Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Kiabi pilote sa mue numérique avec Google Cloud

Étude de cas Kiabi a choisi Google Cloud pour accélérer sa transformation numérique dans le cadre d'un contrat de 4 ans. Au-delà du cloud, des projets autour de la donnée, de la recommandation personnalisée et de la formation ont été mis en place. 
mis à jour le 08 décembre 2021 à 18H45
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Kiabi pilote sa mue numérique avec Google Cloud
Comment Kiabi pilote sa mue numérique avec Google Cloud © Kiabi

Kiabi annonce ce mercredi 8 décembre 2021 la signature d'un partenariat avec Google Cloud pour accélérer sa transformation numérique. Le contrat, dont le montant n'a pas été communiqué, est signé pour une durée de quatre ans et s'inscrit dans le plan Kiabi 2030.

Développer l'agilité
"Nous avions identifié trois points sur lesquels il fallait avancer", raconte Christophe Alie, sponsor de la démarche et leader DSI au sein de Kiabi, à L'Usine Digitale. "Le premier est de développer l'agilité de l'entreprise par des méthodes et des outils. Le deuxième est d'innover et de déployer à l'échelle et le troisième concerne la flexibilité des coûts", détaille-t-il. 

C'est donc le service de cloud computing de Google qui a été choisi pour mener ces chantiers. Des fournisseurs de cloud ont évidemment été mis en concurrence, indique Christophe Alie. Mais la firme de Mountain View s'est démarquée parce qu'elle a notamment fait "des efforts financiers" en plus de son expertise technologique. Un critère déterminant pour Kiabi qui est "une enseigne à petits prix", rappelle le DSI. "Qui dit petits prix, dit petite marge et petit résultat", explique-t-il. 

Une clé confiée à un "tiers européen"
Or, depuis l'invalidation du Privacy Shield, le choix d'un fournisseur américain n'est pas anodin. Puisque, rappelons-le, la Cour de justice de l'Union européenne a estimé que la faculté pour les autorités américaines de mettre la main sur n'importe quelles données si elles sont hébergées par une entreprise américaine était incompatible avec le Règlement général sur la protection des données (RGPD). Face à cette problématique juridique et technique, une "clé de confiance" a été mise en place, confie Christophe Alie. Elle est détenue par "un tiers européen". Le but : "garantir que les données, notamment des clients, soient protégées". 

A travers cette collaboration, les deux partenaires vont travailler sur six thèmes. Les sujets liés au cloud sont prioritaires mais loin d'être les seuls concernés par ce partenariat, précise Christophe Alie. Les enjeux autour de la donnée sont également au coeur de la transformation du spécialiste du prêt-à-porter. L'idée est la suivante, ajoute le DSI : "comment démocratiser la data pour le plus grand nombre de collaborateurs de Kiabi". "Mon rêve est d'avoir l'équivalent du moteur de recherche de Google pour les data de Kiabi. Vous pourriez par exemple poser la question suivante : donne-moi toutes les familles qui ne sont pas venues dans mon magasin depuis 6 mois et qui ont deux enfants entre 0 et 10 ans", imagine-t-il. 

Améliorer la recommandation personnalisée
Concernant l'e-commerce, le partenariat doit permettre de "gérer le flux de personnes qui se connectent au site". Il porte aussi sur la recommandation personnalisée de produits grâce à l'intelligence artificielle. En outre, Kiabi compte sur "les compétences de Google en matière de formation pour les équipes informatiques et les clients internes", ajoute Christophe Alie. En pratique, pour les équipes IT, des "niveaux d'ambition" ont été définis. "Ils doivent toujours avoir le réflexe de regarder ce que Google propose et travailler avec la suite 'Google Cloud Platform' (GCP)", explique-t-il. 

Christophe Alie est déjà en mesure de faire un premier bilan de ce partenariat. En effet, celui-ci vient d'être officialisé mais en réalité il a été signé dans la période avril-mai 2021. Du côté des "points positifs", il se félicite de "l'élan" provoqué auprès "des actionnaires, des dirigeants et des collaborateurs". De plus, la collaboration avec "un grand nom" suscite une certaine attractivité pour Kiabi afin de recruter de jeunes talents. En revanche, "ce n'est pas facile de faire travailler certains grands noms avec Google, même si cela n’est pas du fait de ce dernier ", regrette-t-il. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.