Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[CES 2018] Valérie Pécresse veut faire de l'Ile-de-France une "start-up région"

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La présidente de la région Paris Ile-de-France, Valérie Pécresse, a profité du CES de Las Vegas pour annoncer mercredi 10 janvier 2018 les grandes ambitions de la région Paris-Ile de France pour le développement des start-up. Avec trois grandes annonces dans ses valises. Et un nouveau concept : la "start-up region".

Valérie Pécresse veut faire de l'Ile-de-France une start-up région
Valérie Pécresse sur le stand de SuriCog, au CES 2018 de Las Vegas © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

"Nous voulons faire de l’IDF la capitale pour l’intelligence artificielle d’Europe", déclare Valérie Pécresse à L’Usine Digitale le mercredi 10 janvier 2018 au CES de Las Vegas. Pourquoi la thématique IA ? Car "elle est à la croisée de toutes les filières industrielles de l’Ile-de-France, répond Valérie Pécresse.  La mobilité, les constructions intelligentes, la santé, les objets connectés, les services, l’aéronautique... Toutes les grandes filières industrielles de l’IDF convergent vers l’IA".
 

Un challenge "IA 2018 Paris Région" d’un million d’euros

"C’est déjà commencé", poursuit la présidente de la région, citant DigiHall, qui va être un grand lieu de création d’intelligence artificielle piloté par le CEA et tout une partie de partenaires de Saclay, le laboratoire IA de Facebook installé à Paris, les partenariats entre Microsoft et l’INRIA …"Ce sont les entreprises internationales elles-mêmes qui nous ont choisi", se targue-t-elle.
 

"Mais on veut accélérer", ajoute-t-elle. Pour cela, Valérie Pécresse a annoncé le lancement d’un challenge baptisé "Intelligence artificielle 2018 Paris Regions".  Prévu pour être lancé au printemps 2018, le concours sera doté d’un prix d’un million d’euros. "Le vainqueur aura cette dotation en capital pour investir et développer son business en Ile-de-France", précise Valérie Pécresse. L’ambition de la présidente de région est d’attirer une future ETI de l’intelligence artificielle chaque année. Une seule start-up sera lauréate. Mais pour les autres participants, la porte ne sera pas fermée.


Attirer les start-up étrangères à Paris

"On s’autorise, pour les autres concurrents, à leur ouvrir l’opportunité du Paris Region Starter Pack", ajoute-t-elle. C’est la deuxième mesure annoncée au CES 2018 par la région. Le Paris Region Starter Pack est une aide de 250.000 euros qui sera attribuée aux entreprises étrangères qui viendraient s’installer en France, des entreprises à développement rapide. "L’idée, c’est de faire venir les entreprise étrangères en Ile-de-France, précise-t-elle. Si on veut faire de l’Ile-de-France la Silicon Valley européenne, cela ne se résume pas à des entreprises françaises qui se développent dans la tech, c’est faire venir aussi tous les talents du monde entier, et qu’ils disent : c’est à Paris qu’il faut se réunir". Le dispositif inclut également des engagements sur trois ans de créations d’emplois.

 

La région ouvre aussi aux entreprises étrangères le dispositif Innov’up Proto mis en place l’année dernière. " C’est 100 000 euros pour dix entreprises, indique Valérie Pécresse. Il permet aux start-up de créer leur premier prototype en Ile-de-France et de bénéficier aussi d’un appui de Cap Digital, le pôle de compétitivité". L’appel à projet 2018, le deuxième, portera sur la robotique et l’intelligence artificielle.

 

Faire de Paris une région start-up

Troisième annonce : le lancement du site Paris Region Start Up. "On s’attend à avoir 6000 à 8000 start-up d’lle-de-France recensées, tous les événements, toute l’actualité et une carte qui localise les lieux de coworking, les 110 incubateurs de la région, les centres de recherche, en les triant par technologie…"

Pour recenser l’ensemble de ces start-up, Valérie Pécresse indique travailler avec les accélérateurs, les incubateurs, les collectivités locales et les pôles de compétitivité pour récolter la data. Mais elle mise également sur le crowdsourcing.  "On s’est calqué sur le site Tel Aviv Start-up qui a été pour nous un modèle", commente-t-elle. Avant d’ajouter : "Il y a  la start-up nation d’Israël et nous on est vraiment la start-up region (avec l’accent anglais, ndlr). Un pied de nez à Emmanuel Macron et son projet de start-up nation ? En tout cas, une chose est certaine, Valérie Pécresse a essayé de tirer la couverture à elle et à sa région lors de cette édition 2018 du CES.
 

Et la French Tech dans tout ça ?

On peut se demander si tout cela est bien cohérent avec l’esprit French Tech, porte-drapeau censé être national. Vu de l’autre côté de l’Atlantique, comment s’y retrouver entre l’espace French Tech d’un côté et les stands des régions de l’autre ? Sans compter les guerres de chapelles et les concours numéraires sur la taille des délégations…

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale