Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Choisir les bons standards

Publi-Rédactionnel On observe aujourd'hui un foisonnement de standards de communications pour l'Internet des objets. Mais seule une petite partie d'entre eux seront pérennisés avec le temps. En attendant, faire son choix est une question complexe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Choisir les bons standards
Choisir les bons standards

Les standards ont vocation à assurer le bon fonctionnement de l'Internet des objets. La multiplication des objets augmentera en effet le risque d'interférences. « Les standards de communication doivent ainsi nous aider à nous affranchir des risques de perturbations entre les différentes bandes de fréquences », résume Benoît Néel. « En ce moment, les standards se multiplient, c'est un vrai sujet de créativité », observe Éric Fauxpoint. « Cela anime le marché, c'est une bonne chose. Mais le ménage va se faire, en fonction notamment des coûts de déploiement, d'exploitation, ou encore des services proposés. » Ainsi, les fabricants d'objets connectés doivent composer avec cette incertitude, tout en offrant à leurs clients un maximum de solutions.

Actuellement, les standards français LoRa et Sigfox occupent le marché. « Mais les standards internationaux devraient devenir des références », prévoit Éric Fauxpoint. Le cellulaire, notamment, lance une variante bas débit de la 3G avec NB-IoT ou LTE-M1. « Ce standard va s'appuyer sur des infrastructures existantes », indique Pascal Saguin. « Mais d'autres ont pris des années de retard par rapport à LoRa ou Sigfox. » Au delà de leurs bandes de fréquences respectives, les différents standards ont un périmètre d'application bien délimité. Ainsi, tous ne sont pas en concurrence les uns avec les autres, et il restera à terme des places pour différents standards.

« Sigfox est très simple », décrypte Benoît Néel. « Il permet de communiquer des messages de quelques bits, comme pour des relevés d'informations. Cela convient à des objets tels que les compteurs intelligents. » Quant à LoRa, « c'est un standard peu cher, en terme de déploiement et d'exploitation », ajoute Éric Fauxpoint. « Ces deux technologies ont pris de l'avance », analyse Pascal Saguin. « Ceux qui pourront exister à terme devront apporter quelque chose de plus. » Il peut s'agir d'un modèle économique différent, mais également de caractéristiques techniques complémentaires.

« Pour faire communiquer une montre intelligente, il n'y a pas besoin d'une grande distance », explique Benoît Néel. « Mais pour transmettre des données sur plusieurs centaines de mètres, il faut utiliser des fréquences différentes. » Ce critère permet donc de différencier les standards. Mais les paramètres en jeu sont nombreux. Le coût des composants électroniques, par exemple, pourrait avantager certains standards. « Cela pourrait s'harmoniser dans les mois à venir, grâce à des composants compatibles avec différents standards », prévoit Pascal Saguin. « Le cellulaire, en revanche, nécessitera des composants spécifiques. Leur prix dépendra du volume du marché. Certains standards, comme LTE Cat M1 poussé par les opérateurs américains, sont plus verrouillés. Ils livrent une solution globale mais ne donnent pas accès à la technologie des composants. »

Les concepteurs devront donc trouver les bons compromis entre le coût, la portée, l'autonomie et le service apporté par leurs objets connectés. « C'est un grand dilemme, plus de distance nécessite plus de puissance, et donc plus de consommation électrique, selon la durée d'émission nécessaire », explique Benoît Néel. Cela dépend aussi des composants électroniques, qui ont une influence sur la consommation. Mais les produits portables, l'automobile ou la domotique n'ont pas les mêmes contraintes. Pour certaines applications, l'autonomie est importante, tandis que pour d'autres, en particuliers celles associées à la sécurité, c'est le temps de réaction est plus critique.

« Chaque segment de marché va devoir assurer son mix de technologies en fonction des applications proposées », continue Benoît Néel. Le choix des grands industriels pèsera lourd dans la balance. Ainsi, Intel a fait le choix de proposer le NB-IoT. Orange déploie son réseau LoRa pour les applications longue distance, et prévoit de s'appuyer également sur NB-IoT et LTE Cat M1 pour d'autres usages. « Cela influencera lourdement le marché », prévient Éric Fauxpoint. Il est donc important pour s'orienter de garder un oeil sur l'évolution du secteur.
 

Contenu proposé par Acsiel Alliance Electronique

 

En savoir plus :

Acsiel Alliance Electronique fédère 150 adhérents de la filière depuis les composants et systèmes jusqu’aux machines de production en passant par le test et mesure électroniques.

Du grand groupe à la pme, de la conception à la fabrication et à la distribution ces entreprises travaillent pour des secteurs de plus en plus divers en raison notamment du  développement de l’internet de objets et de besoins sociétaux auxquels les technologies électroniques apportent des solutions.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale