Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Bolloré Transport & Logistics digitalise ses processus métiers grâce à une approche low code

Étude de cas Les industriels ont souvent des dizaines, voire des milliers de processus qui pourraient être informatisés mais ne le sont pas en raison du coût, temps ou de la complexité de développement, sans parler de l'intégration avec les système opérationnels existants. Les outils low-code sont l'une des parades à ce dilemme, comme le montre cette étude de cas de Bolloré Transport & Logistique. Grâce à la suite Power Platform de Microsoft, cette filiale du groupe Bolloré s'attaque à des cas d'usage très spécifiques qui étaient auparavant inenvisageables.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Bolloré Transport & Logistics digitalise ses processus métiers grâce à une approche low code
Comment Bolloré Transport & Logistics digitalise ses processus métiers grâce à une approche low code © Bolloré Transport & Logistique

Voici près de cinq ans que Microsoft annonçait PowerApps, son outil de conception d'applications low-code à destination des "power users" en entreprise. Un outil qui s'est beaucoup étoffé depuis et autour duquel s'est bâtie une véritable plateforme. A l'occasion de la conférence Microsoft Ignite, qui se déroule virtuellement du 22 au 24 septembre, L'Usine Digitale s'est entretenue avec l'entreprise française Bolloré Transport & Logistics sur son utilisation de cette Power Platform.

"Nous avons commencé à nous pencher sur l’axe d’efficacité opérationnelle, individuelle et en collaboration, il y a un an et demi, explique Julien Laudette, responsable digital workplace chez Bolloré Transport & Logistics. Nous nous sommes alors rendu compte qu'il y avait énormément de besoins liées aux problématiques terrain, en particulier pour nos business en Afrique et en Asie." Des problématiques non adressées par les applications existantes à cause de contraintes locales, et trop coûteuses à résoudre avec les méthodes de développement habituelles.

Digitalisation de la remontées d'avaries sur les terminaux portuaires
"Après les études préliminaires, nous avons proposé en décembre 2019 un proof-of-concept à notre DSI Afrique pour la déclaration d'avarie dans le terminal à conteneurs du port autonome de Dakar, reprend Julien Laudette. Il s'agissait pour nous de démontrer la proposition de valeur de cette technologie". Un terminal roulier qui s'étend sur huit hectares et sur lequel des dizaines de milliers de conteneurs sont empilés. Traditionnellement, des agents se déplacent à bord de véhicules pour vérifier les avaries visuellement, puis les notent sur papier, et recherchent le propriétaire du conteneur pour le prévenir une fois rentré au poste.
 


Le projet a consisté à équiper les opérateurs de smartphones ou tablettes. L'application créée en trois semaines pour l'occasion leur permettait de flasher directement le conteneur (par QR Code) pour en récupérer le numéro d'identification grâce à la brique AI Builder de PowerApps, qui utilise les cognitive services de la plateforme cloud Azure. Le système interrogeait ensuite automatiquement les systèmes historiques pour obtenir les informations pertinentes (provenance, destination, propriétaire, armateurs...) et déclencer le workflow approprié en fonction du contexte. Une informatisation du processus qui se traduit par un gain de temps et de transparence pour les clients.

"Ce POC a éveillé une forte appétence chez nos directeurs informatiques et métiers, révèle Julien Laudette, car ils ont vu que les coûts de réalisation de ce type d'applications n'étaient plus insurmontables. Nous avons eu énormément de demandes par la suite et de nombreuses applications terrain ont été mises en place, notamment au Sénégal, en Afrique du Sud et à Singapour." Des centaines d'applications ont déjà été créées au sein de l'entreprise à l'aide de la Power Platform.

Un suivi logistique sans IOT
Autre cas d'usage étudié par la filiale du groupe Bolloré : le suivi d'une chaîne logistique de A à Z dans les zones où les systèmes classiques ne sont pas adaptés. "Nous avons commencé ce POC mi-juin et il n'est pas encore fini. Il concerne le Gabon, où notre chaîne logistique est de 50 jours et comprend transport ferroviaire, fluivial et par camion routier. Le suivi en temps réel n'y est pas possible," détaille le responsable.

La direction locale et régionale de Bolloré T&L s'est intéressée au suivi par l'IOT, mais le coût s'avérait trop important par rapport au volume de marchandises transporté pour justifier l'investissement. Là encore, l'utilisation de la Power Platform permet de mettre en place une solution à moindre frais.
 

 


"Nous sommes partis sur une réponse à trois niveaux, commente Julien Laudette. Nous équipons les opérateurs d'un smartphone avec une application qui permet aux chauffeurs de flasher le conteneur, puis chaque site logistique. Derrière, nous avons une application de back office dans laquelle le suivi de la chaîne logistique est reconsistué. Elle utilise les Common Data Services de PowerApps. On peut y définir des règles de gestion, voir les éventuelles avaries remontées par les chauffeurs, en bref effectué un vrai suivi complet. Et le troisième pan, c'est la possibilité de donner un portail externe aux clients afin qu'ils suivent le flux logistique de leur marchandise."

Après un mois de développement, le projet a été testé cet été, et la livraison de la nouvelle version est prévue la semaine prochaine. Encore une fois, le coût et le temps de développement réduits du projet ont permi de répondre à une problématique vieille de plusieurs années, et il fera des émules.

Des centres de compétences et formation pour impliquer les collaborateurs
Si Bolloré Transport & Logistics a tenu à bien cadrer le développement et le déploiement de ces projets PowerApps au démarrage, l'entreprise compte aussi en ouvrir l'utilisation aux équipes terrain elles-mêmes. "Nous avons mis en place en interne des capacités qui nous permettent de gérer des projets plus conséquents, avec une vraie criticité business et un fort retour sur investissement. Nous nous sommes aussi structurés en interne avec le création de centres de compétence et la formation de champions ayant une appétence technologique, qui pourront adapter des applications existantes, supportées globalement, en suivant les bonnes pratiques. Enfin, nous formons des citizens developers pour leur montrer ce qu'il est possible de faire sur les petits workflows individuels ou d’équipe."

L'entreprise réfléchit même à tenir des hackathons ou des ateliers d'idéation pour impliquer les collaborateurs. Elle garde aussi un œil sur les nouveaux ajouts à la plateforme, comme l'arrivée de la RPA (robotic process automation) embarquée sur device, qui vient d'être annoncée dans le cadre d'Ignite, ou la créations de bots au travers du service Virtual Agent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media