Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2020] Avec ses cobots autonomes, AgreenCulture veut encourager l'agro-écologie

Vidéo La start-up AgreenCulture profite du CES, qui se tient à Las Vegas jusqu'au 10 janvier, pour exposer ses cobots agricoles. Son système de guidage et de positionnement a permis de les rendre autonomes. Un premier type de robot sera lancé tout prochainement.
mis à jour le 08 janvier 2020 à 23H00
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec ses cobots autonomes, AgreenCulture veut encourager l'agro-écologie
[CES 2020] Avec ses cobots autonomes, AgreenCulture veut encourager l'agro-écologie © AgreenCulture

Est-il possible d’inventer une agriculture à la fois respectueuse des consommateurs, des exploitants et de l’environnement ? C’est le modèle qu’AgreenCulture essaie de développer à l’aide de la robotique. Grâce à sa technologie, qu'elle expose à l'occasion du CES de Las Vegas jusqu'au 10 janvier, la start-up toulousaine veut mettre fin au règne des produits phytosanitaires, encore largement utilisés par les agriculteurs du fait de la rentabilité économique qui les accompagne.

 

UN SYSTèME SEMBLABLE AU VéHICULE AUTONOME

A l’origine de cette aventure entrepreneuriale, le constat que les consommateurs, désormais sensibles aux questions environnementales et sanitaires, veulent manger plus sain… tout en restant, si possible, sur des produits intéressants financièrement parlant. La robotique s’est avérée être une solution à même de concilier leurs attentes légitimes et l’intérêt des agriculteurs, dont la maîtrise des coûts d’exploitation incite toujours à l’épandage de produits chimiques. Depuis sa fondation en 2016, AgreenCulture a ainsi cherché à "adapter les grands principes du véhicule autonome au milieu agricole" pour améliorer leur rentabilité.

 

Si la jeune pousse conçoit et fabrique elle-même ses robots, d’une autonomie de 24 heures et dotés d’une motorisation hybride diesel-électrique, c’est son système de guidage et de positionnement autonome qui fait sa force. Au cours d’une expérimentation, menée avec l’expert alsacien du matériel agricole Kuhn, ce dernier a permis à un agriculteur de l’Yonne de travailler en bonne intelligence avec trois engins chargés de réaliser toutes les opérations sur une culture de maïs – à l'exception de la moisson. Une démarche qui aurait permis de réduire de 70% la quantité de produits phytosanitaires et de 50% les engrais utilisés. "Nous avons développé un robot par type de culture", indique à L’Usine Digitale Christophe Aubé, président-fondateur, qui précise que ses solutions affichent déjà quelque 3 000 heures d’utilisation au compteur.

 

 

UNE COMMERCIALISATION DANS LES PROCHAINES SEMAINES

Courant 2019, AgreenCulture a rejoint le 3DEXPERIENCE Lab de Dassault Systèmes. La start-up peut directement dessiner ses robots sur la plate-forme, qui offre également la possibilité d’ajuster ses programmes en temps réel pour répondre aux besoins remontant du terrain lors d’expérimentations. Mis à disposition gratuitement, les outils de l’éditeur français de logiciels lui auraient ainsi permis de "réduire les coûts de R&D et le délai de commercialisation". Une première commercialisation interviendra d’ailleurs "ces prochaines semaines" avec un robot spécialiste de l’entretien des vignes.

 

Forte de 28 salariés, la jeune pousse a adopté un positionnement porteur avec l’agro-écologie. Mais pour transformer l’essai, elle doit encore convaincre les exploitants… qui peuvent parfois se montrer circonspects quant à la place que doit occuper la technologie dans leur profession. "Le principal message que nous voulons faire passer, c’est que les robots doivent être perçus comme de véritables collaborateurs et non pas comme un moyen de supprimer des emplois", insiste Christophe Aubé, qui précise que la société cherchera des financements dans les prochains mois pour aller en ce sens.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media