Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2019] App-Elles aide les femmes victimes de violences

[UN JOUR, UNE START-UP] Avec son application App-Elles et son bracelet connecté, l’association Resonantes permet aux femmes victimes de violences d’alerter rapidement une personne de confiance. Sélectionnée par Business France, la solution sera présentée au CES 2019 de Las Vegas du 8 au 11 janvier.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

App-Elles aide les femmes victimes de violences
Connecté à l'application App-Elles, le bracelet permet de déclencher une alerte plus rapidement et discrètement © App-Elles/Resonantes

App-Elles bénéficiera d’une double exposition au CES 2019 de Las Vegas. Déjà sélectionnés par Business France, l’application mobile et le bracelet connecté déployés par Resonantes sont aussi lauréats d’un CES Innovation Award dans la catégorie "Tech For A Better World".


L’association nantaise se donne pour objectif de lutter contre les violences faites aux femmes (violences conjugales, harcèlement de rue, agressions…) via la création et la diffusion d’outils de sensibilisation sur ces questions. Et cible notamment les 15-24 ans et les jeunes adultes. "Des structures existent pour aider les femmes victimes de violences. Mais elles ne les connaissent pas ou n’osent pas les contacter. Nous sommes dans une démarche positive : l’idée étant de mettre en lumière les solutions qui existent et de faciliter leurs accès", contextualise Diariata N’Diaye, la fondatrice de Resonantes.


Une application et un bracelet pour alerter

Depuis 2015, Resonantes déploie App-Elles, une application permettant aux victimes d’alerter et de contacter rapidement trois proches de confiance. Elle recense des informations et géolocalise les ressources utiles aux victimes ou témoins de violences, comme les numéros des secours, les associations ou structures d’aide… Gratuite, App-Elles compte déjà 8 000 téléchargements avec 800 utilisations actives par mois. En août 2018, l’association a lancé un bracelet connecté en Bluetooth à l’application.


Basé sur la technologie de la start-up rennaise WaryMe, cet accessoire additionnel permet de déclencher plus discrètement et rapidement une alerte. "Lors du déclenchement d’une alerte, l’application enregistre et envoie aux tiers de confiance la position GPS du bracelet mais aussi l’ambiance sonore autour de la victime. Ces données concrètes et précises peuvent aussi servir de preuves en cas d’enquête sociale ou judiciaire", explique Diariata N’Diaye.


Du mécénat de compétences

L’association avait développé la première version d’App-Elles en fonds propres. Pour sa V3 et le bracelet, Resonantes s’est entourée de plusieurs entreprises comme Capgemini, iAdvize, Odiwi, Toki ou WaryMe. "Ils interviennent sur du mécénat de compétences mais aussi via des soutiens financiers", poursuit-elle.


A l’été 2018, l’association a aussi bouclé une levée de fonds de 76 000 € sur la plateforme Helloasso. "Cela nous a permis de financer la fabrication de 10 000 bracelets, dont l’industrialisation a été gérée par Wemoove." A ce jour, 8000 bracelets ont été vendus ou distribués aux femmes victimes de violences via des associations. La commercialisation du bracelet est assurée par Need, via une boutique en ligne, à 30 € l’unité. Leur déploiement dans un réseau physique est envisagé pour 2019.


TROUVER Des distributeurs à l’export

Diariata N’Diaye se rendra au CES 2019 avec trois autres bénévoles de l’association mais aussi Philippe Lima de WaryMe et le distributeur Need. La jeune femme avait déjà participé au salon en 2018 avec Wary-Me, lui-même présent via Enedis. "Nous avons pu voir ce qu’était réellement le CES. Et donc de mieux préparer notre présence", indique Diariata N’Diaye. Car pour elle, l’objectif de son déplacement à Las Vegas est clair : chercher des distributeurs à l’international. 200 bracelets ont déjà été vendus au Chili. Et l’application recense aujourd’hui des structures dans 10 pays. Car la problématique des violences faites aux femmes n’est pas d’actualité qu’en France.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale