Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cloud : Bretagne Télécom devient BTBLUE et affiche ses ambitions dans l’Ouest

Après une levée de fonds conséquente l'été dernier, Bretagne Télécom annonce ce 5 janvier changer de nom. L’opérateur de services cloud pour les entreprises, qui opère désormais sous le nom de BTBLUE, ambitionne désormais d’élargir sa présence territoriale à tout l’arc Grand Ouest. Les précisions de son fondateur et dirigeant, Nicolas Boittin.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cloud : Bretagne Télécom devient BTBLUE et affiche ses ambitions dans l’Ouest
Cloud : Bretagne Télécom devient BTBLUE et affiche ses ambitions dans l’Ouest © BTBLUE

Bretagne Télécom fait évoluer sa marque et devient BTBLUE. Le groupe breton, dont le siège se situe à Châteaubourg en Ille-et-Vilaine, affiche ses ambitions désormais bien au-delà de sa région natale. "BTBLUE nous permettra d’être identifiés comme un fournisseur de solutions cloud de référence sur ce territoire élargi et sera synonyme de la nouvelle dynamique que nous souhaitons opérer", résume son fondateur et dirigeant, Nicolas Boittin, auprès de L’Usine Digitale.

Huit data centers en France
La société, fondée en 2005, accompagne les directeurs des systèmes d'information des entreprises et collectivités dans le maintien en condition opérationnelle des infrastructures. Elle vise aussi bien les PME, les ETI que les grands groupes en s’appuyant sur son réseau privé de 8 data centers interconnectés, dont un data center propriétaire à Châteaubourg, certifié ISO 27001 et Hébergeur de Données de Santé. "Nous nous adressons à des entreprises multi-sites, qui compte entre 150 et 200 collaborateurs", poursuit Nicolas Boittin.

Son approche repose sur le modèle de sécurité du château fort, avec peu d’entrées pour sécuriser l’environnement, redondé par BTBLUE, et la protection des accès internes et externes. "Notre technologie repose sur trois piliers : relier les différents sites entre eux ; mettre les serveurs dans les clouds privés sur plusieurs data centers répliqués et en infogérance et utiliser une plate-forme Centrex IP où nous avons 30 000 utilisateurs connectés", indique Nicolas Boittin. La société est également reliée aux différents clouds publics et hybrides comme Azure ou AWS.

Une prise de conscience des Codir pendant la pandémie
Ce changement de nom témoigne de l’expansion de l’offre au-delà des régions Bretagne et Pays de Loire, mais elle vise également à gommer le mot "télécom", "associé aux Telco et parfois aux low cost", poursuit le dirigeant. Cette nouvelle identité se veut également "percutante et positive qui inspirerait sécurité, sérénité et fiabilité ; autant de valeurs clés dans un environnement où les actes de cyber-malveillance sont sensiblement en augmentation et où la souveraineté de l’hébergement de données est aujourd’hui capitale", ajoute Réda Belouizdad, directeur Marketing et Communication.

Dans un contexte de recrudescence des cyberattaques, l’activité de la société a également été accélérée par la pandémie et la hausse de la demande liée à la mise en œuvre du télétravail. "Les sociétés qui avaient mis en place un plan de continuité en externalisant les systèmes informatiques dans un cloud privé ou public n’ont pas eu de problème, notamment en matière de bande passante", explique Nicolas Boittin, qui note une "prise de conscience par les CODIR, y compris dans de grands groupes".

Une levée de fonds de plusieurs dizaines de millions d'euros en juillet 2020
La volonté de la société bretonne est désormais d’accompagner les entreprises du Grand Ouest, de Rouen, Caen et Rennes à Toulouse en passant par Paris, que ce soit par le biais d’ouvertures d’agences ou d’opportunités de croissance externe. Soutenue depuis juillet dernier par le fonds d’investissement français Quilvest Capital Partners – qui a mené une levée de fonds de plusieurs dizaines de millions d’euros avec la participation de la BPI et de CM-CIC – BTBLUE est actuellement en discussions pour se rapprocher de trois entreprises du secteur. "La volonté des actionnaires de se rapprocher des clients est très forte", ajoute Nicolas Boittin. Elle est déjà bien implantée dans le Sud-ouest, notamment depuis le rachat de la PME toulousaine Prophone, qui a eu lieu en 2017.

BTBLUE revendique à date près de 3 000 entreprises clientes, parmi lesquelles Biocoop, Yves Rocher et la Région Bretagne, et emploie une centaine de salariés. L’entreprise a enregistré un chiffre d’affaires de 24 millions d’euros en 2020, en hausse de 20% par rapport à 2019. Elle enregistre depuis sa création une croissance organique annuelle de 25% et recrute actuellement une trentaine de personnes. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media