Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2019] Withings tourne complètement la page Nokia et dévoile 3 nouveaux objets de santé connectée

Withings a sorti le grand jeu au CES 2019 de Las Vegas. La page Nokia est bel et bien tournée et pour le prouver le spécialiste français de la santé connectée dévoile trois nouveaux produits : deux montres et un tensiomètre BPM Core. Voulant se tourner vers le marché BtoB, Withings a déposé des dossiers aux Etats-Unis et en Europe afin d'obtenir le label de dispositif médical pour la Move ECG et le tensiomètre.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Withings tourne complètement la page Nokia et dévoile 3 nouveaux objets de santé connectée
Tensiomètre BPM Core, Move ECG et Withings Move : Withings a dévoilé trois nouveaux produits à l'occasion du CES 2019 de Las Vegas. © Withings

Deux montres connectées et un tensiomètre… Withings a sorti le grand jeu à l'occasion du CES 2019 de Las Vegas en dévoilant trois objets connectés dont un seulement est disponible en prévente. La société, qui a récemment repris son indépendance après un court passage sous le giron de Nokia, assure que ses équipes ont gagné en maturité. Un des principaux apports de la période Nokia ? "Withings a gardé le même type de process qualité que chez Nokia, même s'ils ont été accélérés", annonce à L'Usine Digitale Mathieu Letombe, directeur général de Withings.

 

Du bien-être à la santé connecté : le tournant opéré par Withings

Quelque peu bridée en appartenant à un grand groupe, Withings a retrouvé toute son indépendance quand son fondateur Eric Carreel a racheté l'entité qui est "redevenue une PME à taille humaine", précise Mathieu Letombe. Pour ne pas s'écrouler, Withings se devait de redresser ses comptes durant les six premiers mois suivant son rachat. Si Mathieu Letombe ne veut pas communiquer de chiffres précis, il assure que le chiffre d'affaires de Withings a augmenté (en prenant en comparaison la division Nokia Health composée très majoritairement de Withings) même si les comptes ne sont pas encore tout à fait à l'équilibre.

 

Pour y parvenir, Withings s'est séparée de quelques collaborateurs. Et la société a considérablement accéléré la sortie de nouveaux produits. Preuve en est : lors du CES de 2018 Withings en avait présenté un seul, contre trois cette année. Avec ces nouveaux produits, le spécialiste de la santé connecté opère un tournant stratégique. Withings ne veut plus seulement vendre des objets connectés de bien-être mais se tourne résolument vers le marché de la santé et des acteurs professionnels.

 

Un virage stratégique aussi insufflé par Eric Carreel, puisque la conception du tensiomètre dévoilé cette année avait débuté avant que la société ne soit rachetée par Nokia. Le spécialiste de la santé connectée espère que l'année prochaine son chiffre d'affaires soit réparti à parts égales entre les marchés BtoC et BtoB. Withings, qui veut continuer à sortir de nouveaux produits, souhaite aussi continuer à se développer à l'international. Si la société française est déjà présente aux Etats-Unis et attend que la FDA certifie son nouveau tensiomètre BPM Core afin de le commercialiser, elle souhaite aussi se développer en Chine et au Japon. Voilà pour le volet stratégie.

 

BPM Core : tensiomètre, électrocardiogramme et stéthoscope

Concernant l'aspect produits, Withings part à l'assaut de la santé connectée avec BPM Core, un tensiomètre 3 en 1. Classiquement, il est possible de suivre sa tension artérielle et sa fréquence cardiaque. Mais là où le produit se veut innovant, c'est que les utilisateurs peuvent aussi réaliser eux-mêmes leur électrocardiogramme, afin de détecter la fibrillation auriculaire. Troisièmement, le BPM Core peut être utilisé comme stéthoscope électronique. Cette fonctionnalité peut être simplement activée après avoir pris sa tension et sans avoir à repositionner l'objet sur son bras. Cela permet de détecter les principales formes de valvulopathie.
 

Avec toutes ces fonctionnalités, le BPM Core serait le tensiomètre connecté mis à la disposition du public "le plus avancé du marché", selon Mathieu Letombe. Pour la marque, il est d’autant plus important d'avoir réuni l'ensemble de ces fonctionnalités que "les valvulopathies et la fibrillation auriculaire sont des maladies liées à l'hypertension", explique-t-il. Withings, qui a déposé des demandes auprès de la FDA (Food and Drug Administration) aux Etats-Unis et de son équivalent eruropéen, l'EMA (European Medicines Agency)  espère pouvoir commercialiser son tensiomètre BPM Core comme un dispositif médical au milieu du second semestre pour 249 euros.

 

Withings Move, sa nouvelle ligne de montre connectée

Le spécialiste de la santé connectée lance aussi une nouvelle ligne de montre connectée ayant l'aspect d'une montre analogique baptisée Withings Move. Rien de très révolutionnaire. Cette montre est conçue pour le suivi de l'activité et du sommeil… un marché quelque peu saturé. Mais Mathieu Letombe avance trois arguments qui pourraient pencher en faveur de cette nouvelle venue. Equipée d'une pile, la Withings Move dispose d'une autonomie de 18 mois, quand ses concurrentes affichent souvent des autonomies beaucoup plus faibles. La montre, avec son design assez épuré, peut être personnalisée selon ses goûts : couleurs des cadrans, des aiguilles et des bracelets, mais aussi type de verre et couleur de fond peuvent être choisis selon ses envies. Elle est vendue à un prix de base de 69 euros... pour une fabrication française.

 

La Move ECG, grande sœur de la Withings Move

 

La montre Move ECG dispose des mêmes fonctionnalités que la Withings Move et peut, en plus, réaliser des électrocardiogrammes. Comme pour son tensiomètre BPM Core, Withings attend d'obtenir les certifications européenne et américaine afin de pouvoir la commercialiser comme étant un dispositif médical. Sa durée vie de la batterie est de douze mois et elle sera commercialisée à 129 euros, bien loin des 429 euros de la Apple Watch Serie 4 qui propose, elle aussi, de réaliser des ECG.

 

 


 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media