Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2019] Avec Lynx, SL Process veut améliorer la maintenance technique et la formation professionnelle grâce à la réalité augmentée

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

[UN JOUR, UNE START-UP] Accompagnée par le Village by CA, la start-up SL Process présentera son casque Lynx pendant son premier voyage au CES, qui se tient à Las Vegas du 8 au 12 janvier 2019. Elle annoncera le développement d’une deuxième version ainsi qu’une levée de fonds.

Avec Lynx, SL Process veut améliorer la maintenance technique et la formation professionnelle grâce à la réalité augmentée
Stan Larroque © Pascal Guittet

Du scotch et du carton: voilà à quoi ressemblait le prototype du casque de réalité augmentée de Stan Larroque. C’est à sa rencontre avec le général d’armée Guillaume Gelée que l’étudiant en informatique comprend le potentiel de sa solution en matière de maintenance technique et de formation professionnelle. Adepte des simulateurs, le militaire le pousse à créer son entreprise en 2016.


L’électronique plutôt que l’optique

En stage à GFI Informatique, Stan Larroque est repéré alors qu’il travaille sur son casque 3D. Le groupe décide de prendre des parts dans sa société SL Process, de l’héberger… et de lui ouvrir ses clients. "Cela a été un appui formidable, juge le fondateur de la start-up. La technologie derrière notre masque Lynx a pu être découverte par des professionnels qui cherchaient comment améliorer leur métier", raconte-t-il. À l’Institut de cardiologie de Montréal (Canada), l’ingénieur a rencontré des chirurgiens dans le but d’adapter sa technologie dans le cadre de chirurgies.


Parmi ses clients, la start-up compte de grandes marques telles que le groupe de luxe Chanel ou la SNCF. "Imaginons qu’il y ait une panne à la gare Montparnasse. Avec notre technologie, l’ingénieur n’a plus besoin de se déplacer parce que les lunettes permettent au technicien sur place d’être assisté à distance. Il visualise une check-list et a les mains libres pour réparer le tableau électrique", souligne Stan Larroque. Si la réalité virtuelle a fait du chemin depuis ses premières apparitions vers 2012, c’est aujourd’hui la réalité augmentée qui permet à SL Process de se démarquer. Avec Lynx, il est possible de se déplacer autour d’objets modélisés en 3D. "Sans même avoir l’impression de porter un masque", garantit son inventeur.


Récompensé par le Prix de l’Innovation des Trophées des ingénieurs du futur de L’Usine nouvelle, Stan Larroque a misé sur une technologie différente de ses concurrents. "Au lieu d’avoir des hologrammes projetés sur la visière du casque, des caméras renvoient l’image sur un écran, détaille-t-il. Le principal avantage est l’amplitude du champ de vision. Il est aujourd’hui de 100° pour Lynx contre seulement 45 en moyenne chez la concurrence." L’électronique a donc été privilégiée à l’optique, ce qui facilite l’ajout d’effets 3D.


Jusqu’à 40 % de gains de productivité

Si le casque Lynx a déjà été livré à de premiers clients, c’est en janvier que sa production s’accélèrera. SL Process est aujourd’hui la seule entreprise française à maîtriser l’ensemble de la chaîne de fabrication, du logiciel au matériel. Au CES 2019, où elle se rend pour la première fois, la jeune pousse espère pouvoir se rapprocher de grands groupes. "Dans la tête d’un décideur, savoir qu’une technologie comme la nôtre permet entre 25 et 40 % de gains de productivité n’est pas anodin", souligne Stan Larroque, citant des chiffres communiqués par l’entreprise américaine Boeing.


SL Process est également à la recherche d’investisseurs en vue du développement de la deuxième version de Lynx. "Je ne peux pas dire grand chose pour l’instant, si ce n’est que le casque sera plus léger, plus confortable et qu’on élargira encore le champ de vision", indique l’ingénieur. L’outil devrait aussi gagner en autonomie et bénéficier d’un nouveau design. Une levée de fonds de plusieurs millions d’euros sera annoncée au retour de Las Vegas, fin janvier. Celle-ci devrait notamment permettre à l’équipe de passer de quatre à vingt collaborateurs. Et de poursuivre son développement à l’international, Israël et Etats-Unis en priorité.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale