Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cloud français : les offres commerciales Orange/Thales disponibles fin 2012

Après de multiples rebondissements, dont la défection de Dassault Systèmes, le projet se concrétise.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cloud français : les offres commerciales Orange/Thales disponibles fin 2012
Cloud français : les offres commerciales Orange/Thales disponibles fin 2012 © Pascal Guittet

"Nous avons signé il y a une quinzaine de jours un protocole d'accord des actionnaires qui enclenche tout le mécanisme de création de l'entreprise. C'est un cap décisif", a expliqué à l'AFP Vivek Badrinath, directeur exécutif d'Orange, ce jeudi 14 juin.

Il ne reste plus que quelques étapes à gérer par les deux entités afin de démarrer leur projet de stockage de données stratégiques. "Mais cela devrait aboutir avant le troisième trimestre", a affirmé Vivek Badrinath.  Et le temps presse. Il faut "aller vite: pour prendre position sur un marché en forte croissance, il est important de démarrer tôt", a-t-il justifié. En creux, la nécessité de prendre une longueur d’avance sur le SFR et Bull.

Initialement, l’Etat devait injecter 135 millions d’euros dans le projet Andromède, réunissant Orange, Thalès et Dassault Systèmes. En décembre, Dassault claque finalement la porte pour rejoindre le projet concurrent mené SFR - dont il se désengagera également. Le gouvernement décide donc au printemps de financer les deux projets à hauteur de 75 millions d’euros chacun.

D’où la nécessité pour Orange et Thales de ne pas laisser leur concurrent gagner encore du terrain. "Le fait qu'il y ait plusieurs acteurs qui vont avoir le souhait d'offrir une solution française ou européenne, c'est tout à fait naturel, comme il y a de la concurrence sur tous les marchés, nous y sommes prêts", souligne Pascale Sourisse, directrice générale de Thales en charge des activités Défense et Sécurité. Mais leur offre commerciale de cloud computing devra être disponible rapidement.

"On a de bons arguments"

Les deux partenaires viseront principalement les administrations "qui ont ce souci de protéger la confidentialité des informations", a admis Pascale Sourisse. Même s'ils ne délaisseront pas pour autant les grandes entreprises et les PME. Les administrations "vont avoir besoin de modernisation, on les voit assez mal, surtout avec leurs données assez sensibles, les mettre dans n'importe quel cloud. Il n'y a pas d'histoire de 'priorité' pour notre projet, on répondra aux marchés publics mais on a de bons arguments", a expliqué Vivek Badrinath.

Quant au nom du projet, rien n’est encore arrêté. Ce ne sera "a priori pas Andromède: nous allons travailler avec Patrick Starck pour trouver le nom qui est commercialement le plus adapté", a conclu Pascale Sourisse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media