Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Chronocam lève 19 millions de dollars et devient Prophesee

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds La pépite française Chronocam, spécialiste de la vision artificielle, vient de lever 19 millions de dollars auprès d'investisseurs internationaux. Elle en profite pour changer de nom et devient Prophesee. Sa technologie brevetée de vision neuromorphique arrivera sur le marché de la robotique industrielle dès cette année et pourrait le révolutionner. S'ensuivront les marchés de l'IoT, des casques de réalité virtuelle et augmentée, et du véhicule autonome.

Chronocam lève 19 millions de dollars et devient Prophesee
Chronocam lève 19 millions de dollars et devient Prophesee © Prophesee

La start-up française Chronocam, issue de la recherche médicale et spécialisée dans la vision artificielle, annonce ce 21 février une levée de fonds de 19 millions de dollars. Elle change de nom au passage pour devenir Prophesee (à prononcer "prophécie", la dernière partie étant un jeu de mot sur le verbe anglais "to see", qui signifie "voir"). "Nous voulions un nom plus ambitieux, confie Luca Verre, cofondateur et PDG de Prophesee. Chronocam étant limitatif, il évoquait le vieux monde des caméras, dont nous voulons justement nous affranchir avec notre traitement de l'image par intelligence artificielle."

 

Le principal investisseur de ce tour de table est un géant mondial de l'électronique dont l'identité n'a pas été dévoilée. Ont également participé à cette augmentation de capital les précédents mécènes de la jeune pousse : 360 Capital Partners, Supernova Invest, iBionext Growth Fund, Intel Capital, Renault Group et Robert Bosch Venture Capital. Cette levée de série B est la quatrième de Prophesee, et porte le montant total des fonds levés à plus de 40 millions de dollars.

 

Une arrivée sur le marché de la robotique industielle dès cette année

Prophesee a pour ambition de révolutionner le marché de la vision par ordinateur, notamment dans les secteurs du véhicule autonome, de la robotique industrielle et de l'Internet des objets. "Notre arrivée sur ces marchés sera séquentielle, rappelle Luca Verre. Nous serons dans la robotique industrielle dès cette année, puis en 2019 et 2020 nous serons dans l'IoT, ainsi que dans les casques de réalité virtuelle et augmentée, et enfin en 2021 et 2022 nous arriverons dans les voitures autonomes." L'entreprise compte déjà une vingtaine de partenaires à l'heure actuelle, dont 40% aux Etats-Unis, 30% en Europe et 30% en Asie.

 

Traiter jusqu'à 10 000 images par seconde

Sa technologie brevetée permet ce qu'elle qualifie de métavision : la capture d'instants très brefs avec une vitesse équivalente à 10 000 images par seconde, la gestion de changements de lumière intenses (à plus de 120 dB) et une consommation énergétique très basse, de moins de 10 milliwatts. Elle a l'avantage d'utiliser une technologie de fabrication CMOS standard, mais avec un design novateur. Les capteurs seront fabriqués en Asie et à bas coûts par les acteurs traditionnels du secteur.

 

La start-up continue en paralèlle ses travaux dans le domaine médical. Sa collaboration avec l'entreprise française Pixium Vision se poursuit (la technologie de Prophesee est intégrée dans leur système de restauration de la vue), ainsi qu'avec Gensight Biologics, sans oublier la Darpa aux Etats-Unis. "Le médical a été notre point de départ et il reste un axe actif et très important pour nous, mais un peu plus orienté recherche", précise Luca Verre.

 

être présent dans la silicon valley, une nécessité

A la suite de cette levée de fonds, Prophesee va ouvrir une succursale dans la région de la baie en Californie (la banlieue de San Francisco). "Etre présent là-bas est incontournable aujourd'hui pour le développement d'une entreprise, et encore plus dans un domaine comme le notre, explique le PDG. Tous les gros acteurs, même asiatiques ou européens, sont dans la baie." Il s'agira surtout d'activités commerciales et de support technique au départ. La R&D restera à Paris, où Prophesee compte aujourd'hui 60 personnes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale