Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2020] La start-up VistaKlub facilite la visualisation de données grâce à la réalité augmentée

Vidéo Pour sa deuxième participation au CES de Las Vegas, qui se tiendra du 7 au 10 janvier 2020, VistaKlub présentera sa solution Immersive Analytics. La start-up simplifie notamment l’analyse des données à l'aide de la réalité augmentée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up VistaKlub facilite la visualisation de données grâce à la réalité augmentée
[CES 2020] La start-up VistaKlub facilite la visualisation de données grâce à la réalité augmentée © VistaKlub

Mettre de l’ordre dans les données. Voilà l’ambition de la start-up VistaKlub, basée à Colombes (92), à l’heure où ces dernières prolifèrent. Avec sa solution logicielle de réalité augmentée, virtuelle ou mixte, la société dit vouloir "changer la façon d’interroger les données via l’immersion et la 3D". Immersive Analytics permet de traduire à peu près n’importe quelle information en un hologramme ou modèle prédéfini. Les données remontent, puis sont "mappées" automatiquement sans action particulière.

 

VERS UNE COMMERCIALISATION MONDIALE

Après trois ans de travaux de recherche dans le cadre de sa société sœur DataKlub, fondée en 2014, la jeune pousse a pris son indépendance en février 2019. Sa solution a été mise au point et éprouvée par des cas d’usage dans des entreprises majeures des secteurs de la finance, du transport ou de l’énergie. L’avionneur Airbus, la compagnie aérienne AirFrance, l’assureur Icare, la banque Société générale ou encore le logisticien Geodis ont ainsi participé à son rodage. "Nous nous sommes basés sur la technologie de Splunk pour l’analyse de données, puis avons réalisé une interface pour les exposer de manière intuitive", indique à L’Usine Digitale Tony Alibelli, président-fondateur de VistaKlub.

 

Les professionnels se servent habituellement de multiples écrans pour consulter leurs informations, ce qui a tendance à complexifier l'analyse. En faisant appel aux sens, que ce soit dans la gestuelle ou la voix, Immersive Analytics rend l’expérience interactive et collaborative. "Au-delà de la présentation de données brutes, nous avons conçu un service d’assistance à distance. Dans le cas d’un incident machine, par exemple, il est possible de solliciter l’aide d’un expert qui n’est pas présent dans la pièce", illustre Tony Alibelli. Le technicien dessine les pièces ou partage des fiches techniques avec la personne chargée des réparations… qui le visualiserait dans son casque ou sur son smartphone.

 

 

"Le but de l’opération est de pouvoir consulter un maximum d’informations en un minimum de temps", pointe le président de VistaKlub. Mais, pour bénéficier de la solution de la start-up, ses clients devront mettre la main au porte-monnaie. En fonction de leurs besoins spécifiques, ils devront se procurer des casques de réalité virtuelle par eux-mêmes – HoloLens, MagicLeap et DreamWorld sont aujourd’hui compatibles –, sauf à opter pour un dispositif plus accessible sur smartphone, tablette ou ordinateur.

 

INTéGRER DE NOUVELLES BRIQUES TECHNOLOGIQUES

La solution permet de gagner en efficacité, en améliorant la lisibilité des données et en épargnant des déplacements inutiles aux salariés. VistaKlub a annoncé sa disponibilité en France et en Europe le 27 novembre dernier, à l’occasion du salon Big Data World Paris. Immersive Analytics est vendue sous forme d’abonnement, à 50 000 euros les trois ans, et connecte jusqu’à cinq appareils en simultané.

 

Déjà présentée lors du dernier CES, dans le cadre de la délégation de la région Ile-de-France, la jeune pousse rempile du 7 au 10 janvier 2020, avec Business France cette fois. "L’événement permet non seulement de jauger son utilité, mais aussi de faire un état des lieux du marché. Qui, force est de le constater, est toujours naissant. Nous n’aurions, à cette heure, que quatre concurrents direct dans le monde", assure Toni Alibelli, qui entend en profiter pour lancer sa solution aux Etats-Unis.

 

Actuellement, une équipe de six développeurs travaillent à temps plein à l’amélioration du service. La jeune pousse entre tout juste dans une phase de levée de fonds, sa première, pour structurer et financer davantage sa R&D. Et les projets fourmillent. "Nous allons continuer d’ajouter des briques technologiques à la solution, notamment autour de la reconnaissance d’images", détaille son président. Puisque les opportunités semblent être légion, l’un de ses prochains objectifs sera d’ouvrir sa plate-forme pour développer la data visualisation par le biais d’une marketplace où sa communauté d’utilisateurs pourra mettre en commun ses créations. De quoi accélérer l’adoption de cas d’usage.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media