Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Chez Meta, des licenciements qui ne disent pas leur nom

Vu ailleurs Meta chercherait selon le Wall Street Journal à réduire ses coûts de 10%, et pour cela à réduire sa masse salariale en poussant des salariés vers la sortie. Pas de licenciements, c'est mauvais pour la communication.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Chez Meta, des licenciements qui ne disent pas leur nom
Chez Meta, des licenciements qui ne disent pas leur nom © Meta

Mark Zuckerberg avait prévenu ses employés, "cela pourrait être l'un des pires ralentissements que nous ayons vus dans l'histoire récente". On savait que Meta avait l'intention de réduire ses coûts et de ralentir ses recrutements d'ingénieurs de 30%. D'après le Wall Street Journal, un plan d'économies viserait à diminuer les dépenses de 10% dans les prochains mois. Cela passerait finalement par des suppressions de postes, ainsi que par des économies sur les frais généraux et les missions de conseil.
 

délai trop court pour le reclassement

Le quotidien américain, qui a interrogé des managers chez Meta et d'anciens cadres, explique que Meta aurait commencé à pousser des salariés vers la sortie en réorganisant ses départements et en donnant un délai de 30 jours aux employés concernés pour postuler et trouver un autre poste dans le groupe. Une méthode qui lui éviterait d'avoir à procéder à des licenciements en bonne et due forme. Chez Google par exemple, le délai de reclassement est plutôt de 60 jours, mais dans le cas de ses dernières coupes budgétaires dans la R&D au sein de sa division Area 120, il a été porté à 90 jours.

Interrogé par le WSJ, un porte-parole de Meta a refusé de préciser le nombre de salariés concernés par la réorganisation. Les effectifs de Meta ont augmenté de 32% entre juin 2021 et 2022, pour atteindre 83 553 employés, précise le journal.

Heurté par le ralentissement de la croissance du marché publicitaire et la nouvelle concurrence sur ce marché, Meta a vu son chiffre d'affaires reculer pour la première fois depuis 2007 au deuxième trimestre 2022, et son bénéfice net est en baisse depuis trois trimestres consécutifs. Pour se sortir de cette mauvaise passe, le groupe a indiqué précédemment qu'il allait redéfinir ses priorités et réallouer ses ressources de façon plus avisée. Il continue néanmoins d'investir lourdement dans les technologies de réalité virtuelle et augmentée, avec une mission pour l'entreprise articulée autour du concept de métavers.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.