements dans leur quotidien : descendre à la précédente station de métro, prendre les escaliers ou aller acheter son déjeuner à pied. "Par le digital, le jeu et le collectif, notre objectif est de réinventer la prévention santé en entreprise. Notre solution remplace les actions traditionnelles de communication ou le coaching individuel", explique Vincent Tharreau, fondateur de Kiplin en 2015 à Nantes.

 

L’importance de la data

Concrètement, la startup organise trois à quatre fois par an des temps forts évènementiels pour ses clients. "Nous proposons aux salariés de relever, durant trois à six semaines, en équipe des challenges thématiques comme les 3 670 km de la Route 66 ou l’ascension des 3776 mètres du Mont Fuji". Le tout est mesuré par des bracelets, montres ou steppers connectés que Kiplin, qui travaille avec les grandes marques du marché, peut fournir à ses clients. "Intégrer de la data nous permet de mesurer l’impact de nos actions au sein de l’entreprise. On note un taux d’engagement des salariés de 65 à 75 %. Et ils sont plus de 65 % à changer leurs comportements au quotidien", se félicite Vincent Tharreau.

 

De multiples marchés

Depuis son lancement commercial en 2016, la solution de Kiplin (15 salariés entre Nantes et Paris), a déjà séduit plus de 200 clients comme Engie, Hutchison, Sodexo ou Promod. "Ce sont des entreprises du tertiaire, mais surtout des industriels et des établissements de santé où la question du bien-être au travail est très prégnante" La start-up a vu également émerger deux autres marchés sur lesquels elle compte aussi accélérer son développement : l’éducation et l’accompagnement des patients dans leur parcours de réhabilitation. Kiplin a notamment noué un partenariat avec l'Institut du Sein à Nantes. Cet établissement dépend du groupe Confluent, entré au capital de la startup courant 2016. Les business-angels nantais d’Abab avait également pris part à cette opération de 400 000 €.

 

Avec La Poste

Pour accélérer commercialement et renforcer ses démarches de R&D notamment autour de la data, Vincent Tharreau envisage une seconde levée de fonds "plus importante" dans les 12 à 18 mois. D’ici là, la startup, lauréate du concours French IoT du groupe La Poste, aura pu présenter sa solution au CES de Las Vegas… et peut-être embarquer des entreprises américaines dans ses challenges.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale