Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2019] Où en est Pimax, la start-up chinoise qui veut détrôner HTC et Oculus dans la réalité virtuelle ?

Plus d'un an après sa campagne Kickstarter à 4 millions de dollars, où en sont les casques de réalité virtuelle de Pimax ? Au CES 2019, la start-up chinoise continue de se présenter comme un fournisseur de qualité pour les consommateurs les plus exigeants. Dans les faits, il lui reste encore beaucoup à prouver.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Où en est Pimax, la start-up chinoise qui veut détrôner HTC et Oculus dans la réalité virtuelle ?
[CES 2019] Où en est Pimax, la start-up chinoise qui veut détrôner HTC et Oculus dans la réalité virtuelle ? © Pimax

Comme chaque année depuis 3 ans, le CES est l’occasion pour la start-up chinoise Pimax de présenter ses dernières avancées en matière de réalité virtuelle. La jeune pousse commercialise des casques VR pour PC qu’elle positionne face aux produits Oculus, HTC Vive ou de l’écosystème Windows Mixed Reality. Autant dire que ce n’est pas une mince affaire.

 

Une campagne Kickstarter toujours pas livrée

Pour se démarquer, Pimax s’adresse aux fans les plus fervents avec des caractéristiques techniques alléchantes, comme un champ de vision diagonal de 200° ou des résolutions élevées. Et pour financer ces projets, l’entreprise a mené une campagne Kickstarter avec succès en septembre 2017, récoltant plus de 4 millions de dollars. Mais s’il est facile de faire des promesses, c’est une autre paire de manche que de les tenir. La livraison des casques aux "backers" a désormais un an de retard, même si Pimax promet qu’elle sera terminée d’ici février. Pas de quoi inspirer la confiance aux nouveaux clients.

 

Mais qu'en est-il des casques eux-mêmes ? Si les efforts de l’entreprise nous ont semblé louables par le passé, des problèmes comme une trop grande latence d’affichage ou encore des déformations sur la vision périphérique nous apparaissaient trop rédhibitoire pour considérer ses produits comme des alternatives sérieuses aux casques les plus connus. Pimax a beaucoup progressé depuis ses débuts, mais peut-elle désormais jouer dans la cour des grands ? Pas tout à fait.

 

le Pimax 8K moins convaincant que Le Pimax 5K Plus

Nous avons pu essayer les dernières versions du Pimax 8K et du Pimax 5K Plus lors du CES 2019. Pour le Pimax 8K, une démonstration était faite sur le jeu Beat Saber, un vrai cas d’usage qui a le mérite de montrer ce que donne le casque en conditions réelles. L’expérience était plutôt bonne, cependant nous avons noté des pixels bien visibles et un affichage quelque peu "miroitant" (un effet assez désagréable), ainsi que de légères déformations sur la périphérie du champ de vision. La démonstration du 5K Plus était axée sur le suivi des yeux. Le casque était équipé d’un module optionnel fourni par la start-up chinoise 7invensun. L’eye tracking fonctionnait bien, et la qualité des écrans du Pimax 5K Plus nous a semblé nettement supérieure à celle du Pimax 8K.

 


La démonstration du Pimax 8K présentée lors du CES 2019

 

Des casques aux noms trompeurs

Il convient de rappeler que contrairement à ce que leurs noms indiquent, ces casques n’affichent pas de résolutions "8K" ni "5K". Le Pimax 8K utilise deux écrans LCD d’une résolution 3840 x 2160, tandis que le 5K Plus utilise des écrans LCD d’une résolution de 2560 x 1440 chacun. Le raisonnement de Pimax est que ces résolutions par oeil s’additionnent pour donner un total plus élevé, mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne en vrai. De plus le Pimax 8K n’accepte nativement qu’une résolution 2560 x 1440 qui est ensuite upscalée dans le casque. Ceci explique pourquoi le Pimax 5K Plus a paradoxalement une meilleure image que le Pimax 8K.

 

Toujours pas une alternative sérieuse au Vive ou au Rift en l'état

Mais la vraie question est toujours de savoir si ces casques valent la peine d’être considérés en lieu et place de produits plus connus. Aujourd’hui, la réponse est non. Certes, le champ de vision élargi apporte un réel confort, mais il signifie aussi que la résolution d’affichage, étalée sur une plus grande zone, donne une qualité visuelle qui ne dépasse pas celle de la concurrence. L’ergonomie des casques en pâtit également, car ils sont volumineux, mais l’argument déterminant est surtout le prix.

 

Le Pimax 8K est vendu 899 dollars sans contrôleurs ni balises Lighthouse nécessaire au tracking. Le prix est ramené à 699 dollars pour le Pimax 5K Plus. Acheter les contrôleurs et balises séparément est difficile et revient à 600 euros, soit le même prix qu’en achetant un casque HTC Vive avec 2 contrôleurs et 2 balises inclus. De son côté, l’Oculus Rift coûte 449 euros tout compris.

 

Pimax annonce depuis plusieurs mois qu’il travaille sur des contrôleurs ergonomiques (très clairement inspiré des Knuckles de Valve), mais ces derniers n’étaient pas utilisables lors du CES 2019 et ils n’ont pas de date de sortie. Pour terminer, il est bon de souligner que même si Pimax affirme que ses produits sont compatibles à la fois avec la boutique Steam et la boutique Oculus, les jeux publiés sur ces dernières ne sont pas optimisés pour ces casques. Rien ne garantit donc leur bon fonctionnement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media