Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Challenge IA, Observatoire de l'IA... Comment Pierre Fabre accélère sa transformation digitale

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre a choisi le cadre de la 12ème édition de l'université d'été de la e-santé, pour organiser à Castres un « IA Challenge Santé », ciblé sur la prévention des cancers de la peau. Au cœur de l'exercice : une sensibilisation de ses propres équipes aux outils d'IA (Intelligence Artificielle) et à la valorisation de sa propre data. Un axe majeur dans sa stratégie d'innovation digitale.

Challenge IA, Observatoire de l'IA... Comment Pierre Fabre accélère sa transformation digitale
Challenge IA, Observatoire de l'IA... Comment Pierre Fabre accélère sa transformation digitale © Laurent Galaup - Pierre Fabre

Une fois de plus, le groupe pharmaceutique tarnais Pierre Fabre (2ème groupe pharmaceutique privé français), a choisi le cadre de l'Université d'été de la e-santé, qui vient de se tenir à Castres, pour engager une nouvelle expérience d'open innovation, avec l'organisation d'un nouveau IA Challenge Santé. Une démarche d'innovation participative déjà bien rodée par le groupe, qui en a fait l'un des outils favoris pour faire émerger de nouveaux projets de développement.

Depuis fin 2016, les équipes du groupe, tant de sa branche "médicament" , que de sa branche "dermo-cosmétique", sont invités régulièrement à participer à des challenges qui réunissent aussi des étudiants, des startuppers, des ingénieurs et même parfois des associations de patients. "C'est notre 7ème hackathon santé depuis 2016 et le second orienté sur les problématiques de l'IA", souligne Thierry Picard, directeur digital de Pierre Fabre médicaments et santé.
 

Sensibiliser ses propres équipes aux enjeux de la data

En novembre 2017, le 1er IA Challenge Santé avait porté sur la détection des mélanomes à partir de clichés dermatoscopiques de grains de beauté. Pour cette seconde édition, Pierre Fabre a choisi de faire plancher les participants (ils étaient une quarantaine) sur un projet de nouvelle approche algorithmique de cotation des érythèmes solaires. "L'ambition est d'établir une méthode objective et robuste, basée sur de l'analyse d'images pour une détection automatisée de la DEM (Dose Erythmale Minimale), la plus petite dose de lumière capable de déclencher un coup de soleil", précise Thierry Picard.

Il s'agit d'améliorer les méthodes existantes d'évaluation des produits solaires et de mieux prévenir les risques de cancers induits par l'exposition solaire. "Ce hackathon participe aussi à la formation de nos équipes, explique Thierry Picard. C'est un bon outil pour sensibiliser les effectifs du groupe aux enjeux de l'IA et cela contribue à mobiliser des ressources internes autour de la valorisation de nos propres data".

Des nouveaux axes de diversification

Il s'agit par ailleurs d'identifier de nouveaux projets et de les accompagner en vue d'un développement rapide. "Le principal objectif est de mobiliser l'écosystème numérique pour avancer plus vite sur les projets d'IA et de réaliser un sourcing grandeur nature pour faire travailler nos équipes et les sociétés gagnantes sur des projets concrets", insiste Thierry Picard. Le groupe pharmaceutique a associé plusieurs partenaires à l'opération, dont Microsoft France, l'ETI Keyrus Life Science, prestataire pour Pierre Fabre en data science et Nvidia, un des leaders mondiaux dans les processeurs graphiques.

Les deux équipes lauréates de ce second IA Challenge sont celle de la start-up girondine Quantacell, spécialisée dans le traitement et l'analyse d'images biologiques et celle de la start-up Unovit, spécialisée dans les objets connectés, tout nouvellement créée à Bordeaux. La première reçoit un prix de 5 000 euros et la seconde de 2 000 euros.

Le groupe s'engage à leurs côtés dans de nouvelles pistes de développement, avec l'ambition de les conduire jusqu'au bout. Le premier hackathon santé organisé par Pierre Fabre en novembre 2016 sur l'urologie, vient en effet de déboucher en mai 2018 sur la signature d'un accord de co-développement avec la start-up parisienne BioSerenity pour une application de textile connecté dans le domaine du dépistage et du suivi médical des troubles urinaires. Le « Chatbot Challenge », organisé en 2017, devrait quant à lui faire l'objet d'un déploiement en Afrique d'ici la fin de l'année, d'un chatbot éducatif, destiné à être utilisé dans un cadre scolaire (via les instituteurs), pour promouvoir les bons réflexes de lutte contre les sources d'infection de la malaria.
 

Vers un Observatoire européen de l'IA Santé

En parallèle à cet IA Challenge, le groupe tarnais travaille activement à la création d'ici fin 2018 d'un nouvel Observatoire à l'échelle européenne de l'IA dans les métiers de la santé. L'idée est d'établir une cartographie très précise des compétences (à ce jour, plus de 1600 startups ont déjà été identifiées) et d'évaluer le taux de pénétration de l'IA auprès des professionnels et des patients. Le projet associe Microsoft, la MNH (Mutuelle nationale des hospitaliers et des professionnels de la santé), Keyrus et la plateforme de données de santé OpenHealth. Le projet reste ouvert à de nouveaux partenariats. "Nous aimerions associer d'autres laboratoires pharmaceutiques à notre démarche", confie Thierry Picard.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale