Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2019] KineQuantum revient à Las Vegas avec son logiciel de réalité virtuelle… et une nouveauté

[UN JOUR, UNE START-UP] Hébergée par le Village by CA, KineQuantum ne regrette pas d’avoir participé au CES de Las Vegas en 2018. De nouveaux kinésithérapeutes se sont depuis équipés pour exploiter son logiciel de réalité virtuelle. Au CES 2019, la start-up présentera ses avancées.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

KineQuantum revient à Las Vegas avec son logiciel de réalité virtuelle… et une nouveauté
[CES 2019] KineQuantum revient à Las Vegas avec son logiciel de réalité virtuelle… et une nouveauté © Kinéquantum

Janvier 2019 signera la deuxième participation de KineQuantum au CES. L’an dernier, l’entreprise avait présenté sa solution : un logiciel de réalité virtuelle visant à améliorer la kinésithérapie. Hébergée par le Village by CA jusqu’à fin 2019, c’est à nouveau sur le stand de la pépinière de start-up que la jeune pousse exposera.

 

UNE REFONTE DE L’INTERFACE

Créée en octobre 2015, KineQuantum a conçu plusieurs dizaines d’exercices avec pour ambition de transformer les usages de la kinésithérapie active. Alors que les patients appréhendent souvent de faire certains mouvements, les casques de réalité virtuelle permettent de projeter les utilisateurs dans des jeux en 3D. Des études l’ont montré : les douleurs ressenties sont ainsi réduites, et les mesures facilitées.

 

Pour simplifier la tâche des kinésithérapeutes équipés, l’entreprise a considérablement amélioré l’interface de son logiciel cette année. "Cette refonte a été très bien reçue par les professionnels, assure à L'Usine Digitale Lucas Vanryb, cofondateur de KineQuantum. Ils peuvent désormais enchaîner divers exercices dans une même séance, et même créer leur séance-type." C’est donc sur l’actualisation de l’expérience utilisateur que la start-up parisienne a mis l’accent cette année.

 

Une dizaine de nouveaux exercices ont également été ajoutés aux soixante proposés au lancement. "Nous avons atteint un seuil dans le nombre d’exercices proposés qui nous permet de traiter la moitié de la patientèle d’un kinésithérapeute classique", avance Natacha Vanryb, directrice marketing et communication. Les membres inférieurs pourront désormais être travaillés grâce au logiciel de KineQuantum, quand les premières versions mettaient l’emphase sur le haut du corps.

 

 

LE CES 2018, UN OUTIL DE VEILLE TECHNOLOGIQUE

Échelonnée entre 6000 et 10 000 euros, la technologie est aujourd’hui déployée chez cinq fois plus de professionnels qu’il y a un an. "Environ 100 thérapeutes et quatre hôpitaux utilisent le logiciel sur une base quotidienne. Surtout en France, mais aussi en Suisse, en Belgique, au Maroc et au Liban", souligne Lucas Vanryb. Depuis son passage au CES 2018, la jeune pousse a ainsi développé une version anglophone de son logiciel. Elle commence à envisager une entrée sur le marché américain.

 

Au-delà d’une couverture médiatique française et internationale, le CES offre à KineQuantum l’opportunité de surveiller les dernières nouveautés dans le domaine de la réalité virtuelle. "Ce marché n’a de cesse d’évoluer. C’est à chaque fois l’occasion d’étudier les potentielles connexions entre notre logiciel et d’autres matériels existants", explique Natacha Vanryb.

 

 

Du nouveau matériel, c’est d’ailleurs ce que devrait annoncer la jeune pousse au cours du CES 2019. Elle a récemment intégré dans son système les Vive Trackers qu'avait présenté HTC... au CES 2017. Il s'agit de capteurs à placer sur les poignets. Grâce à cette technologie, plus besoin de saisir les manettes pour faire travailler ses membres supérieurs… et de quoi rendre la solution de KineQuantum accessible à un nouveau type de patients.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale