Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[CES 2018] Wiidii revient à Las Vegas avec son concierge mi-homme mi-robot… et des annonces dans les valises

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Hébergée sur le stand du Village by CA au cœur de l’Eureka Park en janvier 2017, Wiidii ne regrette pas d’avoir exposé au CES. Depuis, les contrats et les discussions commerciales se multiplient. De multiples déploiement  et une levée de fonds de 980 000 euros plus tard, la start-up bordelaise qui a développé un concierge connecté hybride revient à Las Vegas cette année avec la Région Aquitaine.

Wiidii revient à Las Vegas avec son concierge mi-homme mi-robot… et des annonces dans les valises
[CES 2018] Wiidii revient à Las Vegas avec son concierge mi-homme mi-robot… et des annonces dans les valises © Wiidii

C’est la troisième participation du Wiidii au CES. En 2016, la start-up s’était rendue à Las Vegas en tant que visiteur. En 2017, elle exposait sur l’espace du Village by CA à l’Eureka Park. Pour le CES 2018, la jeune pousse bordelaise exposera sur le stand de la région Aquitaine.
 

Un concierge moitié homme, moitié robot

Créée en 2015 par Cédric Dumas, Wiidii a conçu un concierge hybride, mi-homme mi-robot, capable de "discuter de tout" et de "répondre à toutes les demandes". Nourri à l’intelligence artificielle, le compagnon virtuel laisse la main à l’humain pour les questions plus complexes. La solution, sous forme d’application mobile et dotée de reconnaissance vocale, a rapidement été retenue en marque blanche par l’Office du tourisme de Bordeaux, par Zodiac, comme service de relation client, et par la compagnie aérienne Transavia, sous le nom de City Genius, pour ses clients privilégiés.

Le modèle économique repose sur deux formules : l’abonnement hebdomadaire, mensuel ou annuel (de respectivement 2, 8 et 100 €) ; ou le package valorisé sur le nombre d’utilisateurs au coût de 7 à 8€ par utilisateur et par an.
 

Démonstration de Wiidii en vidéo

 

 

Le CES 2017, un vrai accélérateur de business

C’est cette première version que la start-up a présenté au CES 2017. Une participation qui a été un vrai coup d’accélérateur. "Dès le premier jour, nous avons eu la chance d’avoir un article dans le magazine du salon, placé à côté d’un article sur les Gafa", raconte modestement Cédric Fouilleul, responsable exploitation de Wiidii. Résultat : les clients et investisseurs n’ont pas arrêté de défiler sur le stand. "Nous avons pitché non-stop pendant quatre jours, se souvient-il. Et nous avons fait de très belles rencontres".

Un grand constructeur allemand de voitures haut de gamme, de nombreuses banques (Crédit du Nord, Caisse d’épargne de l’Est, BNP Paribas, Crédit Agricole)…  Les contacts se sont multipliés et de premiers pilotes ont pu voir le jour. "C’est simple, depuis le CES 2017, nous ne faisons plus de prospection commerciale", se réjouit Cédric Fouilleul.
 

Une levée de fonds de près d’un million d’euros

Depuis, la start-up a levé 980 000 euros en juin auprès de fonds d’investissement. Une somme qui lui a permis de recruter. De 10 personnes en janvier 2017, l’effectif est passé à 22 personnes. Deux ingénieurs IA viennent de rejoindre l’équipe qui devrait encore gonfler avec cinq nouveaux développeurs et quatre concierges prochainement.

Cette levée de fonds a également permis de faire évoluer la solution avec une utilisation plus poussée de l’intelligence artificielle et du machine learning pour automatiser davantage les réponses. Plus qu’un concierge mono-service, Wiidii se positionne aussi désormais comme un centralisateur. "Zodiac voulait que l’application devienne un porte d’entrée pour réceptionner tous les types de demandes de leur clients", commente Cédric Fouilleul.

Des assureurs comme Axa y voient ainsi un intérêt comme service supplémentaire aux adhérents, au-delà des prestations classiques de l’assurance.  Réservation de VTC ou de taxi, de places de spectacles, de chambres d’hôtels… Le concierge devient un véritable assistant domestique. Booking, G7, Accor, Avis, LeCab… De multiples partenariats ont ainsi été signés. En se connectant aux API de ces partenaires, Wiidii se positionne comme un centralisateur de services pour ses clients, toujours en  marque blanche. Avec la solution Pleez, Axa est d’ailleurs devenu un client majeur de la start-up. "Nous travaillons sur des chantiers de 3 à 4 ans avec Axa", indique-t-il. L’appli sera disponible pour tous les clients Axa Assurances dans le monde entier.
 

2018, l’autre étape clé

Le CES 2018 sera l’occasion de mettre en mettre en avant la V3 de la solution. L’équipe dévoilera également un projet expérimental le premier ou le deuxième jour du salon. Elle présentera la solution imaginée pour Axa avec l’assureur le jeudi 11 et profitera de l’événement pour signer son contrat avec le constructeur automobile allemand. Si le nom est encore tenu confidentiel, on apprend que le projet devrait voir le jour en juin 2018.

Après Bordeaux, deux bureaux ouvriront également à l’international : à Barcelone le 20 janvier, avec 5 personnes, et à Montréal le 1er février, avec 6 personnes. "L’idée est de pouvoir de pouvoir répondre 24h/24 aux demandes dans plusieurs langues, en Français et en anglais et bientôt en espagnol et en allemand", explique Cédric Fouilleul.

Et pour aller encore plus loin, Wiidii aimerait annoncer une ouverture de capital aux grands groupes au premier semestre, avec une levée de fonds espérée entre 8 à 10 millions d’euros avant l’été  2018.


 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale