Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cette peau artificielle bardée de capteurs dote les robots d'une sensibilité au toucher

Vu ailleurs Une équipe de recherche de l’université nationale de Singapour a développé une peau artificielle, capable de reproduire les sensations humaines… et rendant leur perception mille fois plus rapide ! Température, humidité, pression... Cette innovation robotique pourrait, à terme, améliorer l'expérience de vie des personnes équipées de prothèses.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cette peau artificielle bardée de capteurs dote les robots d'une sensibilité au toucher
Les chercheurs ont testé cette peau artificielle sur une main robotique. © Benjamin C. K. Tee / National University Of Singapore

C’est une de ces innovations majeures qui pourrait changer la vie de milliers de personnes du jour au lendemain. Une peau artificielle, conçue par des chercheurs de l’université nationale de Singapour, serait capable de doter les robots d’une sensibilité au toucher. Décrite dans un article paru mercredi 17 juillet dans la revue scientifique Science Robotics, la découverte pourrait à terme redonner des sensations aux personnes équipées de prothèses.

 

MILLE FOIS PLUS SENSIBLE QUE LA PEAU HUMAINE

Connue sous le nom un peu barbare d’Asynchronous Coded Electronic Skin (ACES), l’invention serait à même de ressentir la température, l’humidité et la pression. Fabriquée en caoutchouc et en plastique, cette peau artificielle est bardée de capteurs qui transmettent des impulsions électriques à un récepteur à chaque contact physique. Si les "capteurs" humains envoient des signaux à une fréquence maximale inférieure à 1 kHz, ceux de la peau artificielle renvoient des signaux à une fréquence de 9 MHz. Cette dernière serait donc jusqu’à mille fois plus réactive que le système nerveux central. De nouveaux types de capteurs pourront, à terme, être intégrés dans le dispositif. "Nous nous attendons à ce que l'ACES puisse servir une série d'applications basées sur l'intelligence artificielle", note l'équipe de recherche en préambule à son étude.

 

 

 

Les chercheurs ont essayé l'ACES sur une main robotique qui se saisit d'une tasse de café,

de quoi mettre à l'épreuve divers paramètres tels que les sensations de préhension et de chaleur.

 

Premier cas d’usage envisagé : les prothèses, qui pourraient être intégralement recouvertes afin d’améliorer l’expérience de vie des personnes amputées. A plus long terme, des robots autonomes pourraient gagner en autonomie en prenant davantage conscience de leur environnement direct. "Nous autres, humains, utilisons le toucher pour réaliser presque toutes les tâches quotidiennes, que ce soit pour saisir une tasse de café ou serrer une main. Sans lui, nous perdons même notre sens de l’équilibre en marchant, pointe Benjamin C. K. Tee, auteur principal de l’étude. De la même manière, les robots ont besoin d’une sensibilité pour mieux interagir avec nous à l’avenir."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Bregere
23/07/2019 17h57 - Bregere

Je vois bien l'avancée techno pour les robots mais ne comprend pas vraiment en quoi cela peut améliorer l'expérience de vie pour les humains. OK pour le ressenti sur la préhension (cela évite de faire tomber la tasse) mais en quoi le fait de ressentir le chaud ou le froid est-il intéressant ? Si vous avez des éléments de réponse, je prends. Merci

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale