Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Chez Pierre Fabre, la chasse aux startups e-santé est ouverte

Cas d'école Le groupe pharmaceutique Pierre Fabre a profité de la 10e université d'été de la e-santé pour dévoiler sa stratégie d'innovation. Hackathon, meet-up, observatoire... les start-up sont au cœur de sa transformation numérique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Chez Pierre Fabre, la chasse aux startups e-santé est ouverte
Les lauréats du Hack the Health Pierre Fabre, avec assis en bas à gauche, Christophe Guillot, Digital IT Solutions chez Pierre Fabre © Laurent Frézouls/Castres-Mazamet Technopole

Plus de 700 participants aux divers ateliers et tables rondes et de 150 intervenants, autour du développement de la santé connectée, des dispositifs médicaux communicants ou encore des enjeux de la télémédecine. Pour sa 10ème édition, qui vient de se tenir à Castres, du 5 au 7 juillet 2016, l'Université d'été de la e-santé avait a pris aussi cette année une nouvelle dimension avec de nouveaux temps forts dédiés à des démonstrations et des rendez-vous b2b spécifiquement ciblés en direction des startups. L'occasion pour le groupe Pierre Fabre de décliner sa nouvelle stratégie d'open innovation.

 

Booster la R&D

Le groupe pharmaceutique tarnais, partenaire historique de l'Université d'été de la e-santé, a opéré en 2015 une refonte complète de sa R&D, avec une nouvelle ambition d'open innovation. "Pour nous, ce n'est pas une coquetterie ou un effet de mode, mais une nécessité", souligne Vincent Denoël, directeur des opérations R&D et support Innovation chez Pierre Fabre. "La branche médicament du groupe investit chaque année 150 millions d'euro dans sa R&D, quand les géants mondiaux du secteur y consacrent plusieurs milliards. Pour nous imposer dans l'univers de la pharma, nous devons aller chercher l'innovation partout où elle peut se trouver et mettre en place des outils et des méthodes d'accélération", insiste-t-il.

 

Open phytothèque

Une équipe d'une vingtaine de hunters a ainsi été mise en place au sein du groupe. Mission : parcourir le monde, aller à la rencontre des équipes de recherche académique, mais aussi des clusters et des startups. Le groupe a également décidé de faciliter l'accès à sa phytothèque (Nature Open Library), l'une des plus importantes au monde avec plus de 15 000 extraits végétaux répertoriés et a mis en place un dispositif financier pour accompagner le développement de projets, prioritairement ciblés en oncologie, dermatologie et onco-dermatologie, avec la création de la PFFFI (Pierre Fabre Fund For Innovation). "Nous avons déjà reçu près de 200 dossiers et les premières participations devraient être conclues avant la fin de l'année", précise Vincent Denoël.

 

Un Meet the big sur les services santé numériques

Dans la foulée d'une première journée (DayOne) dédiée à l’open innovation, organisée en juin dernier à l’Oncopole de Toulouse, en partenariat avec le pôle de compétitivité Cancer Bio Santé, à laquelle ont participé une trentaine de startups de tout le Grand Sud-Ouest (Nantes, Bordeaux, Limoges, Toulouse, Montpellier), le groupe tarnais a également décidé de récidiver à Castres, avec un rendez-vous Meet The Big.

 

Pour ce rendez-vous castrais, plusieurs thématiques avaient été identifiées en amont, dont les services numériques à vocation thérapeutique, les services numériques aidant à une meilleure compréhension des explications de diagnostic et de traitements, ou encore, les services numériques favorisant le suivi des traitements (observance). 7 startups, préalablement sélectionnées, ont pu présenter leur concept devant des équipes Pierre Fabre. Plusieurs projets pourront bénéficier d'un accompagnement sur les prochaines semaines.

 

Un hackathon contre l’Acné

Le groupe a également organisé un hackathon santé, en partenariat avec l'association Hacking Health. Au programme : Hack The Acné ! Avec à la clef pour l'équipe lauréate, 5 journées d'accompagnement par les équipes de Pierre Fabre (marketing, finances, R&D, systèmes d'information) et un hébergement et un accompagnement de l'accélérateur toulousain Ekito.

 

Le projet vainqueur est Battle Face: un jeu coopératif (pouvant se jouer à plusieurs) spécialement ciblés sur les jeunes adolescents garçons (les moins observants) afin de les inciter à mieux suivre leurs traitements et à s’informer sur l’acné tout en s’amusant vraiment (esprit challenge avec points ou « vies » gagnées permettant d’aller plus loin dans le jeu et d’avoir un accompagnement qui s’affine). Le projet arrivé second, My Smart Tean (un journal intime animé par intelligence artificielle destinée à atténuer la détresse psychologique des adolescentes atteintes d’acné), bénéficiera également un accompagnement personnalisé de quelques jours.

 

Quant au projet My Health guard, arrivé en troisième position, il décroche des places gratuites pour participer au plus grand hackathon santé au monde qui se tiendra en mars 2017, à Strasbourg. Il a ainsi encore quelques mois devant lui pour construire son projet : des objets connectés bienveillants, conçus comme des compagnons de santé très designs (sortes de grigris) destinés la encore à améliorer l’observance en tenant compte de l’environnement du détenteur, avec des alertes personnalisées, des conseils et tableaux de bord.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale