Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Colbert 2.0 : la solution d'Arnaud Montebourg pour aider à la relocalisation

Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, a présenté ce lundi 22 juillet, un logiciel destiné à aider les PME a relocaliser leur production en France. Baptisé Colbert 2.0, du nom du ministre des Finances de Louis XIV, le logiciel aide les entrepreneurs à évaluer leurs intérêts en cas de relocalisation.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Colbert 2.0 : la solution d'Arnaud Montebourg pour aider à la relocalisation
Colbert 2.0 : la solution d'Arnaud Montebourg pour aider à la relocalisation © Capture d'écran - colbert2-0.fr

"C'est la fin du mythe du low cost chez le producteur", a introduit le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Colbert 2.0, est un logiciel, en ligne depuis ce lundi 22 juillet et destiné à inciter les patrons de PME à relocaliser leur production.

Un questionnaire pour évaluer l'intérêt de la PME

Le logiciel propose aux entreprises de répondre à un questionnaire sur la localisation de leurs achats, l'importancce des délais de livraison dans leur métier ou encore le taux de produits défectueux dans leur production.

Après lecture des réponses, un diagnostic est établi et il indique alors au dirigeant de la PME s'il a intérêt ou non à relocaliser. Si c'est la relocalisation qui est conseillée alors le site renvoie la PME vers un interlocuteur désigné pour aider à la relocalisation.

"Construire une prise de conscience"

"Avec la redistribution des coûts de l'énergie, des coûts salariaux, des coûts du capital, nous voulons amener les chefs d'entreprises à s'interroger sur les coûts cachés de leurs délocalisations antérieures, les inciter à refaire leurs calculs", a expliqué le ministre. Ce logiciel doit servir à "construire une prise de conscience chez les chefs d'entreprises", a ajouté Arnaud Montebourg.

La création de Colbert 2.0 a été annoncée le 14 juin 2013. Le logiciel a été imaginé et développé après "l'analyse de 30 cas concrets d'entreprise ayant relocalisé leur activité", a souligné Alain Petitjean, directeur général de Sémaphores, le cabinet de conseil créateur du logiciel.

Wassinia Zirar

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

ick62
22/07/2013 23h40 - ick62

Bravo......................................................................................................................................................................................

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Olaf de Hemmer
22/07/2013 18h48 - Olaf de Hemmer

Belle idée que d'aider les entrepreneurs à comprendre l'intérêt de (re)localiser une partie de leur production (ou de leurs achats) ! L'analyse de cas réels est aussi une base pertinente de travail, mais cette analyse n'a t'elle pas été un peu superficielle ? Que les bonnes volontés et compétences impliquées dans ce projet louable me pardonnent toutefois une déception marquée : - le questionnaire reste très qualitatif, alors que l'argumentaire est basé soit sur une combinaison de coûts complet et de risques, donc quantifiables. (voir le TCO Estimator misà disposition par les USA) - les questions à réponse unique ne permettent pas de nuancer (alors que les options proposées ne sont pas exclusives). - le 'diagnostic' ne présente pas la logique utilisée, que le dirigeant aurait pu s'approprier pour évaluer et tester plusieurs scénarios sur l'importance des différents facteurs sur la décision majeure d'une (re)localisation ? Quid de l'image de Colbert : un ministre de Louis XIV connu pour son interventionnisme centralisateur, au service de la réflexion stratégique de dirigeants de PME ? Dommage, dommage ... Olaf de Hemmer Lowendalmasaï - afaV

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Lost in time
22/07/2013 17h11 - Lost in time

Mr Montebourg , pour revenir en France le problème n'est plus une question de coût ! Mais une question de mentalité qu’il faut changer ! Une catégorie de salariés trop assisté ne veut plus travailler et le code du travail est beaucoup trop lourd ! en pays lowcosts les salariés respectent leur entreprise et leur patron, dans ces pays celui qui ne travaille pas ne gagne pas d’argent ! en France c’est totalement l’inverse, arrêts maladie abusifs, troubles psychosociaux, …! Aujourd’hui même si on peut produire moins cher en France : le mot d’ordre des grands donneurs d’ordres français est : délocalisation du savoir-faire français, licenciement et évasion fiscale ! et ce depuis 2001 (phénomène amplifié par les 35 heures) ! Vous perdez votre temps mr Montebourg ou alors fermer les frontières et taxez l’importation comme au Brésil !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media