Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Champion #6] Theodo : le sprinteur des applications web et mobile

Publi-Rédactionnel Theodo ne vend pas une méthodologie révolutionnaire, mais l’incarne. Seulement 30 % des projets informatiques sortent dans les délais prévus au démarrage. Face à ce constat, l’entreprise développe en un temps record des applications digitales pour répondre aux problématiques des grands groupes.Explication avec Julien Laure, directeur général de la start-up disruptive.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Champion #6] Theodo : le sprinteur des applications web et mobile
[Champion #6] Theodo : le sprinteur des applications web et mobile

« Dans quel bar va-t-on  voir le match ce soir ? » : telle est la question à l’origine de Theodo. Diplômés de Polytechnique, Benoît Charles-Lavauzelle et Fabrice Bernhard lancent en 2007 le site Allomatch, un annuaire en ligne des bars qui retransmettent les matchs sportifs. Un projet d’étudiants qui dépasse leurs espérances en attirant plus de 200 000 internautes par mois en moins d’un an d’existence. Cette carte de visite en poche, ils commencent alors à répondre aux demandes de créations de sites web et d’applications mobiles.

La force de cette start-up : une équipe de « Theodoers »


Theodo voit le jour en 2009. En stage chez Allomatch, Julien Laure suit les deux cofondateurs dans l’aventure : « "Allomatch" était un terrain d’essai parfait pour nos développeurs-ingénieurs, analyse le futur directeur général de l’entreprise, cette activité nous a permis d’appréhender des sujets très variés avec, chaque fois, une nouvelle problématique client. Par exemple nous avions un cabinet d’architectes qui avait besoin rapidement d’une application afin de centraliser toutes les mesures d’un bâtiment en vue de travaux d’accessibilité. » Au centre de leur démarche d’innovation, l’équipe de « Theodoers » : « C’est la force de l’entreprise. Nous misons et investissons tout sur nos salariés avec notamment la "Theodo Academy", un incubateur interne à l’entreprise et qui nous permet de développer des projets propres à chacun. »

Leur priorité : ne pas décevoir leurs clients


À l’agenda de l’équipe des Theodoers, « Scrum Dojo » le lundi, simulation de management le lendemain et session de « sales Dojo » en fin de semaine (en japonais « dojo » désigne le lieu où l’on cherche la voie, NDLR). Une stratégie managériale qui n’est pas sans rappeler les nouveaux modes d’organisation aux États-Unis : « En 2012, c’était très frustrant de livrer des projets qui répondaient au poil près au cahier des charges des clients et de les voir déçus à la réception de l’application. Alors nous avons regardé le mode de fonctionnement de sociétés comme Google ou Facebook et nous nous sommes inspirés de leur méthode "Agile" basée sur le "Scrum" que nous avons associé à du "Devops" pour la partie infrastructure et déploiement. » À la croisée d’une SSII et d’un cabinet de conseil, leur nouvelle méthode séduit vite leurs clients et leur expert-comptable : « Nous sommes passés d’1,2 million de chiffre d’affaires en 2012 à près de 13 million en 2016 ». Impliquer tous les salariés dans les problématiques des clients permet à Theodo de livrer 100 % de ses projets dans les délais prévus contre 30 % dans le secteur du développement informatique. « Cette méthode de résolution est inspirée de l’industrie automobile japonaise qui utilisait le Kaizen (signifie en japonais « amélioration en continue », NDLR). La solution réside dans chaque personne de l’entreprise et non pas dans une organisation pyramidale. Tout le monde est capable d’innover tous les jours, tout le temps. » Sagem, BlablarCar ou encore BNP Paribas, l’entreprise révolutionne la gestion de projets des grands groupes avec audace : « Ces entreprises font appel à nous car elles veulent challenger leur façon de penser et de travailler. C’est d’ailleurs ce qui nous a attiré chez Systematic Paris-Region et son réseau. L’écosystème du numérique a la capacité de changer sa façon de travailler pour disrupter l’innovation. » Après Londres, Theodo va continuer sa course à New York « d’ici fin 2017 » prévoit Julien Laure, chrono en main.

 

Theodo en quelques points
2009 Date de création
2012 Passage en méthodologie « agile »
2015 Ouverture d’un bureau à Londres 1re place au classement Happy@Work dans la catégorie Scale-Up
2016 80 ouvertures de postes en cours

Siège social : Paris, Île-de-France
Effectif : Plus de 80
CA 2015 : 8,5 M€
Implantation : Londres

 

Ce contenu vous est proposé par Systematic - Paris Region Digital Ecosystem

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale