Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2021] Comment Business France a repensé son accompagnement pour les start-up de la French Tech

Cette version inédite du CES ne semble pas avoir trop effrayé les jeunes pousses françaises. Business France se félicite d'accompagner 110 start-up dans cette édition 100% numérique de ce salon de l'électronique grande public, contre 160 l'année dernière. Pour les aider sur ce salon, Business France a repensé son accompagnement en amont.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[CES 2021] Comment Business France a repensé son accompagnement pour les start-up de la French Tech
[CES 2021] Comment Business France a repensé son accompagnement pour les start-up de la French Tech © Stéphanie Mundubeltz-Gendron

"Il est indispensable d'accompagner les entreprises sur un événement qui s'est aussi renouvelé", assure Eric Morand, directeur du département technologies du numérique et services innovants Business France. Le Consumer Electronics Show (CES), le salon électronique grand public, qui se tient habituellement à Las Vegas sera cette année 100% numérique en raison de la pandémie de Covid-19. Un changement majeur qui ne semble pas trop avoir freiné les jeunes pousses françaises.

130 start-up et PME françaises
Business France accompagne 110 start-up sur le CES version numérique (la liste complète est à retrouver ici), contre 160 l'année dernière. "Une baisse de seulement 25% contre 60% pour le nombre d'exposants global", glisse Eric Morand, puisque le CES recense 1 500 stands virtuels contre 4 500 stands dans sa version physique. Au total, un peu plus de 130 sociétés françaises seront présentes faisant de la France la troisième délégation après la Chine et la Corée du Sud.

Comme les années précédentes, et assez logiquement, le secteur majoritairement représenté reste l'IoT avec la maison connectée, les loisirs connectés, les solutions en lien avec la famille et l'enfance. La montée en puissance des start-up proposant des solutions dans le secteur de la santé et du bien-être se confirme tout comme la percée des pépites en lien avec la Tech For Good (économie d'énergie, respect de l'environnement, mobilités douces).

Un travail en amont
Si Eric Morand déplore "l'absence du hasard des rencontres", il ajoute que Business France a œuvré en amont pour mettre en lumière les pépites de la French Tech lors de cet événement numérique. L'établissement public a contacté de grands acheteurs aux Etats-Unis, en Corée du Sud, au Japon, à Taiwan et dans certains pays européens afin de leur présenter les start-up françaises et de les inviter sur leur stand numérique. Et le fait que la plateforme du CES reste ouverte jusqu'au 14 février, permettra peut-être aussi de contrebalancer cette absence de rencontres physiques.

Business France a adapté son coaching et sa préparation à cette nouvelle offre. "L'accent a été mis sur comment réussir à exister sur une plateforme digitale en étant bien référencé dans l'outil de recherche, en proposant tous les bons éléments marketing sur sa page (vidéos, photos, documents de présentations du produit)", explique Eric Morand. Au total, Business France a réalisé 7 sessions de coaching qui ont pu durer jusqu'à 3 heures.

"Le physique reste indispensable"
Quant à savoir si tous les salons ont un avenir virtuel, Eric Morand assure : "Je ne pense pas que le CES va donner le la. Le physique reste indispensable". Business France est vigilant sur tous ces sujets puisque l'établissement accompagne régulièrement des délégations sur des salons ou organise des missions d'affaires (l'accompagnement d'une délégation de quelques start-up dans un pays donné).

En 2020, Business France a réalisé seulement 40 salons physiques contre 150 l'année précédente. Pour cette année la tendance est aussi au numérique puisque seulement ¼ des événements sont prévus en physique pour le premier semestre.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.