Comment Fairmat utilise la robotique et les algorithmes pour recycler des matériaux avancés

Fairmat a mis au point un procédé de découpe innovant pour recycler les matériaux avancés. Ce procédé qui consiste en la découpe de toutes petites briquettes qui sont ensuite de nouveau assemblées permet de recycler ces matériaux en limitant la pollution lors du processus.

 

Partager
Comment Fairmat utilise la robotique et les algorithmes pour recycler des matériaux avancés

La robotique et les algorithmes au secours du recyclage. La deep tech Fairmat a séduit les investisseurs avec sa solution de recyclage des composites de fibres de carbones, qui sont un mélange de fibre et de résine. Le Français a annoncé le 21 novembre 2022 avoir levé 34 millions d'euros en série A auprès de Temasek, la Compagnie Nationale à Portefeuille SA, le fonds Singular, Pictet Group et The Friedkin Group International.

La robotique pour recycler

"Nous cherchons à faire avec les robots ce que les humains ne peuvent pas faire", déclare Benjamin Saada, président et fondateur de Fairmat. La jeune pousse a mis au point un nouveau procédé afin de recycler des composites de fibres de carbones, qui sont des déchets notamment issus de l'industrie aéronautique et des éoliennes. Traditionnellement ces matériaux sont recyclés avec des techniques de pyrolyse ou de solvolyse qui sont extrêmement polluantes. La deep tech a donc mis au moins un procédé de découpe innovant.

Concrètement Fairmat vient "découper mécaniquement dans la matière à recycler des petites briquettes de composites à l'aide de robots", explique Benjamin Saada. Puis, ces briquettes sont recomposées pour recréer de la matière. Le matériau produit est deux fois plus léger que l'aluminium et résiste naturellement à la corrosion. Toute société industrielle peut-être intéressée, mais pour l'instant la technologie de Fairmat séduit tout particulièrement pour l'automobile, les produits de consommation électronique, les articles de sport et de loisir. Fairmat revendique avoir une quinzaine de clients et assure que son matériau est moins coûteux que celui qu'il remplace.

Développement d'algorithmes

Fairmat a inauguré sa première usine en octobre dernier. Cet espace de 3500 m² est composé d'une infrastructure robotique avec des robots 5 axes, des robots 2 axes, etc. "Notre métier consiste à développer l'infrastructure et les algorithmes pour faire fonctionner les robots pour découper des briquettes dans les diverses géométries reçues", ajoute le fondateur. Le processus industriel mis au point par la deep tech consiste donc à découper très rapidement ces briquettes.

Cette quête de robotisation vise également à être capable de gérer des millions de références (formes des pièces, qualité, etc.) et adapter le procédé de fabrication selon les résultats des premières découpes pour augmenter la qualité. Les briquettes sont très fines et très petites ce qui évite de créer de déchets et permet d'avoir un matériau homogène au niveau de la qualité finale.

A ce niveau, un autre pilier technologique vient s'ajouter avec la gestion des données : la création du matériau est adaptée aux performances statistiques, notamment au moment où les briquettes sont recombinées afin d'homogénéiser la qualité de la matière finale en combinant différentes qualité de briquettes.

Produire 3500 tonnes par an

La start-up cherche à mettre en place une usine robotique asservie par des capteurs qui soit le plus autonome possible. La deep tech développe des modèles de machine learning pour que les robots apprennent à être de plus en plus précis face à l'usure de l'outillage, les variations climatiques (humidité, pression), etc. Cette quête d'automatisation vise à augmenter la cadence de production. Au démarrage l'usine vise une production de 200 tonnes par ans, qui doit progressivement monter pour atteindre 3500 tonnes à l'horizon 2025.

Pour l'aider dans ses développements, la start-up cherche à recruter une soixantaine de personnes notamment sur des métiers d'encadrement, du digital, de la gestion des données et des opérateurs. Et la jeune pousse envisage déjà d'ouvrir une usine aux Etats-Unis et une autre en Allemagne.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS