Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[CES 2021] Le Toulousain Kawantech présente sa solution globale d'éclairage public, intelligente et connectée

Malgré le contexte particulier de cette édition 100% numérique, la jeune société toulousaine Kawantech mise sur cette première participation au CES pour gagner en visibilité et accélérer le déploiement commercial de sa solution d'éclairage public, intelligente et connectée.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[CES 2021] Le Toulousain Kawantech présente sa solution globale d'éclairage public, intelligente et connectée
Yves Le Henaff (à droite), fondateur de Kawantech, dans le laboratoire d’intégration et d’essais de la société. © Kawantech

Covid-19 oblige, le Consumer Electronics Show (CES) 2021, qui se tient habituellement à Las Vegas, sera cette année 100% numérique. Pas de quoi décourager Kawantech, bien au contraire. La jeune société toulousaine, a décidé, justement cette année, et dans ces conditions toutes particulières, de se lancer pour la première fois dans l'aventure.

"Le déplacement à Las Vegas aurait pu s'avérer couteux et n'aurait eu vraiment d'intérêt que si l'on avait souhaité se confronter au marché américain. Notre objectif dans l'immédiat est plutôt de gagner en visibilité sur le marché national et à l'échelle européenne, c'est ce que devrait contribué à nous apporter l'accompagnement de Business France", explique Yves Le Henaff, fondateur de Kawantech. La société figure parmi les 11 entreprises innovantes d’Occitanie accompagnées par l'agence régionale Ad'Occ et la Team France Export.

N'éclairer qu'en fonction de la fréquentation effective
Créée en 2011 à Toulouse, la société a mis au point une solution globale d'éclairage public, intelligente et connectée, qui propose aux collectivités de réaliser jusqu'à 70% d'économie d'énergie, grâce à un système qui permet de varier l'intensité de l'éclairage et la largeur du faisceau de lumière d'un lampadaire urbain, en fonction de la reconnaissance d'une activité humaine à proximité.

Les boîtiers Kara, équipés d'un module caméra basse résolution (pas question de reconnaissance des personnes) et d'un calculateur, sont capables de détecter et de caractériser les objets en mouvements (piétons, vélos, voitures...). Tant qu'aucun passage n'est détecté, la puissance d'éclairage est maintenue, selon la demande, entre 10 et 15% de ses capacités. "Dans certaines rues, cela peu représenter jusqu'à plus de 80% du temps d'éclairage nocturne", souligne le chef d'entreprise.

2021, le bon timing
Soutenue dès sa création par la ville de Toulouse, qui lui a donné la possibilité de tester ses dispositifs en phases pilotes, Kawantech a toutefois été confrontée rapidement à la complexité des modalités des marchés publics. "Pas facile de transformer les sites d'expérimentation et de démonstration en commandes fermes", reconnaît Yves Le Henaff. Depuis quelques mois, la dynamique semble pourtant s'enclencher.

L'évolution des réglementations concernant la pollution lumineuse et les économies d'énergie, le renouvellement de certaines équipes municipales en 2020 et la pression sociétale sur l'éco-responsabilité boostent les ventes. "Le confinement et les mesures de couvre-feu ont amené des collectivités à s'intéresser de plus près à la question de l'éclairage public", précise Yves Le Henaff. Pour Kawantech, 2021 devrait être l'année de l'accélération commerciale. La société prévoit une quinzaine de recrutement sur deux ans, pour muscler ses équipes commerciales, et accompagner les projets clients.

Une dizaine de solutions déployées en France
La société totalise une trentaine de sites pilotes, un peu partout en France et une dizaine de premiers déploiements commerciaux, sur Toulouse, bien sûr, mais aussi Bordeaux, Strasbourg, Rennes ou encore Paris, pour une ou plusieurs tranches, pouvant aller chacune d'une centaine à pas moins de 5 000 lampadaires. Ces marchés de déploiement et de maintenance passent très souvent par des partenariats avec les grands acteurs de l'éclairage public, Vinci, EDF Citelum, Eiffage ou Evesa. Depuis peu, la société se rapproche des syndicats d'énergies. Elle vient ainsi de signer en direct avec le SDET (Syndicat départemental d'énergies du Tarn) pour équiper en première tranche 6 petites communes du département du Tarn.

Cap sur l'international
En parallèle, Kawantech commence à se tourner vers l'exportation. La société démarre des premiers sites pilotes en Suisse, en Belgique et en Angleterre. "Nous comptons sur notre participation au CES 2021 pour booster cette nouvelle dynamique." La PME cible aussi tout particulièrement deux marchés du Sud de l'Europe, l'Italie et l'Espagne. Fêter cette année son dixième anniversaire devrait aussi s'avérer être un atout supplémentaire. "Sur nos marchés, le qualificatif de 'startup', même innovante, peut parfois effrayer certains prospects", confie Yves Le Henaff.

Avec un effectif de 20 salariés, Kawantech a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires voisin de celui de 2019 (470 000 euros) et compte bien franchir enfin le cap du 1 million d'euros en 2021.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.