Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cinq projets structurants et collaboratifs que l’IGN mène dans le cadre de sa transformation numérique

Plateforme en accès libre, cartographie des réseaux, exploitation du patrimoine culturel, véhicule autonome, JO 2024… L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) profite de sa transformation numérique pour se renouveler. Aujourd’hui tourné vers la coordination de projets, l’établissement public travaille sur cinq chantiers structurants.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cinq projets structurants et collaboratifs que l’IGN mène dans le cadre de sa transformation numérique
Cinq projets structurants et collaboratifs que l’IGN mène dans le cadre de sa transformation numérique © IGN

Référence en matière de cartographie depuis sa création en 1940, l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) est bousculé par l’avènement du numérique. Les nouvelles technologies ont largement facilité la production de données de qualité… et poussent l’établissement public à se recentrer sur sa mission de coordination des différents acteurs. "Il faut désormais se concentrer sur l'actualisation et la fraîcheur des données pour renforcer davantage encore notre accompagnement des politiques publiques", explique à L’Usine Digitale Daniel Bursaux, son directeur général. L’institut mise ainsi sur une coopération avec divers organismes – publics comme privés – pour mettre son expertise au profit de projets structurants.

 

1/ FOURNIR LES DONNéES EN LIBRE-ACCèS

Depuis 2006, l’IGN administre un service en ligne de visualisation des données géographiques. Géoportail, c’est son nom, figure au cinquième rang des sites Web publics en nombre de visites. Pour fournir des données actualisées en temps réel, l’IGN imagine actuellement son successeur : Géoplateforme. "Ce projet illustre le rôle de facilitateur que nous souhaitons désormais jouer, souligne Daniel Bursaux. D’autres acteurs nourriront la base grâce à leurs propres données. C’est ce travail collaboratif qui permettra d’obtenir une plateforme bien dimensionnée et adaptée aux enjeux actuels."

 

Chantier prioritaire de l’IGN, Géoplateforme doit voir le jour d’ici à la fin 2020 et bénéficie d’une subvention du Fonds pour la transformation de l’action publique à hauteur de 3,6 millions d'euros. De nouveaux types de données – en 3D, pour une meilleure altimétrie notamment – seront progressivement recensés. Objectif : favoriser leur exploitation par les acteurs économiques dans des domaines aussi divers que l’agriculture ou l’urbanisme. "Ce nouveau projet viendra également appuyer notre programme d’incubation de start-up INGfab, qui en est à son quatrième appel à projets", indique le directeur général, en rappelant que vingt jeunes pousses ont déjà été accompagnées.

 

 

Le service Géoportail sera amené à évoluer pour permettre à des acteurs tiers

d'intégrer puis d'administrer leurs propres données géographiques.

 

2/ FAVORISER LE DéVELOPPEMENT DES VéHICULES AUTONOMES

L’IGN aura également pour mission de permettre à l’Etat de capter un minimum d’informations lors de la communication entre les véhicules autonomes. Dans ce cadre, l’institut ne cherchera pas seulement à produire des cartes en haute-définition, mais aussi – et surtout – à conduire une démarche de standardisation. "Une continuité devra être mise en place entre chaque pays pour assurer le bon fonctionnement des véhicules autonomes. Nous apporterons donc notre pierre à l’interopérabilité des systèmes de navigation au niveau européen, grâce à des données de référence qui permettront de calibrer la conduite", détaille Claude Penicand, responsable de la stratégie de l’IGN.

 

Les opérations de l’établissement public devraient ainsi permettre, lors de phases de tests menées avec les constructeurs automobiles et la plateforme automobile (PFA), de resituer le trajet effectif des véhicules par rapport à celui qui avait été programmé. De quoi améliorer la précision de ces derniers… et effectuer une double-vérification, au-delà du système de navigation classique (GPS ou Galileo).

 

3/ CARTOGRAPHIER LES RéSEAUX

Pour optimiser la gestion des réseaux – électrique, gaz, télécommunications, etc. –, l’IGN entreprend une campagne de cartographie. Baptisée PCRS (Plan Corps de Rue Simplifié), cette dernière vise à "décrire à très grande échelle les limites apparentes de la voirie en vue de permettre le positionnement des réseaux enterrés". L’institut coordonne la production et la diffusion de données dans le but de créer un référentiel national qui permettra d’assurer aussi bien la sécurité des réseaux que celle des personnes intervenant ou résidant à proximité. Une première expérimentation a été conduite avec succès dans le département du Morbihan début 2019. "Nous devrons fédérer davantage de ressources encore pour décliner cette initiative à l’échelle nationale", estime Daniel Bursaux. Collecter les prises de vue depuis un avion resterait la solution idéale pour l’IGN, qui poursuit sa recherche de partenaires.

 

4/ NAVIGUER DANS LE TEMPS

Demain, l’intelligence artificielle pourrait permettre de modéliser l’évolution des paysages en fonction des évolutions agricoles ou climatiques ! Dans le cadre de l’appel à projet "Fet Flagship" de la Commission européenne, l’IGN présente avec ses partenaires le projet "Time Machine". L’établissement public fera remonter les données issues du patrimoine culturel du Vieux continent. Premier cas concret d’application réalisé : une reconstitution de la ville de Venise (Italie) à l’aide des seules données textuelles recueillies dans des livres ou des manuscrits. Une prouesse technique.

 

Tableaux, gravures, plans… Il sera bientôt possible de rendre toutes ces informations manipulables pour réinterpréter les connaissances historiques. "L’objectif final est d’établir des modèles de calcul qui permettront d’extrapoler vers le futur", se réjouit Claude Penicand. Un million d’euros a déjà été accordé à "Time Machine" pour la préparation de son dossier de candidature. Si le projet venait à l’emporter, courant 2020, le consortium – composé de plus de 200 institutions et entreprises, parmi lesquelles le Français Ubisoft – récolterait une subvention d’un milliard d’euros. Une somme avec laquelle il devrait être possible de "mettre le big data du passé au service du futur de l’Europe".

 

5/ éTABLIR UNE CARTE INTERACTIVE POUR LES JO 2024

Initiative personnelle, cette fois, l’IGN s’est proposé de fournir plusieurs couches d’information géographique en vue des Jeux olympiques de Paris en 2024. L’institution s’est inspirée du modèle de son pendant britannique, qui avait élaboré une carte interactive pour les Jeux de Londres en 2012. "Une plateforme dédiée sera conçue pour permettre au grand public de localiser les sites de compétitions et les moyens de transport pour s’y rendre. Il sera également possible pour les autorités de donner accès à un niveau d’information supplémentaire aux agents de police afin d’optimiser la gestion des flux et de la sécurité", indique Daniel Bursaux. L’IGN se voit en chef d’orchestre.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale