Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cinq grands défis pour les Google Glass

En dépit de toutes leurs promesses, les Google Glass ont quelques implications effrayantes. Voici la liste de cinq défis potentiels auxquels nous sommes confrontés avec les Glass : expérience utilisateur, maladresse sociale, vie privée (ou non-respect de celle-ci), obsession, humanité.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cinq grands défis pour les Google Glass
Cinq grands défis pour les Google Glass © DR

Expérience utilisateur
Ce n’est encore que le début, et je ne veux donc pas trop insister sur les difficultés de l’expérience utilisateur, mais il y en a quelques-unes qui méritent d’être mentionnées, non la moindre étant de savoir comment je peux marcher vers quelqu’un et commencer à contrôler son appareil en prononçant simplement "OK Glass". Aïe.

Quelques autres problèmes en voie de développement :
• il est vraiment difficile de voir l’écran en plein jour ;
• regarder vers le haut et vers la droite (où se trouve l’écran) peut susciter des problèmes oculaires après un certain temps ;
• n’essayez pas de conduire avec les Glass, faites-moi confiance ;
• les commandes vocales sont limitées et il faut prononcer les choses exactement de la manière souhaitée par les Glass ;
• le volume est très faible – plutôt que d’utiliser un écouteur, les Glass ont recours à la conduction osseuse ;
• la durée de vie de la batterie est limitée.

Astuce de survie : accrochez-vous. Il s’agit de choses sur lesquelles Google a un contrôle partiel ou total et nous pouvons nous attendre à des améliorations constantes grâce à l’apprentissage constant des ingénieurs et l’évolution des composants. 
Il n’y a rien de vraiment préjudiciable ou inquiétant concernant l’expérience utilisateur des Google Glass. En fait, pour une version alpha d’une catégorie de produits qui n’existait pas il y a 12 mois, c’est particulièrement impressionnant.

Maladresse sociale
Avez-vous déjà essayé d’avoir une conversation avec quelqu’un qui porte des Glass ? C’est vraiment désagréable. Sont-elles activées ? Est-ce que mon interlocuteur m’enregistre ? Est-il en train de vérifier son courrier électronique ? C’est tout simplement... désagréable.

L’inélégance se résorbera sans doute lorsque les Glass deviendront plus petites et moins visibles, jusqu’à se raccorder discrètement à la monture de vos Rayban, mais cela ne fera qu’amplifier l’angoisse de ne pas savoir si vous êtes enregistré ou complètement ignoré. Avec les smartphones, au moins, c’est complètement évident quand quelqu’un ne fait pas attention.

Astuce de survie : tout comme nous apprenons qu’il faut parfois éteindre nos téléphones quand nous voulons être pleinement présents, nous allons avoir besoin d’enlever ou de désactiver les Glass. "OK Glass, ne m’interromps pas et ne fais même pas sentir ta présence, sauf en cas d’apocalypse zombie."

Vie privée (ou non-respect de celle-ci)

Avez-vous déjà fait ou dit quelque chose de stupide lors d’une soirée ou d’un autre événement social ? Non ? Eh bien, c’est quasiment arrivé à tout le monde. Et pour la plupart d’entre nous, ces moments ont disparu à jamais, comme il se doit. Peut-être existent-ils encore dans notre mémoire, mais ils ne sont pas tapis sur un disque dur en attendant de se répandre de manière virale.

Inévitablement, l’autonomie de la batterie des Glass permettra un enregistrement 24/7 avec des flux de données transmis instantanément dans le cloud pour stockage et réplication. Combinez cela avec les progrès rapides de la reconnaissance faciale, et la vie privée et l’anonymat sont passés aux oubliettes.

Alors, comment pouvons-nous nous cacher des Glass ? Astuce de survie : acceptez le fait que vous ne pouvez pas vous cacher. Nous pouvons déjà à peine nous cacher des gadgets que nous avons actuellement, en particulier dans les lieux publics.

Si vous y pensez, chaque fois qu’un certain nombre de personnes se rassemble dans une zone confinée, les chances que quelqu’un enregistre tout ou partie des événements sont assez élevées. Nous nous adaptons. Espérons que les résultats positifs (identification de terroristes ou d’enfants disparus) l’emporteront sur les aspects négatifs (violations de la vie privée et extorsion).

Obsession

Saurons-nous désactiver les Google Glass, ou ne ferons-nous plus qu’un avec nos appareils, dans un pur style de science-fiction ? Plusieurs rapports de recherches sur ces sujets confirment tous l’hypothèse que beaucoup d’entre nous deviendront obsédés :
• 86 % des personnes interrogées se considèrent comme obsédées par leur périphérique ou "toujours connectées" ;
• 44 % utilisent leur périphérique pendant les repas ;
• 20 % se considèrent à la limite d’être des bourreaux de travail ;
• 15 % ne peuvent se passer de leur périphérique de travail en vacances.

Astuce de survie : encore une fois, désactivez l’engin ! Les Glass sont les périphériques multitâches ultimes. Alors que nous pourrions nous sentir plus productifs en faisant plusieurs choses à la fois, les retours seront rapidement décroissants. Plusieurs études montrent que le cerveau humain n’est pas fait pour le multitâches. Nous devrons donc avoir la discipline d’éteindre nos Google Glass, non seulement dans l’intérêt de notre productivité personnelle, mais aussi celui de la santé mentale des gens avec lesquels nous sommes en interaction.

Humanité

Nous ne devons pas laisser la technologie se substituer à l’homme dans ses actes. Une technologie portable telle que les Glass, omniprésente et entremêlée à notre conscience, présente le fort potentiel de nous éloigner de l’interaction humaine. 

Voici une brève anecdote personnelle : Après l’université, j’avais épargné assez d’argent pour parcourir l’Europe avec un sac à dos. C’était la première fois que je quittais les États-Unis. La première fois que je prenais l’avion aussi. Buckingham Palace, le Louvre, la cathédrale Saint-Pierre, le Colisée... J’ai englouti ces expériences une par une, avec mes propres yeux et mes propres oreilles. J’ai pris plein de photos, et je me souviens avoir vu des hordes de touristes se promener à travers de la basilique Saint-Pierre avec les yeux rivés aux écrans lumineux de leurs caméras vidéo. Ils capturaient tout, mais sans faire aucune expérience directe de l’endroit.

Pour autant que j’adore la technologie, je suis reconnaissant de ne pas avoir eu un iPhone pendant ce voyage. Et honnêtement, imaginer mon voyage ou la remise de diplôme de ma fille à travers les Google Glass me met un peu mal à l’aise.

Jason Calacanis a un point de vue extrême : "L’espace entre vous et moi est sacré. C’est le dernier espace sacré qui nous reste, et Google Glass le détruit. Il n’y a aucune norme sociale qui permettra de résoudre cela", dénonce-t-il.

Astuce de survie : trouvez l’équilibre. Il y aura des moments où les Google Glass amélioreront beaucoup votre vie. Mais il y aura beaucoup de moments où vous, vos amis et votre famille vous sentirez beaucoup mieux si vous éteignez ce fichu engin. Suivez ici la propre devise de Google : ne soyez pas mauvais et ne soyez pas impoli. Soyez présent pour ceux que vous aimez.

Rob Sobers, directeur marketing chez Varonis

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale